Messy ► Incendies et dégradations : le maire est en colère

FAITS DIVERS -

Des incendies volontaires ont été allumés dans le village de Messy. Les incendiaires agissent depuis plusieurs semaines. Le maire du village, Jean-Lou Szyszka, en colère, envisage l'installation de caméras de surveillance.

Les feux ont commencé début mai. Le maire indique, un à un, les lieux où des incendies ont été déclenchés : "...un feu de poubelles sous la halle Saint-Pierre, en face de la mairie, un second, entre la salle des fêtes et l'école maternelle, un autre, de branches, de feuillage ou de foin au stade municipal... Pas moins de cinq incendies ont été recensés depuis le début du printemps. "

A chaque fois, il a fallu l'intervention des sapeurs pompiers pour éviter que les flammes se propagent et que tout parte en fumée. "On a évité plusieurs fois la catastrophe" s'alarme l'élu.

Des dégradations et des incivilités
D'autres dégradations ont été constatées : pots de fleurs renversés et cassés, végétaux arrachés... "Des actes volontaires et gratuits", assure Jean-Lou Szyszka. Il montre le dernier acte de vandalisme : des petits trous de brûlure imitant des impacts de balles sur la porte de la salle des fêtes entièrement rénovée. "Ils ont éteint leurs cigarettes dessus. Il va falloir tout refaire" s'indigne le maire.

Les nombreuses incivilités s'ajoutent aux dégradations. Ainsi, chaque lundi, les services de la commune passent la matinée à nettoyer les abords de la salle des fêtes ou du local troisième âge et ramassent des bouteilles en verre, des canettes de bière ainsi que des boîtes et restes de fast-food.

L'œuvre d'un pyromane
Le maire a une idée de l'identité des auteurs mais n'a pas de preuves. D'ailleurs, personne n'a été pris en flagrant délit. "Je suis en conflit avec un groupe de personnes après leur avoir fait des rappels à l'ordre au moment où ils squattaient ou faisaient du tapage. Il doit y avoir, parmi eux, un pyromane, une personne attirée par les flammes " confie l'édile, ancien soldat du feu. Il étudie la possibilité de faire installer la vidéo-protection, comme à Gressy, le village voisin (voir notre article).

Tous les faits se sont déroulés la nuit. La municipalité a déposé plusieurs plaintes au commissariat de Villeparisis. Les policiers ont assuré faire des patrouilles régulièrement.

[gallery size="large" type="slideshow" ids="25666,25667,25669"]

 

 

Mitry-Mory ► Incendies de véhicules : Adrien Desport, FN, en détention provisoire

Mardi dernier, la police a interpellé les auteurs présumés des incendies de véhicules qui ont agi dans la nuit du 8 au 9 avril à Mitry-Mory (voir notre article sur le lien : Adrien Desport en garde à vue). Après avoir été présenté au juge, le lendemain, mercredi 10 juin, l'un des six protagonistes, Adrien Desport, 25 ans, militant du Front national, a été placé en détention provisoire en attendant le jugement le 15 juillet. Il devrait être soumis dans ce laps de temps à une expertise psychiatrique.

Les cinq autres interpellés ont été placés sous contrôle judiciaire et remis en liberté.

Le maire, Charlotte Blandiot-Faride confie avoir appris la nouvelle par la police, "avec stupeur" et précise dans un communiqué dont voici un extrait : "Nous savions déjà que le Front national instrumentalisait les peurs dans un but électoral, mais ces méthodes de manipulation issues des pires dictatures font froid dans le dos, tout autant qu’elles doivent nous alerter sur les dangers que court la République. Nous l’avions rappelé, une telle vague de violence, sans précédent, la veille de l’élection du nouveau maire, était pour le moins troublante... Nous renouvelons une nouvelle fois notre soutien plein et entier aux victimes de ces exactions odieuses..."

Villeparisis / Pierre-Levée ► Incendies dans un pavillon et dans un garage

Des incendies ont éclaté vendredi 3 avril, d’une part, en milieu de matinée, dans un pavillon à Villeparisis, rue Jean-Jaurès, d’autre part peu après 16 h 30, à Pierre-Levée, au hameau de Courte-Souppe, dans un garage.
Le matin, à Villeparisis, le feu a pris au premier étage de la maison. Les pompiers ont transporté au centre hospitalier de Jossigny,  deux des trois occupants, intoxiqués par les fumées inhalées. Le troisième, légèrement incommodé, est resté sur place. L’assureur se chargera de reloger les cinq personnes qui vivaient dans le pavillon.  
L’après-midi, à Court-Souppe, c’est dans un garage que le feu s’est déclaré. Le risque était d’autant plus élevé qu’y étaient entreposées des bouteilles de gaz menaçant d’exploser sous l’effet de la chaleur. Il fallait également éviter que les flammes ne se propagent au pavillon attenant au garage. Les manœuvres étaient délicates pour les pompiers qui ont eu du mal à alimenter les lances en eau du fait de la configuration des lieux. Le temps de l’intervention, la circulation a dû être interrompue sur la départementale 19 qui traverse le hameau.
L’habitant de la maison a été hébergé chez un voisin. 

A Villeparisis, l'intérieur de la maison a été ravagé par les flammes et les cinq occupants ont été relogés. A Villeparisis, l'intérieur de la maison a été ravagé par les flammes et les cinq occupants ont été relogés.

Feuilleter le mensuel

Magjournal 77 - Mensuel N°25 - Avril 2020
 
 

Le mensuel n°25 : les solutions des jeux

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.