La Haute-Maison ► Quatre mineurs victimes d'un accident de la route

Le parquet de Meaux vient de rendre sa décision hier, lundi 10 août : un mineur a fait l'objet d'un rappel à la loi et devra suivre un stage de citoyenneté. L'affaire ne pouvait pas passer inaperçue après le drame de la route survenu en Bretagne dans la nuit du 1er au 2 août et dans lequel quatre adolescents avaient trouvé la mort. Ils avaient embarqué dans la voiture que l'un d'eux avait emprunté à son père, à l'insu de celui-ci. Comment passer à côté d'un fait quasi identique qui s'est produit vendredi 7 août, routes des Loges à la Haute-Maison, et qui aurait pu se terminer de manière aussi tragique ?

Ce jour-là, peu après 14 heures, quatre ados sont partis à bord de la voiture du frère de l'un d'eux. Le petit frère, qui avait invité ses copains à la maison et se trouvait sans doute un peu désœuvré pendant les vacances, a pris la voiture du grand sans que ce dernier soit au courant. Il a conduit sur la route puis s'est dirigé vers un chemin de terre. C'est dans celui-ci qu'il a perdu le contrôle de la voiture. Elle est partie en tonneaux et a terminé sa course sur le toit, secouant au passage ses occupants comme des bouteilles de la célèbre boisson dont il faut décoller la pulpe du fond (NDLR : On peut en rire puisqu'aucun n'a finalement et fort heureusement été blessé).

Une fois la voiture immobilisée, les quatre mineurs, âgés de 15 à 16 ans, en sont sortis et ont appelé leurs parents. Les pompiers ont également été prévenus, alertant par réaction en chaîne les gendarmes.

Après la terrible hécatombe du Morbihan la semaine précédente, on imagine facilement que les parents ont été contents de récupérer leur progéniture indemne.

Personne n'a porté plainte : ni le grand frère dont la voiture a été détruite, ni les autres parents dont la vie des enfants a été mise en danger par le conducteur mineur.

Cependant, le ministère public a estimé qu'il pouvait difficilement ne pas marquer le coup.

Ainsi, les stages de citoyenneté sont une alternative à l’incarcération et concernent généralement les jeunes de 18 à 22 ans condamnés pour des incivilités, dégradations, rebellions, outrages, violences sur personnes dans le cadre de l’exécution des peines de travail d’intérêt général (TIG).

En savoir plus, cliquez sur stages de citoyenneté 

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°31 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top