Saint-Pierre-lès-Nemours ► Collision mortelle au passage à niveau

FAITS DIVERS-

Alors qu’elle traversait le passage à niveau de Saint-Pierre-Lès-Nemours, rue de Bagneaux, ce matin, mercredi 22 juin vers 10 heures, une automobiliste s’est retrouvée bloquée sur les voies par les barrières qui se sont abaissées.

Peu après, elle a été percutée de plein fouet par le train Corail Paris-Nevers-Clermont-Ferrand. La conductrice, une habitante de Nemours, âgée de 35 ans, est décédée sur le coup après que sa voiture a été entraînée sous la violence du choc, jusqu’au pont de la ville, à proximité de l’église.

Son passager serait sorti du véhicule juste avant l’impact pour tenter de soulever, la barrière, en vain. Il était en état de choc lorsque les policiers l’ont  interrogé sur les circonstances de l’accident. L’enquête a été confiée au commissariat de Nemours qui visionnera l’enregistrement de la caméra de surveillance installée sur le site.

En état de choc également, les quelque 400 passagers du train ont été aussitôt évacués par la SNCF vers la salle des fêtes. Le trafic a pu reprendre normalement en début d’après-midi, peu après 13 h 30.

Ce n’est pas la première fois que l’on déplore des accidents mortels à ce passage à niveau réputé accidentogène. Le dernier en date remonte, jour pour jour, au 22 juin 2014. Un cycliste de 17 ans traversait la voie ferrée, casque audio sur les oreilles. Il n’avait ni vu ni entendu le train de Paris-Bercy qui l’a percuté de plein fouet.

RER ► Cinq adolescentes se couchent sur les rails

Cinq adolescentes ont joué avec leur vie, mardi 28 avril.

Elles se sont couchées sur les rails de la ligne E du RER, à hauteur d’Ozoir-la-Ferrière et se sont prises en photo avec leurs téléphone portable, mode selfie. D’après les autorités, les cinq filles, âgées d’une quinzaine d’années, ont bravé le destin sur le passage à niveau qui traverse la départementale à la sortie de la ville.

C’est par des riverains, atterés mais qui ont eu le bon réflexe, que la SNCF a été prévenue. Par mesure de sécurité, la société a obligé six des trains qui devaient passer par cet itinéraire, à ralentir, occasionnant du même fait jusqu'à une heure et demi de retard pour certains des voyageurs.

Les cinq ados ont été interpellées par la police ferroviaire et confiées aux policiers du commissariat de Pontault-Combault. Elles ont été remises en liberté dans la soirée et une convocation devant le juge leur sera délivrée ultérieurement. La SNCF a déposé plainte.

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°27 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.