×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Claye-Souilly ► Stanislas Teixeira à La Closerie : né pour être chef cuisinier

Stanislas Teixeira tient la fibre de cuisinier de son père Pedro Teixeira, restaurateur-traiteur à Claye-Souilly. L'homme est à son affaire quand il mitonne de bons petits plats dans sa cuisine toute neuve du nouveau restaurant La Closerie à Claye-Souilly.

Stanislas Teixeira a pris les commandes de l'établissement depuis juin dernier. « Du frais et du fait maison » comme il aime à le dire. Intronisé Toque Blanche de la gastronomie française, passionné par la bonne cuisine, Stanislas est né d’une famille de métiers de bouche, sa passion lui est venue de son père.

Trois questions au chef
Stanislas, comment la passion du métier vous est-elle venue ?

Tout est venu de ma famille, puisque nous sommes une famille qui touche les métiers de bouche. Ma mère est dans la poissonnerie, mon père a été boucher, puis restaurateur-traiteur, mon grand-père est boucher-volailler et mon oncle et ma tante travaillent dans les fruits et légumes. Depuis plusieurs générations, nous sommes tous passionnés par nos métiers. Mon père a décidé d’ouvrir un restaurant à Claye-Souilly et pour passer du temps avec lui le week-end, j’étais dans la cuisine à goûter les plats. C’est de là que tout est parti.

A quel âge avez-vous commencé ?

J’ai débuté à l’âge de 13-14 ans pendant  les week-ends et j’ai commencé mes formations en restauration à partir de 15 ans, cela fait dix ans maintenant que je suis dans le métier. 10 ans de passion, d’amour, de recherche, il faut aimer pour créer, toujours s’améliorer, parfaire de nouvelles recettes ou revisiter les anciennes. Il faut étonner les clients, se démarquer. Un client agréablement surpris, par le visuel de son plat, par le goût, par la texture des aliments, nous donne  envie de faire encore mieux, et indéfiniment.

Vous soulignez du frais et du fait maison. Est-ce une marque de fabrique ?

Une marque de fabrique, je ne sais pas, mais j’aime concevoir mes plats avec des denrées fraîches. C’est pour moi une nécessité de créer mes recettes avec des produits du jour. Nous sommes là pour donner du plaisir au client. Cuisiner sans faire du frais c’est facile. Du frais de A à Z, c’est plus difficile, beaucoup plus intéressant et même rigolo. La cuisine demande passion, temps, et un sens de l'amusement. Quand on arrive à créer une recette maison ou un plat sorti de son imagination et qu’il est réussi, c’est une grande satisfaction pour toute la brigade. D’une manière rigolote, on fait la popote et à la finale on conçoit tout. Nous transformons les produits jusqu’au bout, de la pluche au produit lui-même pour le meilleur résultat. Nous avons des recettes qui demandent plusieurs produits à associer pour relever les parfums. Il est important que le client découvre des saveurs différentes qui vont lui faire deviner au fur et mesure de son repas un univers de parfums. Il n’y a que les produits du jour et le fait-maison qui peuvent donner un tel résultat.

Portrait chinois

Stanislas Teixeira, si vous étiez…

...une couleur ?

Sans hésiter  le bleu. Pour rappeler la mer et le ciel.

...un animal ?

Le chien, c’est mon animal préféré pour son côté affectif et protecteur.

...une fleur ?

La rose rouge, couleur de l’amour et de la passion.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="31157,31156"]

Publireportage

Claye-Souilly ► Restaurant La Closerie : une inauguration pleine d'étoiles

La famille Teixeira a inauguré son nouveau restaurant gastronomique, La Closerie, en compagnie de grands chefs étoilés membres de l'International club Les Toques blanches. Une centaine d’invités ont assisté à l'événement, vendredi 29 avril, à Claye-Souilly.

Clients, amis, élus étaient réunis pour la circonstance : le restaurant La Closerie a été inauguré.

Stanislas Teixeira, intronisé Toque blanche depuis le début de l’année 2016, sera à la tête de la brigade du nouveau restaurant. Pedro Teixeira, restaurateur traiteur à Claye depuis l’année 2000, retrace un bout d’histoire : « Le restaurant où nous nous trouvons avait brûlé en avril 2006 et je voulais à tout prix rouvrir en avril. Dix ans, cela peut paraître long, mais nous avons pris le temps de remettre le bateau à flot pour repartir avec mon fils, Stanislas, sur un nouveau concept de restauration. Nous avons tout de même misé gros sur le projet puisque nous avons emprunté 600 000 euros aux banques. Il fallait acquérir leur confiance. Mon autre affaire, Le Bistro't, en centre-ville, y est pour beaucoup. Nous avons attendu longtemps, avec beaucoup de travail à la clé, mais la situation est devenue solide au fil du temps et nous avons pu mener à bien le projet".

Stanislas a été intronisé "Toque blanche" il y a deux mois. Ses deux parrains vont le former à travers des stages proposés dans les plus grands restaurants. Selon son père, c’est sa voie et il est passionné par ce qu’il fait. Pour Pedro, la réussite est à portée de main, ou plutôt à portée de casserole, même s'il reconnaît que "ce sera beaucoup de travail" puisque Stanislas aura en plus de sa toque de chef une vingtaine d’employés à gérer au quotidien.

D'ailleurs, le restaurateur recherche du personnel qualifié pour assurer le service sept jours sur sept.

Découvertes et créations
Vendredi, les Toques blanches se sont déplacées en nombre pour l'inauguration. Jacky Martin, professeur et chef de cuisine, est venu encourager son poulain, Stanislas : « Nous avons intronisé Stanislas pour ses qualités de cuisinier et aussi parce qu'il recherche sans cesse de nouvelles saveurs, de nouvelles cuissons, de nouvelles couleurs, de nouvelles présentations… Les Toques blanches sont mondialement reconnues pour leur enthousiasme à communiquer leur passion de la cuisine gastronomique aux jeunes voulant apprendre le métier de cuisinier. Nous avons remis au goût du jour des recettes oubliées, ce qui permet de faire découvrir à nos jeunes des saveurs et des textures lors de nos ateliers. C’est attractif et je pourrais dire grandiose au palais !"

Les ateliers des Toques blanches ont lieu essentiellement au lycée Belliard à Paris (18e), mais les chefs se rendent également dans les grandes écoles de la gastronomie française comme il y a quelques mois à Cannes. Ils voyagent aussi à travers le monde et passent dans les plus grands restaurants...

Buffet gastronomique et animation étaient au rendez-vous pour le nouveau départ.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="23815,23810,23811,23805,23806,23807,23808,23812,23809,23813,23814,23817,23818,23820,23822,23819,23823,23824,23825"]

 

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.