Sun-Lay Tan

Sun-Lay Tan

Le spectacle du Grand Cabaret a reporté un vif succès, dimanche 14 février à Villeparisis. Magiciens, équilibristes et illusionnistes ont investi la scène du centre culturel Jacques-Prévert.

Les bénéfices ont été reversés à la Maison pour tous qui agit en faveur des élèves issus de milieux défavorisés en offrant du soutien scolaire.

Dès le lever de rideaux, les yeux des spectateurs ont brillé devant la ravissante Stellina et les 34 cerceaux tournoyant autour de son corps et de ses membres en même temps. Le mélange de jonglage et de danse sous les projecteurs a été particulièrement applaudi. Puis, c'était au tour Stéphane et Thomas de proposer, sous un ton humoristique et avec la participation d'une spectatrice, une démonstration de leurs talents de comédiens et de prestidigitateurs avec des cartes à jouer.

D'autres artistes et acrobates se sont suivis et ont offert à tour de rôle un vrai spectacle magique, dans tous les sens du terme : du tir à l'arbalète des Kenjys, de l'équilibre sur rouleau à 4 mètres de hauteur de Nico et de la magie par la gagnante du festival des Jeunes Talents à Saint-Soupplets, Laure Nouri. Quant à Frédéric, le maître de cérémonie, il a enchanté le public avec quelques tours de passe-passe et ses petites histoires.

Le clou du spectacle a été assuré par l'illusionniste, Tim Silver. Le participant régulier à l'émission de Patrick Sébastien, Le Plus Grand Cabaret du monde sur France 2, a tout au long de sa prestation tranché et décomposé une dizaine de fois son assistante sur la scène et permis à une spectatrice de s'envoler sous les yeux ébahis du public.

Michel est encore bouche bée après la fermeture finale du rideau. "C'est un beau cadeau de Saint-Valentin ! Ce sont vraiment des tours époustouflants. En plus, c'est pour la bonne cause". En effet, l'événement a été organisé conjointement par les Rotary Clubs de Dammartin-en-Goële et de Claye-Souilly Roissy CDG et par la ville, au profit de la Maison pour tous de Villeparisis. Un chèque de 500 euros a été remis par Francis Wibaux, le président de l'antenne clayoise.

"Le don permettra de développer des ateliers quotidiens pour des enfants dont les familles, pour la plupart monoparentales, ont du mal à suivre l'éducation" précise Stéphane Marmet, le président de la Maison pour tous. Il s'agira en priorité d'aider les élèves habitant dans le quartier République grâce à un encadrement de qualité avec des professionnels, ainsi qu'une aide aux devoirs et des jeux éducatifs.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="19607,19608,19609,19610,19611,19612,19613,19614,19616,19617,19618,19621,19623,19624,19625"]

La fête médiévale s'est tenue, samedi 14 et dimanche 15 mai, à Moussy-le-Neuf qui a été, pour l'occasion, transformée en un authentique village du Moyen Age. Plus de trois mille personnes ont assisté, enthousiastes, aux activités et aux animations.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=3q9_6lzEWXg] Nathalie a le sourire aux lèvres. Vêtue d'une robe de châtelaine médiévale, elle raconte : "On a vraiment l'impression de se retrouver au XIIIe siècle. Des armoiries ont même été accrochées le long de toutes les rues". Et le cadre s'y prête volontiers puisque l'église du village date du XIIe.

Samedi 15 mai, l'événement a été inauguré par une démonstration de feu. Les cracheurs se sont associés aux tournois de chevaliers flamboyants et à une démonstration de tir à la couleuvrine. "Il s'agit d'un des premiers canons à main en fer forgé, utilisé au XVe siècle" précise Diego, un bénévole passionné par l'époque moyenâgeuse.

Les visiteurs ont également découvert la vie quotidienne des habitants d'un château fort où les combattants s'entraînent à manier leur épée, où l'on fait du feu (...sans utiliser d'allumettes !) et où on mange du sanglier.

Des reconstitutions de rituels et de traditions du XIIIe et XIVe siècle ont ponctué la journée. Des jeux en bois géants ont été mis à la disposition des plus jeunes.

L'événement qui a lieu tous les deux ans a mobilisé plus de deux cents figurants. Il a été organisé par l'association Les compagnons de Muncy en partenariat avec la municipalité.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="24495,24497,24496,24499,24500,24501,24502,24503,24505,24504,24507"]

La brocante de Poincy, qui s'est tenue dimanche 8 mai, a célébré son 30e anniversaire. Près de 550 exposants étaient installés sur le terrain des sports du village.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=IlQUPtXVdwk]

Il était difficile de se frayer un chemin tant chineurs et dénicheurs de bonnes affaires étaient venus nombreux. La manifestation était orchestrée par l'amicale scolaire du village.

La présidente de l'amicale, Evelyne Tillmann, directrice de l'école à la retraite depuis le 1er septembre, explique : "Lorsque nous avons lancé la brocante, il y a 30 ans, nous étions cinquante, puis l'événement s'est peu à peu développé grâce à l'engouement des gens pour les vide-greniers. Nous sommes désormais bien implantés. L'organisation est bien rodée. A chaque instant, on peut m'appeler soit par téléphone soit par talkie-walkie".

La brocante de Poincy est ainsi devenue l'une des plus importantes de la région. A côté des étals de bric-à-brac et des marchands d'objets en tous genres, des manèges, des trampolines, des jeux d'adresse et des structures gonflables avaient même été mis en place pour satisfaire les plus jeunes. Les bénévoles de l'amicale vendaient des sandwichs, des frites et des boissons.

Des chineurs et des exposants
Les familles étaient venues par centaines des communes alentours : Meaux, Saint-Soupplets, Trilport... mais aussi de plus loin. Ainsi, Pierre et Sophie sont repartis chez eux, à La-Ferté-sous-Jouarre, les bras chargés de sacs. Le couple a confié : "On trouve vraiment de tout ici et surtout des vêtements pour bébé. Nous sommes venus très tôt pour avoir du choix".

Anne-Marie, une habitante du village, tenait quant à elle un stand. Le visage rougi par le soleil et la chaleur, elle a constaté : "Il y a vraiment encore plus de monde que d'habitude. Les allées sont même devenues trop étroites ! "

Pendant ce temps, à quelques mètres, Bryan avait apparemment trouvé son bonheur devant une table remplie de Playmobils. Comme un vrai collectionneur, l'adolescent a même remarqué "quelques modèles rares".

Certains professionnels sont des habitués des lieux puisqu'ils y reviennent chaque année. Ainsi, Simone et Thierry font partie des plus anciens et ont toujours le même emplacement.

Quant à Jacques et Nathalie, ils n'ont manqué aucune brocante à Poincy depuis 20 ans. De leur stand de pêche aux canards, ils ont vu grandir les enfants du village. Au fil des années, des liens d'amitié se sont même tissés entre exposants, organisateurs et clients.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="24003,24008,24011,24005,24006,24007,24009,24004"]

 

Journée de la BD : La file interminable et les longues minutes d'attente ne sont pas venues à bout des férus de bandes dessinées qui ont convergé à l'hôtel de ville de Serris, dimanche 7 février, pour rencontrer leurs auteurs et dessinateurs préférés.

Il faut dire que les illustrateurs ne se sont pas contentés de signer la première page de leur album. Ils ont offert un vrai chef-d’œuvre à chaque fan, en crayonnant une dédicace personnalisée, et une rencontre privilégiée en tête-à-tête. De quoi satisfaire les nombreux collectionneurs comme Grégoire qui a attendu, assis à même le sol, à côté d'une pile de livres, tout en lisant la dernière parution de sa BD préférée, Némesis, en face de son auteur, Alain Janolle. « Je ne me suis pas rendu compte que j'attendais depuis déjà plus de 40 minutes » s'étonne le fana, déjà là dès l'ouverture du salon à 10 heures du matin. D'autres ont même prévu une chaise pliable et de quoi s'hydrater.

A l'entrée, près de la bibliothèque éphémère où sont vendus les œuvres des auteurs et des affiches sur les techniques de l'art, du premier coup de crayon aux coloriages, Steven Bescond, le président de l'association organisatrice, Des bulles dans la Marne, partenaire de la mairie, accueille et conseille les visiteurs : « Il y a une vingtaine d'auteurs qui sont aujourd'hui les plus reconnus de France. Nous avons un public très varié : des enfants mais aussi beaucoup d'adultes ». Le club basé à Lagny-sur-Marne organise l'événement depuis 7 ans.

Pierre, un inconditionnel du 9e art, est venu avec toute sa famille rencontrer Varanda, l'auteur de Paradis Perdu, et Jean Léturgie, l'auteur de Perdus et aussi successeur de Morris, le créateur de Lucky Luke. Son épouse attendait avec sa fille de 8 ans pour quelques traits de crayons de Sess*, l'auteur de « Papa pas prêt ». Quand à leur fils de 15 ans, Antoine, il attend sagement son tour devant la table de l'auteur des Profs, une BD qui a été adapté au cinéma et dont l'acteur principal est Kev Adams, la coqueluche des ados.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="19136,19135,19132,19134,19133"]

*Sess : Papa est prêt, le making of...

Les paroissiens de l'église Saint-Jean-Baptiste à Dammartin ont accueilli lors du dernier office avant Noël, dimanche 20 décembre, la lumière de Bethléem apportée par les scouts de la ville.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Xz1_e8T9m6g] Elle a été ensuite déposée près de la crèche installée à côté de l’autel après une procession.

"Chaque année, depuis 27 ans, la flamme est transmise depuis Bethléem où elle a été allumée. Elle est apportée par les scouts et éclaireurs de l’Europe entière dans tous les diocèses et paroisses en signe de paix et de fraternité pendant toute la période de l’avent" explique un responsable de l’association des scouts. "Chacun pourra l’offrir à ses voisins, aux hôpitaux, aux prisons, à toutes personnes isolées ou souffrant de solitude. Ainsi, la lumière leur apportera la paix" précise un autre bénévole de la paroisse. La flamme, allumée dans la grotte de la nativité à Bethléem, est ramenée en Europe puis partagée de bougie en bougie pour "semer la paix".

Des bougies étaient mises en vente pour transmettre la flamme. La recette des ventes sera reversée au Secours catholique.

Le centre-ville de Chelles était en effervescence, samedi 19 décembre. Petits et grands Chellois sont venus en grand nombre accueillir le Père Noël à qui le maire, Brice Rabaste, a remis symboliquement les clés de la ville.

Le village de Noël a été inauguré le matin même à 10 heures. Dans les petits chalets, des artisans et des commerçants permettaient aux visiteurs matinaux de faire quelques emplettes tandis que les plus jeunes s'adonnaient aux plaisirs de la glisse à la patinoire ou bien à la piste de luge. Les moins téméraires pouvaient se rabattre sur le manège ou prendre la pose dans le chalet des lutins.

A 17 heures, une grande haie d'honneur commençait à se former. "On attend le Père Noël" explique Léa, 4 ans... Sur les deux files, une chanson montait dans l'air... "Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel..." Comme par enchantement, l'homme à la barbe blanche est apparu à bord d'une... décapotable ! "Il fallait bien laisser les rênes se reposer encore un peu avant le jour J" a confié l'idole des enfants.

Après l'avoir accueilli, le maire a remis au Père Noël les clés de la ville pour dix jours afin d'y répandre la joie et le bonheur. "Je suis heureux de vous accueillir en exclusivité, cher Père Noël, et je vous remercie de votre visite qui signifie que les petits Chellois ont tous été très sages" lui a fait remarquer l'édile.

Le village de Noël est ouvert jusqu'au 3 janvier 2016.

Programme des animations spéciales
  • Lundi 21, photographie avec le Père Noël
  • Toujours lundi, atelier sculpture sur glace de 14 à 18 heures, toutes les ½ heures
  • Mardi 22, 3 séances à 15 heures, 16 heures et 17 heures : spectacle « La Brigade des éclaireurs du Père Noël »
  • Mercredi 23, 3 séances à 15 heures, 16 heures et 17 heures : spectacle « Les lutins et le livre magique »
Pere Noel Chelles

 

 

SORTIR -

Une exposition autour du cacao se tient à la médiathèque de Dammartin-en-Goële jusqu'au 23 décembre.

A quelques jours de Noël et en prolongement du salon du chocolat, les visiteurs partent à la découverte d'un des produits vedettes des fêtes de fin d'année.

L'exposition révèle le contenu d'une malle d'un conquistador espagnol au XVIe siècle, parti à la découverte du nouveau monde. En l'ouvrant, un monde de légendes, de récits fabuleux, les arômes puissants du cacao, le xocoalt amer et pimenté des Mayas, se répandent. Sur les vitrines, quelques cabosses, des fèves de cacao, une chocolatière et des moules sont exposés à côté des statuettes et des parures amérindiennes.

Toute l'histoire du cacao est retracée depuis les mythes et les légendes entretenus par les Mayas et les Aztèques à sa fabrication aujourd'hui, en passant par son arrivée en Europe et à la cour de Louis XV à Versailles.

Le public pourra aussi découvrir les vertus du produit utilisé tantôt comme médicament par les moines espagnols tantôt comme breuvage aphrodisiaque par les libertins.

"A la découverte du chocolat", médiathèque George-Sand, place des Prieurs. Tél. 01 60 54 9732 - E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15751,15752,15753,15754,15755,15756"]

 

Les Villeparisiens, petits et grands, se sont retrouvés place Henri-Barbusse, mercredi 16 décembre, pour profiter du marché de Noël, des manèges, du petit train et d'une photo avec le Père Noël. L'après-midi a été féerique.

Le fameux petit train ne s'est pas fait attendre. Les enfants et même les plus âgés trépignaient d'impatience à l'idée de pouvoir y monter. A son arrivée, des sourires jusqu'aux oreilles se dessinaient sur les visages.

Pendant que le petit train faisait son tour de ville, le public pouvait prendre quelques photos avec des personnages qui leur sont dorénavant familiers et qu'on peut retrouver sous la forme de peluches dans toutes les boutiques de jouets, les Minions*. Les personnages tout en douceur distribuaient chocolats et clémentines, et bien-sûr, le Père Noël recueillait les bisous et lettres des plus petits dans son chalet, pendant que les parents immortalisaient le moment, appareil photo à l'œil.  Venus directement de Laponie, les lutins, installés dans le stand maquillage, offraient un nouveau visage aux plus petits. "J'ai choisi d'être maquillé en Dark Vador" s'est ainsi exclamé le petit Tom, parfaitement au top en terme d'actualité cinématographique et cependant gratifié d'un regard dubitatif de sa maman : "Pas sûr que le Père Noël appréciera" se demandait-elle en souriant, attendrie tout de même par son bout de chou aux rêves de sabres lasers.

Tout l'après-midi, les parfums de chichis et de barbes-à-papa ont embaumé la place et la musique du manège a couvert les cris de joie.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="15657,15658"]

*Les Minions ont été vus au cinéma pour la première fois dans le film d'animation "Moi, moche et méchant". Devant leur succès, ils ont ensuite fait l'objet d'une préquelle, "Les Minions". Voir la bande annonce ci-dessous :

Le préfet de la région Ile-de-France, Jean-François Carenco, a publié un arrêté fixant la répartition des sièges au sein du conseil communautaire de la communauté d'agglomération "Paris -Vallée de la Marne" née de la fusion de Marne et Chantereine et du Val Maubuée.

Les avis étaient plutôt partagés à la diffusion de l'arrêté, mercredi 16 décembre, alors que la première réunion de la nouvelle intercommunalité et la répartition de ses sièges auront lieu mercredi 20 janvier 2016 à 20 h 30 .

Le conseil communautaire sera composé de soixante-cinq sièges d'élus des douze communes. Chelles sera la plus représentée avec seize sièges. Suivra Pontault-combault avec onze sièges. Champs-sur-Marne, Torcy et Roissy-en-Brie seront chacune représentées par sept élus. Noisiel, Vaires-sur-Marne et Lognes auront chacune quatre sièges et Emerainville deux sièges. Courtry, Brou-sur-Chantereine et Croissy-Beaubourg auront un siège chacune.

L'ensemble regroupera ainsi à partir du 1er janvier, plus de 226 650 habitants. Le conseil siégera à Torcy et Paul Miguel, l'actuel président de Val-Maubuée, est pressenti pour présider la future assemblée.

Dès la fusion actée par un arrêté du préfet de Seine-et-Marne, Jean-Luc Marx, rendu le 27 novembre dernier, le maire de Chelles, Brice Rabaste, avait regretté que "cette nouvelle agglomération ait été décidée en fonction d'intérêts politiques et de décisions prises à marche forcée, au mépris de l'avis des élus locaux." L'élu reste néanmoins conscient, comme il l'explique, de l'intérêt des habitants du territoire". Néanmoins, "il n'y aura pas de recours compte-tenu du rejet de celui de la CCPMF" confie Xavier Vanderbise, conseiller départemental et maire de Courtry.

*Communauté de communes Plaines et monts de France) - Voir nos articles ici et ici

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

La newsletter : s'abonner

captcha 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°42 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top