Faits divers

Claye-Souilly ► Un motard se tue contre un poids lourd

Un dramatique accident s'est produit jeudi 21 mai, sur la RN3 dans le sens Paris - Meaux. Il était aux environs de 18 heures quand un ralentissement, à la hauteur de l'embranchement vers le centre commercial Carrefour de Claye-Souilly, a surpris un poids lourd. Ce dernier a freiné et le motard qui arrivait derrière lui n'a pas eu le temps de l'éviter. Il a percuté l'arrière du camion de plein fouet.

L'hélicoptère de la sécurité civile a dû se poser sur la RN3. La police et les agents de la DIRIF ont interrompu la circulation dans les deux sens de la nationale, ce qui a occasionné un important bouchon. Cependant, l'hélicoptère est reparti à vide puisque, malgré l'intervention des secours, le motard, un jeune homme de 28 ans, habitant du secteur, n'a pas survécu à ses blessures.

Publié dansFaits divers

Chasseur Rafale ► Des pièces de l'avion volées

Un camion a été volé ce matin, mercredi 6 mai vers 8 heures, sur un parking du motoriste Snecma à Moissy-Cramayel.

Il est vraisemblable que les voleurs n'avaient pas connaissance du contenu du véhicule, dont ils ne peuvent pas faire grand chose. En effet, le camion transportait des pièces détachées destinées à la fabrication du moteur de l'avion de chasse Rafale du constructeur Dassault Aviation. C'est le chauffeur du poids lourd qui aurait constaté le vol. "Aucune des pièces volées ne présenterait de caractère sensible" affirme-t-on du côté des autorités judiciaires. Il s'agirait de diverses pièces aéronautiques dont un tube entrant dans la composition de la chambre de combustion du moteur de l'appareil.

Le site de la Snecma abrite la division Moteurs civils (assemblage, essais), la division Moteurs militaires (assemblage et essais) ainsi que les directions Technique (recherche, conception, développement, certification des moteurs) et Commerciale de Snecma.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Une boulangerie attaquée

Ce matin, mardi 5 mai, aux environs de 8 h 30, la boulangerie au rond-point Stalingrad, à Mitry-le-Neuf, a été braquée par deux individus. Ils avaient la tête dissimulée sous une capuche mais le visage découvert.

Les malfaiteurs ont fait irruption dans la boutique tandis que trois employés se trouvaient à l'intérieur. Le magasin, comme à l'accoutumée, était ouvert depuis tôt le matin.

Ils ont menacé le personnel avec une arme de poing et ont fait ouvrir la caisse.

Les voleurs sont repartis avec un butin qui s'élèverait à 185 euros en espèces.

Un commerçant voisin témoigne : "J'ai entendu des cris d'appel à l'aide. J'ai aperçu deux silhouettes qui s'enfuyaient en courant en direction de la gare. Heureusement, personne n'a été blessé !"

Une enquête a été ouverte par la police judiciaire de Meaux qui a été saisie de l'affaire.

La boulangerie a fermé pour la journée.

Publié dansFaits divers

Meaux ► Incendie au domaine fluvial, avenue Galliéni

Un spectaculaire incendie s'est déclaré samedi après-midi, 2 mai, dans un bâtiment de l'avenue Galliéni à Meaux. Il était aux environs de 13 heures quand Dimitry Laurence, un habitant du quartier, tandis qu'il marchait sur le trottoir, a aperçu de la fumée qui s'échappait du toit du grand bâtiment gris, au numéro 6 de l'avenue. Les locaux appartiennent au domaine public fluvial de la mairie de Paris.

Il témoigne : "J'ai alerté les secours et j'ai couru après une voiture de la police municipale qui passait par là. Les policiers ne pouvaient pas voir la fumée depuis le véhicule. Si je ne les avais pas arrêtés, ils seraient passés sans voir, involontairement. Ils ont tout de suite appelé des renforts et plusieurs voitures de police sont arrivées".

Par chance, personne n'a été blessé. L'édifice administratif n'était pas occupé au moment où le feu a éclaté. Eric Relinger, le chef d'exploitation du site qui était d'astreinte pour la semaine, explique : "Le bâtiment est vide depuis jeudi. Moi je devais m'occuper du fonctionnement pour gérer le flux d'eau jusqu'à Paris. C'est une catastrophe : tout est centralisé ici à Meaux et une grande partie des documents qui étaient archivés a été détruite. Les ordinateurs aussi ont été brûlés".

C'est principalement au rez-de-chaussée que le feu s'est étendu, ravageant tout sur son passage.

Une déviation a été mise en place par les secours afin de permettre aux pompiers d'effectuer leurs manœuvres en toute sécurité et ne pas faire prendre de risque aux automobilistes.

Ainsi, si on pouvait toujours circuler sur la RN3 et dans sa direction, en sortant de Meaux, les véhicules étaient interdits sur l'avenue Galliéni et la D 330, vers Crégy-Lès-Meaux. Il fallait faire le détour par le cours Pinteville et le Parc Frot pour rejoindre la route de Senlis.

Le lieutenant Stéphane Guay, des pompiers de Chessy, a indiqué : "Le bâtiment s'étend sur 400 à 600 m2. Nous avons fait intervenir l'échelle pivotante et deux fourgons. Quatre centres de secours ont été sollicités : Meaux, Chessy, Saint-Germain-sur-Morin et Dammartin-en-Goële".

A 16 heures, les soldats du feu étaient toujours sur place et luttaient contre la fumée noire qui s'échappait encore par endroits.

La galerie photo © Marie-Cécile Meyer

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2433,2434,2435,2436,2437,2438,2439"]

Publié dansFaits divers

Meaux ► Rue Winston-Churchill : un appartement dévasté par un incendie

Un appartement de la rue Winston-Churchill, à proximité de l’espace Caravelle, dans le quartier de Beauval à Meaux, a été la proie des flammes dans la nuit de mercredi 29 à jeudi 30 mai. Le feu s’est déclaré dans la chambre à coucher et s’est rapidement propagé à l’ensemble du logement de quatre pièces, au premier des trois étages du bâtiment.

Les flammes sortaient par les fenêtres et la fumée se répandait dans les parties communes.

Il a fallu la grande échelle pour faire sortir cinq personnes. Dix-huit habitants, en tout, ont été évacués et les deux locataires de l’appartement sinistré ont été conduits au centre hospitalier de Meaux afin d’y subir des examens par mesure de sécurité.

Tous les occupants du bâtiment ont pu regagner leurs logements. Ceux de l’appartement qui a pris feu ont été relogés.

Publié dansFaits divers

Lizy-sur-Ourcq ► Les réserves des Restos du Cœur partent en fumée

Le local où étaient entreposés, comme chaque année, les produits récoltés pour les Restos du Cœur, à Lizy-sur-Ourcq, a été incendié, dans la nuit de mardi 28 à mercredi 29 avril. Il était aux environs de 2 h 30 du matin quand l’alerte été donnée par des habitants qui ont vu les flammes sortir de l’entrepôt situé place de l’Eglise. « Le feu a pris au niveau de la toiture et s’est propagé au rez-de-chaussée, jusque dans les réserves de la banque alimentaire » a-t-on indiqué chez les pompiers.

Le foyer a pu être maîtrisé. Aucun blessé n’est à déplorer.

Une enquête a été ouverte et les investigations s’orientent déjà vers une origine criminelle de l’incendie.

Publié dansFaits divers

RER ► Cinq adolescentes se couchent sur les rails

Cinq adolescentes ont joué avec leur vie, mardi 28 avril.

Elles se sont couchées sur les rails de la ligne E du RER, à hauteur d’Ozoir-la-Ferrière et se sont prises en photo avec leurs téléphone portable, mode selfie. D’après les autorités, les cinq filles, âgées d’une quinzaine d’années, ont bravé le destin sur le passage à niveau qui traverse la départementale à la sortie de la ville.

C’est par des riverains, atterés mais qui ont eu le bon réflexe, que la SNCF a été prévenue. Par mesure de sécurité, la société a obligé six des trains qui devaient passer par cet itinéraire, à ralentir, occasionnant du même fait jusqu'à une heure et demi de retard pour certains des voyageurs.

Les cinq ados ont été interpellées par la police ferroviaire et confiées aux policiers du commissariat de Pontault-Combault. Elles ont été remises en liberté dans la soirée et une convocation devant le juge leur sera délivrée ultérieurement. La SNCF a déposé plainte.

Publié dansFaits divers

Accident ► Un train de voyageurs percute un camion chargé de tracteurs

Un accident s'est produit ce matin, à 8 h 40 à Nangis. Le train Intercités 1646, reliant Belfort à Paris, rempli de voyageurs, a percuté un poids lourd qui transportait des tracteurs agricoles. A la suite du choc, plusieurs wagons du train sont sortis des rails.

Le tracteur routier était vraisemblablement en panne sur le passage à niveau.

De nombreux blessés sont à déplorer. Le bilan provisoire fait état de 36 blessés dont deux gravement.

Lors du choc, des rails aurait été arrachées des voies. "Le train a déraillé mais ne s'est pas couché. Il faudra plusieurs semaines de travaux sur les rails" a indiqué la SNCF.

Les autorisations du convoi exceptionnel routier ont, selon les autorités, été déposées dans les normes en préfecture.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► L'agresseur de l'adjointe au maire sera jugé en juillet

L'un  des membres de la communauté des gens du voyage qui avait violemment bousculé l'adjointe au maire, Marianne Margaté, mercredi 15 avril, dans la soirée, sera jugé par le tribunal correctionnel le 2 juillet.

L'élue avait déposé plainte aussitôt après les faits et l'individu, âgé de 38 ans, auteur principal présumé, a été interpellé par la police, jeudi. Il comparaîtra devant les juges pour "violences volontaires aggravées". Le terme "aggravées" est utilisé dans ce cas en raison de la qualité de la victime qui s'était présentée en tentant d'intervenir pour empêcher l'installation des caravanes devant l'église du Bourg.

Finalement, les gens du voyage sont partis plus rapidement que prévu et sont retournés sur l'aire d'accueil légale de Villeparisis.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► L'adjointe au maire agressée par des gens du voyage

Aujourd'hui, mercredi 15 avril, aux environs de 20 h 15, des gens du voyage se sont installés sur les espaces verts rue Biesta à Mitry-Mory, entre la résidence des Cèdres et l'église.

Le premier adjoint au maire, Marianne Margaté, a tenté de s'interposer alors que les caravanes s'acheminaient à proximité du monument aux morts.

De grosses pierres avaient été mises en place précédemment pour empêcher le passage des caravanes mais les nomades les ont déplacées.

Un témoin de la scène raconte : "Ce sont de très belles caravanes. Trois femmes sont sorties des véhicules et ont tenu tête à Marianne Margaté qui leur demandait de partir. Puis elles l'ont bousculée et ont repris le cours de leur installation".

L'élue n'est pas tombée par terre. Toutefois, elle a appelé la police et devrait déposer une plainte à l'encontre des femmes qui l'ont agressée.

A l'heure où nous mettons en ligne cet article, la police vient d'arriver sur place.

Mitry Marianne Margaté

Publié dansFaits divers

Feu sur la RN 1104 ► La remorque du tracteur risquait d'exploser

C'est une remorque de tracteur agricole qui a pris feu hier, mardi 14 avril, vers 15 h 45, sur la RN 1104, entre Le Mesnil-Amelot et Compans. (Voir notre alerte circulation sur notre page Facebook) L'approche du foyer était d'autant plus dangereuse que la remorque transportait des bouteilles d'acétylène et de butane. Il a fallu que les pompiers refroidissent les bouteilles rapidement afin qu'elles n'explosent sous l'effet de la chaleur.

Un périmètre de sécurité a été établi à une distance de 300 mètres autour de la remorque. La route a dû être coupée à ses deux extrémités, occasionnant des problèmes de circulation particulièrement dense à l'heure de sortie des lieux de travail.

Un camion benne a été placé devant la remorque, le temps de l'intervention. Il servait ainsi d'écran protecteur en cas d'explosion.

Le feu a été circonscrit et aucun blessé n'est à déplorer.

Le camion benne a servi de protection en cas d'explosion. Le camion benne a servi de protection en cas d'explosion.

Publié dansFaits divers

Villevaudé ► Un conducteur mène les policiers tout droit au campement

Les policiers du commissariat de Chelles effectuaient une patrouille à Villevaudé quand ils ont croisé une BMW à 2 h 30, mardi 11 août. Le véhicule roulait dangereusement, à vive allure, d'autant plus vive au moment où les policiers ont tenté de faire stopper le conducteur afin de le contrôler.

C'était à prévoir, la BMW était prise en chasse mais le conducteur guidait vite fait la patrouille dans le chemin de l'Arange menant au campement de gens du voyage installés depuis longtemps sur le territoire de Courtry.

Le conducteur de la BMW se gare un peu sauvagement et bondit hors du véhicule avant de se mettre à courir pour échapper à ses poursuivants.

Dans le camp réveillé, l'alerte est donnée et tout le monde sort de l'ombre, criant et lançant des pierres en direction des policiers. L'une d'elle endommage la voiture de patrouille.

Finalement, les fonctionnaires parviennent à interpeller le conducteur de la BMW et le conduisent au commissariat en garde à vue, où il se trouve encore à l'heure où nous mettons cet article en ligne, en attendant sa convocation devant le tribunal. Il sera poursuivi pour "refus d'obtempérer", "défaut de permis de conduire" et... "conduite sous l'empire d'un état alcoolique".

 

 

Publié dansFaits divers

Chambry ► Une petite fille touchée par le tir d'un chasseur

Un chasseur a tiré sur une fillette de 10 ans qui se promenait avec sa mère. L'homme se trouvait dans une partie de chasse avec six autres personnes, sur le terrain d'un particulier et avec l'accord de celui-ci.

L'accident s'est produit samedi 26 septembre à Chambry, dans un champs du lieu dit 'La Couture". L'endroit est en bordure de la voie TGV, mitoyen avec Varreddes.

Il était 11 h 20 quand le chasseur a aperçu un lièvre et a fait feu, sans se préoccuper vers quelle direction l'animal lui faisait pointer son arme. Le coup est parti vers un chemin qu'une mère de famille et ses deux enfants empruntaient. Aussitôt, les promeneurs se sont baissés mais l'un des enfants a malgré tout été atteint à un bras et au ventre.

Aussitôt la mère de famille a attrapé sa fille et a couru vers leur maison à quelques centaines de mètres de là, parant à l'urgence pour la conduire à hôpital de Meaux. Pendant ce temps, un témoin a appelé les secours. Les gendarmes de Saint-Soupplets ont immédiatement gelé les lieux et interrogé le chasseur, un homme âgé de 76 ans demeurant à Claye-Souilly. "J'ai merdé" aurait-il confié aux enquêteurs. Le dépistage d'alcoolémie s'est affiché négatif.

"Les normes de sécurité ont été respectées et les consignes de chasse avaient été dispensées par le responsable, mais le chasseur a été pris par l'effet tunnel. Il s'est focalisé sur le lièvre et tout le reste autour s'est effacé" expliquent les gendarmes.

La fillette a reçu deux impacts de plomb et ses jours en sont pas en danger. Toutefois, elle doit être transférée à l'hôpital Trousseau (Paris) car l'un des projectiles est difficile à retirer.

Le fusil du chasseur a été confisqué par les gendarmes et le procureur de Meaux a demandé un bilan médical afin de pouvoir établir l'ITT (interruption temporaire de travail) de la petite Chambrysienne. Le chasseur a été laissé libre en attendant les décisions du parquet. Les charges qui pourraient peser sur le chasseur seraient basées sur le "non respect de l'angle de tir empiétant sur un chemin rural". L'enquête est en cours.

 

Publié dansFaits divers

Lesches ► Elle était ivre et pourtant...

Elle avait bien arrosé la soirée... Une femme âgée de 43 ans, demeurant à Esbly a été contrôlée par les gendarmes, lundi 28 septembre à 21 h 50, sur la route départementale 89 qui relie Trilbardou à Chalifert en passant par Lesches. A hauteur de cette dernière commune, sans doute ne devait-elle pas rouler bien droit, au volant de sa voiture : les militaires ont estimé judicieux de la faire souffler dans l'éthylotest et celui-ci s'est avéré positif.

Une demi-heure plus tard, comme la législation l'impose, le test a été renouvelé et la dame présentait toujours une forte alcoolémie, même si le taux était quelque peu descendu : le premier s'élevait - tout de même - à 1, 23 mg l'alcool par litre d'air expiré. Le second affichait 1, 16 mg, ce qui équivaut approximativement à 2, 32 g par litre de sang.

Les résultats signifiaient que la conductrice avait arrêté de s'alcooliser un bon moment avant de prendre la route puisque le taux était en phase descendante. Ça ne l'a cependant ni empêchée de conduire ni de se faire alpaguer, certaine qu'elle ne croiserait pas la patrouille...

A l'heure où nous écrivons cet article, l'Esbligeoise est toujours en garde à vue à la gendarmerie. Ses droits lui ont été notifiés quand elle a eu désaoûlé et qu'elle a été en mesure de les comprendre.

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► Un accident crée un bouchon

Jeudi 24 septembre, un accident vient de se produire peu après 20 h 30 sur l'A 104 à hauteur de Mitry-Mory en direction de la ville. Deux personnes ont été blessées légèrement dans la collision. Elles sont actuellement en train d'attendre les pompiers.

Police et services de la Dirif (Direction des routes Ile-de-France) ont balisé les lieux et fermé les voies à la circulation.

Les automobilistes qui sont pris dans le bouchon devront prendre encore un peu leur mal en patience.

Mitry-Mory, accident

Publié dansFaits divers

Lagny-sur-Marne ► Agression devant l'école Saint-Laurent

Quatre individus ont volé leurs téléphones portables à deux élèves qui se trouvaient devant leur école, le lycée Saint-Laurent à Lagny-sur-Marne.

L'agression s'est déroulée mardi 22 septembre à 17 heures.

En voyant la scène, un autre mineur et un parent sont intervenus pour venir en aide aux victimes et empêcher le vol. Les auteurs se sont débattus et ont porté des coups au visage du parent et du mineur. La police a été alertée et est parvenue à interpeller un des quatre malfaiteurs. Il a été placé en garde à vue.

 

Publié dansFaits divers

Meaux ► Home-jacking dans un pavillon

Des malfaiteurs se sont introduits dans une maison, rue des Cyprès à Meaux, ce matin, mercredi 23 septembre.

Il était 4 h 30 quand l'équipe a fracturé une entrée du pavillon et a fouillé le rez-de-chaussée, tandis que la famille de la maison dormait à l'étage.

Les voleurs ont trouvé les clés des deux véhicules qui étaient stationnés dans le jardin et ont emporté ceux-ci. Il s'agit de deux voitures de marque Toyota, un 4X4 Rav 4 et une Yaris.

Les malfrats seraient restés 1 h 30 à l'intérieur de la maison avant de prendre la poudre d'escampette. Les propriétaires, victimes du home-jacking, se sont aperçus de l'intrusion à leur réveil. Ils ont appelé la police et ont déposé une plainte. Cependant les indices pour retrouver les cambrioleurs sont minces et laissent peu d'espoir.

Publié dansFaits divers

Lagny-sur-Marne ► Un départ de feu vite maîtrisé - Vidéo

Les pompiers de Lagny-sur-Marne se sont rendus dans les Hauts-de-Lagny pour éteindre un début de feu dans la cheminée d'un pavillon, dimanche 20 septembre à 20 h 30. Les soldats du feu expliquent : "C'est le problème habituel de feu de cheminée. Les gens rallument leur cheminée après plusieurs mois, sans l'avoir ramonée, et c'est un incident courant pour cette période... Le feu a été rapidement maîtrisé, il n'y a rien à signaler" explique le responsable de l'intervention. Durant plus d'une heure, la rue a été bloquée et les riverains ont pu assister au déploiement des grands tuyaux rouges et de la grande échelle jusqu'à la cheminée : "Les pompiers ont dû travailler dans le noir, éclairés par une grande lampe sur pied qui m'a rappelé les outils de mesure des géomètres. Heureusement, il ne s'est rien passé de grave" explique un voisin.

Vidéo

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=FfUBjsbdUiU&w=560&h=315]

Galerie photo

[gallery type="rectangular" columns="2" size="medium" ids="10229,10228,10226"]

Publié dansFaits divers

Bouleurs ► Un mystérieux individu en voulait à une famille...

Personne ne savait qui pouvait bien menacer une famille de Bouleurs ni pirater le compte de messagerie Internet du fils de la maison. C'est lui qui avait en premier lieu subi les menaces d'un individu armé d'un flash ball, le 9 septembre. Les gendarmes étaient même venus sur place écouter le récit du jeune homme qui les avait appelés. Deux jours plus tard, le 11 septembre, les militaires étaient de nouveau appelés par la famille car le fils venait d'apercevoir deux personnes s'enfuir par le jardin... "sans doute des cambrioleurs qui tentaient un mauvais coup". Et puis le 13 septembre, le fils constatait que son compte de messagerie Internet avait été piraté, expliquant toutes les choses "bizarres" qui s'y produisaient, particulièrement les messages de menace de mort sur son père d'abord, puis sur ses deux parents.

Et puis il y a eu le 14 septembre, le jour où plusieurs enquêteurs ont déboulé dans la maison afin de percer le mystère. Tandis qu'ils pianotaient sur le clavier de l'ordi du jeune titulaire du compte pour tenter de remonter jusqu'au malfaiteur, voilà que des messages adressés directement aux militaires arrivaient, les menaçant de les tuer. Le pirate savait donc que les gendarmes étaient là. Les voyait-il ? Avait-il posé une caméra dans la maison ?

Cependant, les militaires commençaient à se faire une idée sur l'identité du fauteur de troubles.

Le 15 septembre, ils revenaient à nouveau et alors qu'ils étaient dans la maison, leur voiture était endommagée par des inscriptions style graffitis sur la peinture de la carrosserie.

Leurs doutes étaient levés et c'est finalement bien le fils de la maison qui a été placé en garde à vue. Les parents évidemment sont tombés des nues.

Le jeune homme comparaîtra devant la justice ultérieurement pour "dénonciation mensongère à l'encontre d'une personne dépositaire de l'autorité publique, escroquerie, dégradations volontaires du bien d'autrui et menaces de mort. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de venir à Bouleurs. Il est depuis  hébergé ailleurs dans de la famille.

Publié dansFaits divers

Villeparisis ► Dicton : si la porte n'est pas fermée, la Rolex est volée

Des cambrioleurs se sont introduits dans un pavillon à Villeparisis en pleine nuit, vendredi 18 septembre, pendant que les occupants y dormaient paisiblement. Les voleurs qui sont sortis comme ils étaient entrés, sans bruit et sans casse, ont réussi à dérober des parfums, des bijoux et une Rolex, un butin estimé à 30 000 euros.

Aucune effraction n'a été commise car le propriétaire a, semble t-il, oublié de fermer la porte à clé avant d'aller se coucher.

Le commissariat de Villeparisis, chargé de l'enquête, a reçu une plainte pour des faits similaires produits la même nuit, vers 3 heures du matin, à Montévrain. Les propriétaires ont été en revanche réveillés par le boucan causé par les cambrioleurs en entrant. Ceux-ci ont tout de même réussi à prendre la fuite avec quelques montres de luxe.

Publié dansFaits divers

Villenoy ► Un camion renversé dans un rond point

2015-09-17 18.36.34C'est un camion rempli de déchets ménagers qui s'est renversé dans le rond point à hauteur du nouveau centre commercial Les Saisons à Villenoy. Le véhicule roulait en direction Chauconin-Neufmontiers. Pour une raison indéterminée, le conducteur a perdu le contrôle du poids lourd. La circulation n'a pas été entièrement arrêtée et a pu se poursuivre sur une voie.

A l'heure où nous écrivons cet article, le camion est en train d'être vidé afin de pouvoir le relever et dégager la chaussée.

Publié dansFaits divers

Villeparisis ► Deux poids lourds en portefeuille sur la Francilienne

Deux poids lourds qui arrivaient l'un derrière l'autre sur la Francilienne, mercredi 16 septembre aux environs de 14 heures, se sont mis en portefeuille après avoir dérapé sur l'accotement herbeux.

La pluie avait détrempé le bas-côté et, tandis qu'un semi-remorque se dirigeait vers l'A4 et l'A1, il a dévié légèrement et le chauffeur a tenté de redresser l'ensemble alors que la remorque partait en crabe. Elle est venue heurter la glissière de sécurité et l'a complètement défoncée et emportée dans son élan. Des morceaux de métal se sont littéralement envolés et ont été projetés sur une voiture qui arrivait dans l'autre sens. Le conducteur, blessé, ainsi que deux autres personnes ont été transportés au centre hospitalier de Jossigny. Deux autres personnes blessées dans l'accident Le poids lourd polonais qui suivait le premier a également dérapé sur la boue du bas-côté et s'est aussi mis en portefeuille.

L'A 104 a dû être fermée dans les deux sens de 14 h 50 à 17 heures. Les deux poids lourds ont fini d'être dégagés aux environs de 18 heures. Les services techniques se sont ensuite occupés de réparer la glissière arrachée ainsi que d'éponger le gasoil répandu sur la chaussée. Les travaux se sont terminés à 3 heures ce matin, jeudi 17 septembre.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="9741,9739,9740"]

Publié dansFaits divers

Claye-Souilly ► 15 tonnes de métaux et trois voleurs

Ils avaient volé 15 tonnes de métaux. Mardi 15 septembre, trois individus ont été interpellés après que la société Véolia a porté plainte, le 21 juillet, pour des vols sur le site de la REP (Routière de l'est parisien - service de ramassage des encombrants) à Claye-Souilly. Le manège des malfaiteurs durait depuis janvier. Lors des auditions, le premier des mis en cause a reconnu qu'il volait des métaux à la REP à raison de trois ou quatre fois par an depuis... cinq ans. L'opération lui aurait rapporté 5 à 6 000 euros au cours des trois dernières années.

Le second a reconnu grosso modo la même chose mais à une moindre ampleur. A celui-ci, le trafic aurait rapporté 3 500 euros. Il aurait emporté 250 à 300 kg à chaque "passage".

Le troisième a aussi reconnu avoir volé des métaux et a avoué que, sur trois ans, la revente des fruits de son forfait lui a rapporté 7 000 euros... ce qui porte les gendarmes à penser que les deux autres ont plutôt minimisé leur trafic. Les trois hommes sont âgés de 57, 49 et 35 ans et demeurent dans l'Aisne pour deux d'entre eux, à Vignely pour le troisième.

Après leur garde à vue et les perquisitions qui ont permis de découvrir cinq sacs remplis de métaux divers dont du cuivre et du laiton, ils ont reçu une convocation en justice pour le 3 décembre.

Publié dansFaits divers

Coutevroult ► Gâteaux secs et miettes de cannabis

Un apprenti âgé 16 ans, demeurant à Coutevroult, a été pris par les gendarmes avec quelques miettes de cannabis en poche. Le 10 septembre lors du contrôle, il a  expliqué aux militaires qu'il avait acheté une barrette de résine de 100 g avec l'objectif d'en revendre une partie. En effet, quand les enquêteurs ont procédé à la perquisition au domicile du jeune homme, ils ont trouvé dans un coin de l'habitation un sachet en plastique contenant neuf autres petits sachets qui eux-mêmes renfermaient 22, 80 g de drogue. A un autre endroit, ils ont découvert 38 autres sachets en plastique et 170 € en espèces. Le tout était bien emballé, prêt à la vente.

L'apprenti avait aussi utilisé un paquet de petits gâteaux secs au chocolat blanc pour cacher un couteau, un cutter, un paquet de tabac à rouler et un téléphone portable sans carte SIM. Dans une autre pièce, ont également été découverts 105 €, toujours en numéraires, soit une somme de 275 € au total.

L'enquête a permis d'identifier trois des consommateurs qui achetaient à l'apprenti : un électricien, un lycéen et un "sans occupation". Agés de 17 à 18 ans, ils sont domiciliés à Voulangis et Crécy-la-Chapelle. L'apprenti a aussi reconnu qu'il s'approvisionnait auprès d'un trafiquant à Trilport. Celui-ci, déjà défavorablement connu des autorités, a été interpellé le 14 septembre à Crécy-la-Chapelle. Cependant, en l'absence de preuves matérielles, la justice n'a pu que le sanctionner d'un rappel à la loi, comme les trois autres consommateurs. Après sa garde à vue, il a été remis en liberté.

L'apprenti a également été remis en liberté et a reçu une convocation devant le tribunal pour le 19 novembre. Il comparaîtra pour "usage de stupéfiants, détention, acquisition et cession".

Publié dansFaits divers

Mitry-Mory ► 20 véhicules dépecés en 2 semaines

Les policiers de Villeparisis sont venus constater le vol des jantes de deux voitures, ce vendredi matin, l'un rue de la Rochelle, l'autre rue de Valenciennes à Mitry-le-Neuf. Les habitants du quartier, à peine remis de l'affaire des incendies de véhicules par des militants d'extrême-droite, sont de nouveau sur le qui-vive.

Une vingtaine de véhicules ont été dépecés depuis le début de la semaine à Mitry-Mory. Tous les quartiers sont touchés par la vague. A la résidence des Cèdres, près de la mairie, jeudi matin, un propriétaire a retrouvé sa Citroën DS3 sans roues et avec une vitre brisée.

La veille, à Guy Môquet, c'est une Peugeot 208  qui a été retrouvée vandalisée avec le même mode opératoire. Sept dégradations ont été comptabilisées dans la nuit du 17 septembre.

Les enquêteurs parle d’un réseau très bien organisé qui vise particulièrement les modèles Citroën C3 - C4 et Peugeot 208.

D’autres vols du même type ont été aussi recensés à Compans

 

 

 

Publié dansFaits divers

Chelles ► Les voleurs de voiture disparaissent

Une équipe de voleurs a tenté de voler une Citroën C5 dans une rue de Chelles. Un témoin des faits a appelé la police. A son arrivée, les voleurs ont pris la fuite à bord d'une BMW série 3. La patrouille a alors poursuivi la voiture et a fait signe au conducteur de s'arrêter. Cependant celui-ci a refusé et a mis les gaz. Du coup, il a percuté un autre véhicule dans un rond point. La voiture percutée s'est mise en travers de la chaussée et la police n'a pu éviter le choc et l'a heurtée à son tour.

L'accident n'a occasionné aucun blessé. La BMW a disparu.

Publié dansFaits divers

Serris ► Un enfant de trois ans errait presque nu, couvert d'excréments

Un petit Canadien a été retrouvé dans la nuit de lundi à mardi 15 septembre dans le hall de l'hôtel Elysée à Serris, sur le parc de Disneyland Paris. L'histoire n'a malheureusement rien d'un conte enchanteur.

Il était 1 h 30 quand le petit garçon âgé de 3 ans a été récupéré par le personnel de l'hôtel. Le petit bonhomme était presque nu. Il ne portait qu'un slip et était couvert d'excréments. La police a été alertée et les parents, des ressortissants canadiens domiciliés à Vancouver, ont fini par réapparaître. Ils avaient passé la soirée dans un bar du secteur à s'enivrer et avaient laissé leurs enfants à l'hôtel. Dans la chambre familiale, un deuxième enfant, âgé de 2 ans, attendait le retour des parents qui n'avaient pas hésité à laisser seuls leurs deux petits.

Il aura fallu au personnel de l'hôtel Elysée nettoyer la chambre, y compris les murs couverts d'excréments. Les enfants s'étaient occupés comme ils pouvaient.

Ils ont été placés en foyer tandis que les parents ont été mis en garde à vue au commissariat de Chessis.

Publié dansFaits divers

Meaux ► Frappé à coups de crosse

Des habitants de la résidence Chambord, dans le quartier de Beauval à Meaux, ont alerté la police hier, jeudi 10 septembre, tandis qu'ils venaient d'entendre des coups de feu retentir. Il était 9 h 50. Quand les policiers sont arrivés sur les lieux indiqués, ils ont trouvé un jeune homme de 22 ans sur le pas de sa porte. Il aurait expliqué qu'il avait été attaqué par deux hommes encagoulés, munis d'une arme de poing. Ceux-ci aurait frappé leur victime à coups de crosse du revolver. Blessée à la tête, plus particulièrement au visage, la victime a été conduite à l'hôpital.

Les fonctionnaires ont cherché quelques indices sur les lieux des faits. Ils ont récupéré le chargeur d'une arme de type air-soft qui avait été oublié par terre, mais aucun des auteurs n'a été retrouvé.

Une enquête a été ouverte.

Publié dansFaits divers

Jossigny ► La cleptomane en pince pour les cathéters

Une femme âgée de 34 ans s'est introduite hier, jeudi 10 septembre à 23 h 30, dans l'hôpital de Marne-la-Vallée à Jossigny. D'après ce qu'elle aurait confié au personnel hospitalier après s'être faite attraper, elle voulait "prendre des cathéters". Sur elle, la police, alertée dans la foulée, a retrouvé une vingtaine d'ordonnances vierges, des documents administratifs et la carte bancaire d'une des personnes employées sur place. Ce n'était donc pas qu'une histoire de cathéters ?

L'interpellée, demeurant à Noisy-le-Grand, était déjà connue des autorités pour sa cleptomanie. Elle a été placée en garde à vue.

 

Publié dansFaits divers

Chessy ► Un ouvrier se tue sur un chantier à Disney

Un ouvrier âgé de 44 ans, domicilé à Paris, est décédé mercredi 9 septembre, vers 15 heures alors qu'il travaillait sur un chantier de rénovation d'un hôtel du parc Disneyland Paris à Chessy. Le travailleur s'est tué en chutant d’une hauteur de douze mètres. Le garde-corps de l'échafaudage où il se trouvait aurait cédé pour une raison encore indéterminée.

Il travaillait sur la façade de l’hôtel Newport Bay Club.

Il a succombé 40 minutes après sa chute, sur les lieux de l’accident malgré plusieurs tentatives des secours pour le réanimer.

Publié dansFaits divers

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.