Sun-Lay Tan

Sun-Lay Tan

Le premier Villepa'Gourmand qui s'est déroulé samedi 15 et dimanche 16 octobre à Villeparisis a attiré un public de gourmands et de gourmets au centre culturel Jacques-Prévert.

Une cinquantaine d'exposants ont proposé de savoureux produits du terroir et d'ailleurs. Le goût a été visiblement au rendez-vous et a donné à chacun l'envie de revenir et d'en reprendre. Mohammed Zoubir, le directeur du centre culturel, a organisé l'événement et explique : "Nous accueillons de petits producteurs qui vendent des produits de qualité". Les visiteurs ont ainsi pu découvrir au cours du week-end, une gamme de fromages, de charcuteries, de plats et vins de toutes les régions de l'hexagone : Limousin, Savoie, Provence, Alsace, Nord, Sud-Ouest, Bretagne, Corse, Charentes...

Les spécialités culinaires étrangères n'étaient pas en reste. Louis-Philippe et Justine ont proposé du sirop d'érable importé du Québec tandis qu'une foule de curieux s'est agglutinée pour découvrir des insectes en apéritif. "Ils contiennent beaucoup de protéines" insiste le vendeur devant un public encore hésitant. "Je préfère m'attarder devant la tomme aux truffes" sourit Jacqueline, une habitante de Villeparisis alors que son petit-fils regarde avec envie les dragées en fleurs.

"J'ai voulu un espace restauration, un espace exposant, mais également un espace jeux payants et gratuits" indique encore l'organisateur..

Un chariot transportant le panier garni par tous les exposants a été présenté le long des allées ; pour le remporter, il fallait en estimer le poids.

Le public, dès son arrivée sur l'esplanade, ne pouvait qu'avoir l'odeur alléchée par le cochon à la broche d'un artisan portugais ou les burgers, les gaufres et pizzas des food-trucks. Claire était attirée par la musique polynésienne jouée devant le restaurant tahitien. Paul, après plus de deux heures de visite gustative, est ressorti du salon avec un sac de nougat de Montélimar.

A l'entrée, Reynald, sculpteur sur fruits et légumes, a présenté ses chefs-d'œuvres. L'artiste est membre de l'académie nationale de cuisine, champion de France et médaillé d'argent au championnat d'Europe de la discipline.

La première édition de l'événement a nécessité six mois de préparation. 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="32839,32832,32840,32834,32836,32835,32833,32837,32838"]

 

 

Le développement urbain du quartier de la Folle Emprince à Dammartin-en-Goële se poursuit. Vendredi 14 octobre, la troisième tranche du programme Nexity de la ZAC a été lancée en même temps qu'a eu lieu l'inauguration de l'extension de l'école du petit Prince.

Stéphane Mory, le directeur régional de Nexity explique : "L'opération comprend au total 815 logements mais la 3e tranche ne concerne que 200 terrains dont 63 sont pour l'instant mis en vente." Une offre commerciale a permis aux premiers acheteurs d'obtenir une réduction pouvant aller jusqu'à 15 000 euros. Thomas et Badia, un couple originaire de Claye-Souilly, ont décidé de venir s'y installer. "Nous avons choisi Dammartin en raison de la disponibilité des terrains, du prix et la proximité par rapport à notre lieu de travail" expliquent les parents d'une petite fille de 3 ans.

La municipalité a pris en compte l'augmentation de la population. L'école du Petit Prince s'est d'ailleurs agrandie avec six classes supplémentaires. Quatre ont été construites et deux salles de maternelles ont été transformées. Le groupe scolaire d'une capacité totale 16 classes de 30 élèves accueillera au fur à mesure les enfants des habitants dont les logements sont encore en construction. "Grâce à un outil informatique, nous avons pu corréler l'augmentation de la population avec celle des futurs élèves par section et par classe. Ainsi, on peut prévoir les ouvertures de classes et faire des demandes en amont" précise Vincent Clavier, adjoint au maire chargé de l'éducation et de la réussite scolaire.

L'obligation des logements sociaux
Si la collaboration entre la municipalité et l'aménageur a connu des débuts difficiles, le travail a permis, selon la mairie, d'insuffler une "dynamique plus cohérente" : "Les logements individuels construits avec de nouveaux matériaux répondent tous à des normes de qualité et sont accompagnés d'espaces verts intégrés au cadre de vie du quartier. Il s'agit d'un urbanisme nouveau, à taille humaine" explique le maire, Michel Dutruge qui confirme, par ailleurs, la poursuite des projets pour l'habitat : "Nous continuerons à faciliter l'accession à la propriété et à combler notre retard sur notre obligation à construire des logements sociaux pour éviter de lourdes sanctions financières".

[gallery size="large" type="slideshow" ids="32871,32869,32874,32870,32872,32875,32876,32873"]

 

 

Le député européen, candidat à la primaire écologiste qui commence demain, Yannick Jadot, est venu à la rencontre des militants à Chelles, jeudi 13 octobre. De nombreux sujets ont été abordés : législatives, CDG express, déchets, gaz de schiste...

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=O1L57GlthXg] Le rendez-vous avait été fixé dans un café. Yannick Jadot a présenté ses propositions devant une quinzaine de militants et d'élus EELV (Europe écologie les verts) du territoire. Il est l'un des quatre concurrents à la primaire écologiste. Peu connu du public, l'ancien dirigeant de Greenpeace s'est décrit comme le mieux placé "pour rassembler l'écologie politique et associative" grâce à son expérience dans les ONG (organisations non gouvernementales). L'eurodéputé souhaite ainsi se démarquer de ses homologues, Karima Delli et Michèle Rivasi, ainsi que de l'ex-ministre du logement Cécile Duflot.
Législatives, Europacity, CDG express, déchets, gaz de schiste...
Yannick Jadot a pointé du doigt le projet Europacity et a déclaré : "Ce n'est qu'un centre commercial de plus, sous couvert d'un centre culturel".

Il a également réaffirmé son opposition au projet du CDG express, le train qui devrait relier l'aéroport de Roissy au centre de Paris et qui traverserait le nord Seine-et-Marne. "Il s'agit d'un contre-sens économique et écologique. La ligne se fera non seulement au dépend des voyageurs quotidiens du RER mais traversera aussi un site Natura 2 000 avec des incidences sur les milieux naturels" a martelé le candidat devant les signes d'approbation de son auditoire.

Yannick Jadot s'inquiète également des déchets qui s'accumulent dans le département : "La Seine-et-Marne est devenue la poubelle du chantier du Grand Paris en accueillant pas moins 80 % des déchets. Le conseil départemental a ainsi reçu un chèque de 1 millions d'euros moyennant le retrait des recours administratifs contre les autorisations du préfet pour étendre l'exploitation des décharges" (Voir notre article cette semaine).

La problématique du gaz de schiste a été évoquée. Pour l'eurodéputé, "il s'agit d'une des absurdités environnementales et économiques. Tous les pays qui s'y sont lancés l'ont abandonnée."

Vendredi, les enjeux politiques et écologiques locaux semblaient davantage être dans la tête des militants. Ainsi, l'élu au parlement européen a confirmé qu'il y aura des candidats écologistes dans toutes les circonscriptions aux élections législatives : "Nous ne signerons pas d'accord avec le PS, quel que soit le résultat de la présidentielle".

La primaire écologiste se tiendra le 19 octobre pour le 1er tour et le 7 novembre pour le 2e.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="32739,32737,32736,32738"]

 

 

Le mensuel n°26 : les solutions des jeux

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.