×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Vie locale

Plaines et monts de France ► Les élus claquent la porte de la préfecture

« Pas question de reculer par rapport à l’engagement que nous avons pris » disait encore Bernard Rigault, président le l’interco Plaines et monts de France, jeudi 21 mai lors du conseil extraordinaire au Mesnil-Amelot. Une semaine plus tard, jeudi 28 mai, il a encore fermement montré sa position à la CDCI (Commission départementale de coopération intercommunale) à Melun, tout comme les autres élus seine-et-marnais et le président du Conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux. En effet, selon les projets initiés par le préfet de Région, Jean Daubigny, Chelles serait rattachée au Grand-Paris, Sénart à Evry et Arpajon (Essonne) et Plaines et monts de France démembrée de 17 communes au profit du Val-d’Oise.

Jeudi, les élus et responsables concernés ont voulu faire intégrer à l’ordre du jour leur vœu de défendre l’unité des intercommunalités et communes inscrites sur la liste des « condamnés ». Cependant, le préfet du département, Jean-Luc Marx, les a déboutés. En conséquence, ils ont quitté la séance en affirmant : « La Seine-et-Marne doit occuper toute sa place dans une dynamique tant régionale que métropolitaine".

Ils mettent en avant "la condition première du respect par le Gouvernement des territoires et de leurs habitants" : "Nous sommes résolus et mobilisés pour combattre toute tentative d'affaiblissement du département ».

A partir de là, il est prévu qu’une délibération soit prise dans les communes à travers les conseils municipaux. La CRCI (Commission régionale de coopération intercommunale) prévue en juillet, cette fois avec le préfet de Région, mettra-t-elle un terme au bras de fer qui s’est engagé ?

Les Seine-et-Marnais qui ont quitté la réunion, jeudi sont :

  • Jean-Jacques Barbaux, président du Département de Seine-et-Marne
  • Valérie Lacroute, député-maire de Nemours
  • Nicole Radenne, adjointe au maire à Moussy-le-Neuf
  • Marie-Line Pichery, maire de Savigny-le-Temple
  • Michel Bisson, maire de Lieusaint et président de la communauté d'agglomération de Sénart
  • Roger Denormandie, Président de la Communauté de communes de la Bassée Montois
  • Eric Jeunemaitre, adjoint au maire de Provins et conseiller régional
  • Brice Rabaste, maire de Chelles
  • Olivier Lavenka, vice-président du département de Seine-et-Marne en charge de l’aménagement du territoire, de la politique contractuelle et de l’agriculture
  • Jean-Louis Durand, maire de Marchémoret et vice-président de la communauté de communes Plaines et monts de France
  • Bernard Rigault, maire de Moussy-le-Neuf et président de la communauté de communes Plaines et monts de France
  • Jean-Michel Morer, maire de Trilport
  • Gérard Chanclud, maire de la Chapelle-la-Reine

Publié dans Vie locale

Claye-Souilly ► Chocolatier : œuvres insolites pour la Fête des mères

Caméra imageNoir, au lait, praliné, au café, à la menthe, au caramel, à la noix de coco... Cédric Tostain, chocolatier à Claye-Souilly, en fait de tous les arômes, les meilleurs, ceux qui mettent le cacao en valeur et qui donnent l'eau à la bouche. Difficile de ne pas saliver au-dessus du plan de travail, du chocolat fondant, devant le commerçant artiste qui travaille la matière coulante encore chaude pour la transformer en œuvre délicate, inattendue. Et là, on se retient de croquer dans la pièce parce qu'on devrait détruire un sac à main, un escarpin, un CD ou encore une moto ! C'est pourtant la destinée de toutes les créations de Cédric, être mangées. galerie photoTout en haut de la rue Jean-Jaurès depuis deux ans et demi, Cédric Tostain fait fondre, procède au tablage, au refroidissement, au cadrage des ganaches. C'est précis : "Pour pouvoir mélanger les arômes et autres ingrédients au chocolat, il doit être fondu puis refroidi pour passer au cadrage (voir la vidéo). Le chocolat doit être entre 25 et 26 degrés". Montrant le thermomètre, il ajoute : "Là il est à 32, donc il faut de verser à nouveau sur la table en marbre réfrigérante et le retravailler jusqu'à ce qu'il atteigne la bonne température".

Du coup, les parfums d'amertume et de sucre chaud imprègnent encore un peu plus (si c'est possible) le magasin et l'atelier juste derrière. Le chocolatier enrobe les tranches d'orange confite, découpe les carrés qui seront présentés en vitrine, décore... Chaque jour sous ses doigts, le chocolat prend vie.

Cédric est né à Moussy-le-Vieux. Après s'être orienté vers la boulangerie, puis vers la pâtisserie, il a finalement plongé dans le chocolat et passé son CAP. Dans sa branche, il est devenu maître.

Il a même créé sa propre pâte à tartiner aux noisettes et... chocolat. "c'est tout nouveau. Je n'avais fait qu'une dizaine de pots (NDLA : 7 € le pot de 250 gr) et ils sont partis comme des petits pains. J'en ai fait d'autres pour répondre à la demande. En plus cette année la période de Pâques a très bien marché !

Le prochain événement qui attirera fortement les gens vers le chocolat, c'est ce week-end, la Fête des mères, dimanche 31 mai.

La galerie photo 

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3734,3729,3730,3733,3722,3723,3724,3725,3726,3727,3728,3731,3732,3721"]

 

Publié dans Vie locale

Dammartin-en-Goële ► Un chèque et du pain d’épice pour les scouts

Le Rotary club de Dammartin-en-Goële a récompensé les scouts pour leur participation à la dernière banque alimentaire. Mercredi, les membres du club dammartinois se sont réunis à Longperrier pour l’occasion.

Jean Heroult, chef du groupe de Dammartin-en-Goële pour le mouvement scouts et guides de France, accompagné de sa fille Caroline, également chef scout, a longuement exposé à l’assemblée, son rôle parmi les jeunes : les éduquer à la vie en groupe, avec toutes les activités de plein air prévues pendant l’année. Il a spécifie : « Chez les scouts de France, nous acceptons toutes les religions, de toutes origines. A Dammartin, nous proposons également la possibilité aux jeunes de préparer le BAFA, gratuitement ».

Thierry Le Menn, directeur général de l’Intermarché d’Othis, a participé en prêtant un espace dans son magasin pour la banque alimentaire : « Nous avons aménagé l'endroit pour recevoir les sept tonnes de produits de première nécessité sur palettes. Le public a largement participé à l’achat de ces produits ».

Une demi-palette de pain d’épice et 400 euros

A la suite d’une opération faite en décembre dernier avec le Rotary club de Meaux, le club de Dammartin a acquis un lot de pain d’épice pour financer la banque alimentaire s’adressant aux personnes dans le besoin.

"Pour remercier les scouts de Dammartin qui ont largement participé à l’opération, nous avons décidé de leur offrir un lot de pain d’épices et pour agrémenter ce lot, un chèque de 400 euros qui permettra, je pense, à les aider pour de futures activités » souligne Xavier Thomas de Montpreville, président du Rotary club de Dammartin.

La banque alimentaire est basée sur le bénévolat, le mécénat, et la participation du public dans l’achat de produits qui sont redistribués par les scouts aux plus nécessiteux.

Rotary Dammartin

Publié dans Vie locale

Juilly ► Trois jours de fête ont animé le village

A Juilly, les trois jours de pentecôte se sont déroulés sous le signe de la musique et des souvenirs. Malgré les apparitions intermittentes du vent et de quelques gouttes de pluie, les Juliaciens se sont retrouvés autour de la fête foraine tout au long du week-end.

La population a suivi la retraite aux flambeaux dans les rues du village accompagnée par la fanfare et les majorettes du groupe Stars suivi du char décoré par les enfants de l’accueil de Loisirs.

Une quarantaine de jeunes ont participé à la représentation de danse préparée avec l’équipe d’animation, à côté de la troupe de danseuses, Tropicando, et leur Show, Caraïbes folies.

Stéphane Salmon a ensuite animé la soirée avec un piano-bar / radio-crochet autour des Juliaciens venus se restaurer.

Lundi après-midi, la météo incertaine n’a pas découragé les poneys qui ont promené de nombreux enfants sur le stade. Les activités proposées aux parents et enfants sur le stade de foot ont permis la réalisation de magnifiques constructions en Kapla, sculptures de ballons et de superbes maquillages. A 18 h 15, les ballons multicolores se sont envolés dans le ciel dégagé de la fin de journée.

Cette année, le week-end de Pentecôte a été l’occasion pour de nombreux Juliaciens de se plonger dans leurs souvenirs avec deux expositions : « Retrospective de Juilly » réalisée par Jocelyne De Ruyck (photos et articles) et « Objets souvenirs de Juilly », réalisée par la municipalité avec le prêt d’objets et photos de Juliaciens et des « trésors » de la commune. Chacun a pu retrouver des photos, cartes postales ou encore objets utilisés quand ils étaient enfants.

Les trois jours d'animations se sont terminés par le pot de l'amitié sur le stade.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3764,3762,3763"]

Publié dans Vie locale

Messy ► Graines, fleurs, boutures et ateliers au 1er troc

Les organisateurs de l'association Messy environnement n'en reviennent toujours pas. Le nombre de visiteurs à la première édition du troc de fleurs qui s'est tenue sous la halle Saint-Pierre à Messy, dimanche 23 mai, a dépassé leurs prévisions. Il est vrai que les bénévoles se sont une fois de plus beaucoup investis pour tout organiser et pour communiquer sur l'événement. Si bien que certains jardiniers amateurs sont même venus de Coulommiers.

De nombreux boutures, jeunes plants, graines et même fruits des jardins des particuliers  se sont ainsi échangés sous le beau soleil printanier. Aucune vente, que du partage ou du don. Ainsi, même les amoureux de la nature qui auraient oublié d'apporter un végétal ne sont pas répartis les mains vides. L'idée originale a, semble-t-il, beaucoup séduit. "C'est différent des marchés aux fleurs où il faut acheter" constate une troqueuse ravie d'avoir trouver des graines de potiron et une bouture d'arbuste de la célèbre baie de goji pour son potager.

Pour les plus petits, des ateliers de modelage et de sculpture à partir d'objet du jardin étaient animés par l'artiste plasticien messien, Yuri Modena.

L'imagination des graines de star a permis de créer des  animaux, des objets et des personnages.

Devant un tel engouement, les organisateurs n'ont pas eu d'autre choix que de prévoir une 2e édition, l'année prochaine.

[gallery size="medium" type="rectangular" ids="3531,3526,3525"]

Publié dans Vie locale

Othis ► Le salon de la nature était plein de poésie

Les amoureux de la nature ont trouvé leur compte au salon organisé à Othis. Il s'est déroulé samedi 23 mai dans la salle de l'Agora entourée des commerçants du marché habituel. A l'intérieur, les visiteurs pouvaient s'acheminer du stand de jardinerie, à celui des bijoux, de l'apiculteur, du point conseils en jardinage. Les petits étaient concentrés sur leurs ouvrages proposés aux ateliers créatifs et construisaient un monde de brindilles, mousse, fleurs séchées et pommes de pin. Les grands aussi ont trouvé les travaux manuels distrayants avec quelques allers et retours au troc de plants et boutures et expositions diverses.

Parmi celles-ci figuraient les hôtels à insectes fabriqués dans les centres de loisirs de la commune. Ils allaient du plus méticuleusement construit et aligné, au plus aléatoire répondant cependant aux impératifs de la nature parfois hasardeuse néanmoins pleine de poésie.

Le concours de mini-épouvantails à confectionner a rassemblé quarante jeunes participants. Cinq d'entre eux sont montés sur le podium des gagnants, plaçant tout en haut Lucie Salomon.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3570,3573,3572,3571,3574,3576,3577,3578,3580,3583,3579,3582,3584,3586,3587,3588,3585,3589,3590,3594,3592,3603,3593,3595,3596,3597,3598,3599,3601,3602,3604"]

Publié dans Vie locale

Claye-Souilly ► 2 000 € collectés contre les maladies du foie

Francis Pick, Savoyard, est, comme il le raconte, grand-père d'une petite fille qui a maintenant 7 ans. A sa naissance,  Valentine était atteinte d'une maladie du foie rare et mortelle. Elle a été greffée il y a plusieurs années à l'hôpital Necker à Paris. "Maintenant elle pète la forme ! Elle fait du cheval, du ski, de la danse... Elle vit normalement, ce qui était loin d'être gagné avant sa greffe" indique Francis qui s'est lancé dans l'association AMFE (Association maladies foie enfants) pour sa petite-fille et aider d'autres enfants. Il précise : "Une centaine d'enfants sur 800 000 sont touchés chaque année. C'est une maladie qui ronge le foie. Sur le nombre d'enfants malades, 80 % passent à la greffe. Il n'y a que quatre hôpitaux en France qui pratiquent ces greffes du foie : 80 % à Bicêtre et Necker et 20 % à Lyon et Marseille".

Evelyne Leprince, d'Aulnay-sous-Bois fait également partie de l'association. C'est aussi pour sa petite fille qu'elle s'est impliquée dans la lutte contre la maladie et le soutien à la recherche médicale. Elle raconte : "Margaux a été greffée à 10 mois. Elle a 4 ans maintenant et vit très bien."

"Vous vous rendez-compte de ces petits corps qui doivent être opérés ! C'est vraiment petit sur les bébés, ajoute Francis. Dans l'association, le plus jeune greffé a 4 mois !"

Francis insiste encore sur le défaut de dépistage de la maladie et déclare : "Souvent , les sages-femmes, infirmières ou même pédiatres pensent tout de suite à une jaunisse quand les enfants sont jaunes. Evidemment c'est souvent ça, mais si c'est plus grave, ça leur échappe"

Afin d'aider à la recherche sur la maladie, un chèque de 2 000 € récoltés au salon des plantes dorénavant annuel, organisé par le Rotary Club de Claye-Souilly-Roissy Charles de Gaulle et soutenu par la municipalité, a été remis à l'association. La SNHF (Société nationale d'horticulture de France) patronne l'opération.

http://www.amfe.fr/maladies/qu-est-ce-qu-une-maladierare/

 

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3646,3655,3647,3648,3649,3650,3652,3653,3654,3651,3656,3657,3658,3659,3660,3661,3662,3663,3664,3665,3666,3667"]

Publié dans Vie locale

Le Mesnil-Amelot ► Ambiance guinguette pour le pique-nique dans le parc

image galerieLe Mesnil-Amelot a célébré la Nature pour la première fois, samedi 23 mai. La municipalité et le comité des fêtes avaient organisé un pique-nique géant au bord de l'eau, dans le parc de la mairie.

Le cadre était exceptionnel, tout comme le temps qui n'a épargné la région ces temps-ci. Les canotiers prévus par les organisateurs et les casquettes n'étaient pas de trop.

Les enfants faisaient voguer les voiliers miniatures sur le plan d'eau, les plus grands s'activaient à déballer les sandwiches ou à s'approcher des grillades près de la terrasse en bois. D'autres encore, allongés sur l'herbe, profitaient ses rayons du soleil.

Les plus actifs se sont familiarisés avec les jeux autour du thème de l'environnement et du recyclage, ou bien d'expérience d'apprentis chimistes concernant les réactions de l'eau. L'hôtels à insectes fabriqué par les services techniques a également éveillé les curiosités, comme l'apiculteur, prêt à montrer à travers la vitre de la ruche de démonstration, la reine des abeilles qui venait de paraître.

Les jardiniers ont pu bénéficier de compost distribué gratuitement.

"L'année prochaine, il se pourrait qu'on installe quelques mètres carrés de plancher pour que les visiteurs puissent guincher" a indiqué le maire, Alain Aubry.

La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3614,3615,3641,3616,3617,3618,3619,3620,3621,3622,3623,3624,3625,3626,3627,3628,3629,3630,3631,3632,3633,3634,3635,3636,3637,3638,3639,3640,3642"]

 

Publié dans Vie locale

Gressy ► 200 poules pour 90 familles

Caméra imageC'est une distribution de 200 poules pondeuses qui s'est déroulée devant la salle Athéna de Gressy, samedi matin, 23 mai. Pas moins de 90 familles étaient venues chercher un couple de volatiles... par deux parce qu'une toute seule s'ennuie. Evidemment, l'idéal pour les animaux est de pouvoir vaquer à leur aise dans le jardin. C'est certain, elles vont "faire du ménage", autrement dit manger les limaces, escargots, insectes, vers en tous genres et autres bestioles, ratiboiser l'herbe sans grande distinction entre la bonne et la mauvaise, préférant quand même les brins jeunes, frais et bien gras...  Si le jardin est un peu étroit pour elles, il faudra accepter que la terre des bordures soit régulièrement râclée, voire creusée. Bref, quand on a des image galeriepoules dans son jardin, ça se voit. Mais tout ceci ne les empêchera jamais d'avaler aussi les déchets que vous leur donnerez à consommer.

Et des déchets, elles en consomment ! Une poule en forme peut picorer jusqu’à 300 kg de déchets par an...

"Qui dit allègement des déchets dit économie sur le traitement des ordures et donc sur la taxe concernée. Si elle n'est pas nécessairement réduite (NDLA : difficile de voir réduire les impôts ces temps-ci...), elle peut ne pas augmenter" précise l'intercommunalité, Plaines et monts de France, organisatrice de la distribution de poules et de la formation qui va avec.

Sébastien Dorions, responsable du service environnement, a dispensé les conseils sur le tri des déchets aux familles venues des 37 communes du territoire. Il a rappelé ce qui peut être recyclé et ce qui ne peut pas l'être :  "Une boîte de pizza pleine de graisse ne doit pas être mise dans les poubelles bleues, tout comme les pots des yaourts."

Quant aux poules adoptées par les habitants, il a également donné tout le mode d'emploi : un poulailler qui ferme la nuit, à cause des prédateurs (principalement les renards, friands de poules endormies faciles à attraper), des nids surélevés avec de la paille bien sèche (l'humidité peut leur être fatale), du grain et des déchets alimentaires. Il est conseillé d'agrémenter le menu de coquilles d'huître ou d'œuf broyées qui contribueront à la solidité de l'œuf. Les œufs, c'est ce qu'on attend des volatiles qui peuvent en pondre chacun jusquà 300 par an.

François Dano, éleveur à Villemareuil, fournisseur de la plupart des poules dans la région, a donné des détails sur "la bonne tenue d'une poule" et a souligné : "Elles sont faciles à élever et demandent peu d'entretien".

Des poules... avec ou sans poussins ?

La question est toujours surprenante, mais il faut croire qu'on ne connaît pas encore assez nos animaux car régulièrement, les gens demandent si les œufs donneront des poussins. Eh bien non ! Pour avoir des poussins, il faut un coq ! C'est une constante 100 % naturelle : sans mâle, les femelles ne sont pas fécondées donc, pas de progéniture. Pour avoir des poussins, il faut une poule et un coq.

Une poule ne prend pas de vacances 

Les poules ne prennent pas de vacances et en plus elles ont des habitudes qu'il faut éviter de changer pour ne pas les stresser. Elles paniquent déjà lorsque l’on change la mangeoire de place...
Elles ont besoin de soins et de nourriture, sans oublier de l'eau fraîche, propre, quotidiennement. Si vous vous absentez deux ou trois jours, il existe des réservoirs spécialement adaptés pour l'eau et pour la nourriture.
Par contre, au-delà, il faut trouver quelqu’un qui prendra soin de vos pensionnaires en votre absence. L’idéal est de s’arranger avec un voisin qui viendra nourrir les animaux et ramasser les œufs. Pensez aussi au renard qui, si le poulailler n'est pas bien fermé, aura la partie encore plus facile pour venir chiper vos poules. Il pourra les tuer toutes, ou pas, mais n'en emportera qu'une car il n'a pas de panier et c'est tout ce qu'il peut prendre dans sa gueule. Vous saurez que le renard est passé parce que l'une de vos protégées manquera définitivement à l'appel. Alors attention à bien fermer le poulailler le soir et de le rouvrir le matin - de bonne heure surtout l'été !
Il se peut que le chien de la famille se prenne d'affection pour vos poules. Si jamais il les côtoie d'un peu trop près, il risque d'y prendre goût, au sens littéral du terme... Attention de ne pas les laisser trop en contact sans surveillance.
Le chat : pas de problème, les poules sont trop grosses pour lui. Par contre, il sera utile pour chasser les autres prédateurs des poules tels que fouines, belettes, rats...

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3385,3376,3370,3372,3378"]

 

 

 

 

Publié dans Vie locale

Plaines et monts de France ► Les élus mobilisés

Ils sont venus à la grande réunion de Plaines et monts de France (CCPMF) comme on part en guerre. Aucune fleur au fusil cependant, pas plus que d’assurance de victoire. Pour seul uniforme, l’intercommunalité avait revêtu les écharpes tricolores de ses élus pour dire « non » à son démantèlement.

Jeudi 21 mai, la grande salle Maurice-Droy, au Mesnil-Amelot était pleine d’administrés concernés ainsi que de tous les maires, adjoints, conseillers des 37 communes.

Le député Jean-François Copé s'est désisté au dernier moment, s'excusant de son absence et assurant l'interco de son soutien à travers un courrier adressé à Bernard Rigault.

Le président du Conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux, était retenu également de son côté et s'est fait représenter.

Les sénateurs Eblé et Hyest, conviés aussi, n'ont pas répondu à l'invitation.

C’est vrai, les chefs de guerre ne sont pas forcément sur le terrain mais les troupes ont malgré tout besoin d’être galvanisées. Fallait-il déduire de ces absences que la partie se joue ailleurs ou bien qu'elle est jouée d’avance ? Perdue ou gagnée ?

S’agirait-il de conserver l’interco telle quelle ou bien d’une autre idée que des élus considèrent comme totalement « folle », celle d’intégrer toute l’interco au Val-d’Oise ?

C'est en tout cas l'idée pour laquelle le député, Yves Albarello, opterait, ainsi qu'il l'a annoncé dans son discours. Par contre, Plaines et monts de France veut conserver sa configuration tout en faisant partie du Grand Roissy, "à condition que celui-ci intègre toutes les collectivités en créant le pôle métropolitain tel que le permet la loi" a précisé Bernard Rigault.

« Minables petits calculs politiciens… charcutage… vente à la découpe… Hausse d’impôts locaux, hausse des taxes d’enlèvement des déchets, pertes de compétences, réduction des services du territoire, catastrophe budgétaire… » Les discours aux expressions fortes ont été ovationnés par le public inquiet face aux perspectives qualifiées de « suicide collectif » par le président Rigault, en cas de rattachement des 17 communes concernées au Val-d'Oise.

Si un demi millier de personnes s’étaient rassemblées, c’était bien pour dire « non » au démantèlement de la CCPMF. Celle-là même qui a eu tant de difficultés à se former, avec ou sans Mitry-Mory, Compans, Le Pin et Villeparisis, pour finalement intégrer les quatre communes après maintes négociations.

Un bref rappel du problème 

C’est l’été dernier que le préfet de région, Jean Daubigny, a sorti l’idée de rattacher au Val-d’Oise dix-sept communes de l’interco qui en comprend trente-sept. Le projet est arrivé une fois que la communauté de communes a commencé à fonctionner sous sa forme actuelle. De quoi faire se cabrer les élus, déjà investis dans les projets communs.

La bataille se livre encore et toujours autour de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Chaque frontalier se dispute les richesses générées par la plateforme.

Une décision jeudi 28 mai

Une CDCI (Commission départementale de la coopération intercommunale)  se tiendra jeudi 28 mai à Melun. Ce jour-là, le sort de l’interco pourrait être dévoilé.

Au 1er janvier 2016, date butoir de l’exécution de la loi, le destin de Plaines et monts de France devrait être scellé.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3486,3485,3484,3483,3481,3480,3479,3478,3476,3475,3474,3473,3472,3471,3469,3468,3467,3466,3465,3464,3547"]

Publié dans Vie locale

Charny ► Bernard Jouan a reçu la médaille de la ville, avant son départ

Caméra imageIls étaient tous là, réunis autour de Bernard Jouan. Plus de 200 personnes, famille, élèves et amis, sont venus au vernissage de l'exposition du professeur, samedi 23 mai, à la salle des fêtes de Charny. C'était sa dernière exposition avec les élèves qu'il a guidés durant des années, à qui, comme ils disent eux-mêmes, "il a donné autant artistiquement qu'humainement". L'exposition a permis d'admirer une fois encore les œuvres de l'artiste aux côtés de celles de ses élèves.

Ils sont venus d'un peu partout : du Pin, de Juilly, de Claye-Souilly et même de Sevran. Il était difficile, pour certain de contenir les larmes du départ. "Il y a tellement de souvenirs ! Il va nous manquer" confie une "adepte" de l'artiste parmi les invités. Tous avaient le regard admiratif pour le maître qui part prochainement s'installer en Charente-Maritime.

Xavier Ferreira, le maire, lui a remis la médaille de la ville.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3401,3400,3398,3397,3396,3394,3393,3391,3390"]

 

 

Publié dans Vie locale

Mitry-Mory ► Les collégiens ont couru pour la bonne cause 

Les élèves de 5e du collège Erik-Satie à Mitry-Mory, ont participé à une course organisée par l'ONG Action contre la Faim afin de récolter des dons.

"Il n'y a pas de compétition, pas de perdant, pas de gagnant, le but est surtout de faire le plus de tours possible à son rythme. Chaque passage sera multiplié par la somme que les donateurs ont promis et que chaque collégien a noté dans un carnet" explique Frédéric, un des bénévoles.

Les parents d'élèves se sont aussi portés volontaires. Si certains sont simplement venus encourager les généreux sportifs, d'autres comme Stéphanie, se sont chargés de remettre un bracelet à chaque passage du coureur (ou du marcheur ) . "À la fin de la course nous calculerons la somme que le participant à pu récolter" précise la maman.

Flavio a réussi à faire 25 tours. Il avait réussi à convaincre ses parents et ses professeurs de donner. Avec environ 20 centimes d'euro par tour et par donateur, le jeune Mitryen a pu amasser la somme de 15 euros.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3517,3519,3520,3521"]

 

 

 

 

 

Publié dans Vie locale

Juilly ► La fête communale tout le week-end de la Pentecôte

Pour la fête communale du week-end de la Pentecôte, la commune de Juilly, en partenariat avec des associations

juliaciennes, proposera cette année :

Samedi 23 mai : à 21 h 30 - Défilé aux lampions avec la fanfare et les majorettes "Stars" venues de Tchéquie. Départ

du parking de la Maison des Sports. Distribution des lampions à partir de 20 h 30.

Dimanche 24 mai sur la place des fêtes : à 16 heures - Danses et chant de la jeunesse Juliacienne (enfants de l'accueil de loisirs) ; à 16 h 30 - Show "Caraïbes folies" avec la troupe Tropicando ; à partir de 19 h 30 sur le stade de foot - piano bar et radio crochet avec Stéphane Salmon.

Restauration sur place (saucisses, merguez, poulet, frites, crêpes salées et sucrées, chichis, boissons

fraiches...)

Lundi 25 mai sur le stade de foot : à partir de 14 heures - Le paradis des enfants (KAPLA, sculptures de ballons, structure gonflable, maquillages, poneys...) ; à 18 h 15 - Lâcher de ballons.

Dimanche 24 et lundi 25 mai de 14 à 18 heures : exposition dans la salle polyvalente, "Retrospective de Juilly" (articles et photos) réalisée par Jocelyne De Ruyck.

Publié dans Vie locale

Nature ► Les mésanges ont pris leur envol

Dans le nid, les petites mésanges charbonnières ont piaillé pendant des jours. Depuis que les œufs avaient éclos, papa et maman mésange ne cessaient de faire des allers et retours, apportant escargots grassouillets et chenilles dodues pour la progéniture harcelante. C'est que le couple avait élu domicile du côté de Nanteuil-Lès-Meaux, dans un interstice entre le mur et les tuiles du toit d'une maison. Ils étaient bien haut perchés et à l'abri des chats gourmands. Pourtant, un oisillon un peu plus pressé que ses frères et sœurs de prendre le large, un jour a manqué la marche qu'il pensait sans doute moins verticale et s'est retrouvé le bec sur le ciment, trois mètres plus bas. Heureusement son faible poids l'avait empêché de s'écraser. Peut-être même avait-il ouvert les ailes au moment de la chute, et l'effet planant l'aura ainsi allégé.

Toujours est-il que voilà notre petite mésange plutôt secouée, en perdant son appétit sur l'instant. Récupérée délicatement par les habitants de la maison, buvant une goutte d'eau au bout du doigt de la maîtresse des lieux, avalant quelques moucherons et graines enfournés par le fils, elle était mise en attente, au chaud dans un coton douillet avant que le père ne la replace dans le nid. Il avait fallu du temps pour repérer l'endroit exact, guidé à l'oreille par les cris des autres bébés, perpétuels affamés.

Papa et maman mésange, après avoir été dérangés par la manœuvre, il faut l'avouer, reprenaient leur va et vient incessant pour nourrir la famille de braillards, apportant au menu, ce jour-là, de magnifiques chenilles vertes.

Du matin au soir, les humains entendaient toujours les mésanges crier famine, tout en étant nourries toutes les cinq minutes par les parents attentionnés.

Une bonne douzaine de jours plus tard, peut-être quinze, plus rien. Les oisillons avaient pris la poudre d'escampette pour s'en aller vivre leur vie, pas très loin pour certains, au début, autrement dit dans la haie en bordure du jardin.

 

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3254,3255,3253,3256,3263"]

Publié dans Vie locale

Charny ► Bernard Jouan : une exposition avant la retraite 

Tous les peintres et artistes de Charny le connaissent. Il leur a tout appris, ou presque. Bernard Jouan a prodigué ses conseils et ses cours pendant des années aux artistes amateurs locaux. Cette fois, ce sera la dernière exposition qu'il organisera avec ses élèves. Pour fêter son départ en retraite, le village présentera les travaux du peintre et ceux de ses élèves à la salle des fêtes les 23, 24 et 25 mai. 140 créations de 40 exposants seront accrochées.

L'exposition retracera le parcours, les souvenirs et les grands moments du peintre.

Né en 1946, Bernard, passionné de peinture, a d'abord exercé le métier d'ajusteur avant de se décider, un licenciement l'y "aidant", à vivre de son art. Il est parti alors pendant un an dans l'arrière pays méditerranéen où il a été inspiré par les paysages du Lubéron.

Revenu en région parisienne, il a collaboré avec des associations et des écoles sur des projets et des stages, a restauré des tableaux. Il a pris, comme il dit, "le plus grand plaisir" à partager sa passion avec ses élèves comme avec son public, en passant des heures à discuter et en cédant même ses œuvres à des prix dérisoires.

"Mes expositions ont toujours été un moment privilégié de rencontres avec mes amis, mes élèves et mes 'clients'. Dans mon atelier, tout est organisé autour des chevalets et de la table pour l'aquarelle et le pastel, mes deux techniques préférées" confie le Normand pas chauvin, amoureux de la Bretagne.

Le week-end prochain, samedi, dimanche et lundi (c'est la Pentecôte), le public pourra visiter les paysages bretons avec leurs vagues qui heurtent les rochers, que l'artiste aime tant reproduire. C'est d'ailleurs près de la mer qu'il a décidé d'élire désormais son domicile.

 

Publié dans Vie locale

Fontainebleau ► Les meilleurs cavaliers seront au Grand Parquet

Dès vendredi 22 mai ainsi que samedi 23 et dimanche 24 mai, le Grand Prix Classic accueillera de nombreuses épreuves de saut d’obstacles international. L'entrée est gratuite.

Le premier week-end du Grand Prix Classic vient de se s'achever avec plus de 50 000 personnes venues applaudir les cavaliers et leurs chevaux. Saut d’obstacles, concours complet, voltige, horse-ball et western se sont invités lors de ce premier week-end. Répartis selon leur niveaux, près de 2 500 cavaliers ont pris part à la compétition et se sont vu sacrer vainqueurs de leurs épreuves.

Durant tout le week-end de la Pentecôte, quelques-uns des meilleurs cavaliers du pays seront ainsi au Grand Parquet de Fontainebleau.

Au-delà du programme sportif, le Grand prix Classic est aussi et surtout, un rendez-vous pour toute la famille autour de la plus belle conquête de l’homme. La semaine dernière, le spectacle équestre a été mis à l’honneur avec les cascadeurs de haut vol Jean-Marc Dellajuto et Yann Vaillé, qui ont proposé au public deux émonstrations spectaculaires de cascades de cinéma et de voltige cosaque. Chute traînée, saut arrière et passage sous l’encolure au galop, autant de figures impressionnantes qui ont ébloui les spectateurs.

C'était également l’occasion pour le public Seine-et-Marnais de découvrir des disciplines telles que le horseball et le western, encore peu médiatisées mais tout aussi importantes dans le monde équestre. Le second week-end du Grand Prix Classic accueillera toujours plus d’animations. Parmi elles figurera l’incroyable talent Santi Serra, qui se produira à 14 heures, samedi 23 et dimanche 24 mai à l’occasion d’un spectacle de chevaux en liberté, associant une subtile complicité et des heures de dressage minutieux. Déjà l’année dernière, il a littéralement ébloui les spectateurs du Grand Parquet. L’entrée est toujours gratuite.

Grand Prix Classic en chiffres 100 épreuves officielles 12 000 départs en compétition 6 000 chevaux 3 500 cavaliers 7 disciplines équestres 50 000 visiteurs attendus 60 exposants dans le village 26ha aux couleurs de l’évènement 1 parcours international de cross 5 carrières en sable 2 terrains en herbe

Informations pratiques : Grand Prix Classic, du 22 au 24 mai, Grand Parquet de Fontainebleau (77).

www.grandprix-classic.com

Publié dans Vie locale

Messy ► Le premier troc aux fleurs aura lieu dimanche

Le village de Messy organise son troc aux fleurs pour la première fois. L'événement se tiendra dimanche 24 mai de 10 à 18 heures, sous la halle Saint-Pierre, en face de la mairie.

"Les participants pourront s'échanger des boutures, bulbes, plantes ou fleurs qu'ils ont cultivé eux-même et cueillis de leur jardin. On s'entend bien à Messy et ça donne une bonne ambiance" confie Manuela Quérou, adjointe au maire et organisatrice de l'événement. L'initiative semble d'ores et déjà séduire les passionnés de jardinage aux petits budgets. Déjà, dans les villes et villages voisins, les amateurs ont prévu de venir faire un tour au troc aux fleurs.

 

Publié dans Vie locale

Claye-Souilly ► Le salon des plantes ce week-end avec le Rotary

Le salon des plantes et des fleurs aura lieu au parc Buffon à Claye-Souilly, samedi 23 et dimanche 24 mai. L'entrée au salon est gratuite.

Sous l'égide du Rotary Club de Claye-Souilly-Roissy Charles de Gaulle, la troisième édition de l'événement réunira les producteurs qui ont déjà participé au salon les années précédentes ainsi que de nouveaux commerçants. Seront proposés au public des plantes et fleurs à acheter et du matériel et accessoires décoratifs pour le jardin. Les visiteurs trouveront également des confitures et du miel à déguster ainsi que de multiples animations.

Les exposants sont issus de nombreuses régions : Aquitaine, Bourgogne, Centre, Haute Normandie, Ile de France, Nord Pas de Calais, Pays de la Loire, Picardie et Province de Namur.

La SNHF (Société Nationale d'Horticulture de France), basée à Paris et qui regroupe plusieurs sections florales accorde à nouveau son patronage à cette troisième manifestation et labellise le salon.

La municipalité de Claye-Souilly, "ville fleurie", est partenaire du salon en apportant son aide logistique.

Les profits de la manifestation iront, comme les années passées, à l'association AMFE (Association Maladies Foie Enfants) dont le président d'honneur est le professeur Olivier Bernard. L'association cherche à "réunir des fonds pour la recherche sur les maladies hépatiques en pédiatrie... Ces fonds peuvent également servir à des actions sociales pour aider les familles face à la maladie de leur très jeune enfant", indiquent des organisateurs du salon, rotariens.

Publié dans Vie locale

Chauconin-Neufmontiers ► 7 km sur les traces de la brigade marocaine

Samedi 23 mai,  une randonnée scénique "sur les traces de la brigade marocaine" sera proposée à Chauconin-Neufmontiers sur un parcours de 7 km avec un guide et six saynètes qui seront jouées par des figurants en tenue d'époque tout au long du parcours. Départ 10 heures devant la mairie de Neufmontiers. Entrée gratuite.

"La Brigade Marocaine a combattu aux côtés des troupes françaises lors de la Bataille de la Marne de septembre 1914. Pour son premier combat et au prix de nombreuses victimes, elle fut contrainte à un repli mais contribua cependant par son courage, à briser l'avancée de l'ennemi sur Paris."

http://www.chauconin-neufmontiers.fr/wa_files/boucle_maroc_web.pdf

Publié dans Vie locale

Mitry-Mory ► Est parisien : le Mitryen Brice Thillay sur le podium

image galerieMitry-Mory a reçu, dimanche 17 mai, le Tour de l’Est parisien, la course cycliste mythique dans le monde du vélo. Depuis 30 ans, l’USJM (Union sportive de la jeunesse mitryenne) et le club du Bois-Saint-Denis (Tremblay-en-France) organisent chaque année, pour le week-end de l'ascension, le contre la montre de la 3e  étape et la course sur route de la 4e étape.

Dimanche, c'était un véritable plateau de choix pour cette 30e édition avec 150 coureurs. Une dizaine de féminines étaient venues d’Ile-de-France, de province et de Belgique, avec Doedere Reuske, championne du monde sur route 2015 FSGT. Les courses régionales FSGT ne sont pas réservées qu’à la jeunesse, les vétérans ont aussi leur place.

Patrick Lemoine, 58 ans, coureur vétéran, 7e au championnat du monde sur route déclarait : « Je fais des courses cyclistes depuis une trentaine d’années, pour le plaisir, sur les classiques régionales, avec un peu plus de hargne pour les championnats de France et championnats du monde.  Il ajoute : « Je vais continuer tant que la santé me le permettra, et après on verra. Chacun son destin, il y a des types qui durent et d’autres moins, moi j’espère durer ».

Les préparations allaient bon train avant le départ. Les mécanos effectuaient les derniers réglages. Morgan Thillay, coureur mitryen du Bois-Saint-Denis, signalait que son dérailleur montrait une petite faiblesse. Aussitôt dit, aussitôt fait, le vélo se retrouvait sur l’établi improvisé à l’arrière de la voiture-atelier. Jean-Jean, le mécano méticuleux et rapide, indiquait : «  Il ne faut rien laisser au hasard, chaque seconde compte, le coureur doit pouvoir compter sur nous en cas de pépin !»

A 14 h 30, tous les coureurs se sont rassemblés sur la ligne de départ de la 4e étape du Tour de l’Est parisien, rue de 8 mai-1945. La tension était palpable chez les cyclistes, tandis que les élus posaient pour une dernière photo avant de faire sonner la cloche. Les coureurs s’élançaient alors pour les neufs tours de 20 km.

Une chute de Quentin Damasse, coureur mitryen, aux couleurs du club du Bois Saint Denis, lui a valu de se retrouver à l’hôpital. D'autres coureurs ont été entraînés dans l'accident, dont Morgan Thillay, qui a terminé en milieu du peloton après une remontée fulgurante.

Le podium s'est composé du maillot jaune André Oli de Thionville, en deuxième de Martin Peirreira, du Val-d’Oise et en troisième de Damien Masse du Val-d’oise.

Sur le podium féminin, le maillot jaune a été attribué à Cécile Kuillac, de Stains, à la championne du monde, Doedere Reuske sur la deuxième marche et encore à la Belgique avec Den Otter Kinsur sur la troisième marche.

Les cadets de Mitry se sont illustrés grâce à Brice Thillay du Bois-Saint-Denis qui a remporté la deuxième marche du podium.

La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3273,3274,3275,3276,3277,3278,3279,3280,3281,3282,3283,3284,3285,3286,3287,3288,3289"]

Publié dans Vie locale

Longperrier ► Basket : le tournoi Maurice Lerosier a regroupé 16 équipes

160 joueurs se sont partagés les quatre terrains extérieur du complexe sportif du lycée Charles-de-Gaule, dimanche 17 mai. La deuxième édition du tournoi régional de basket, Maurice Lerosier, organisé par l'ABC Dammartin a été couronnée de succès.

16 équipes ont représenté la région de la Seine-et-Marne, de l’Oise, de l'Aisne, des hauts de Seine et du Calvados.
Thierry Claudé, président du club, déclare : " Nous avons créé ce tournoi en hommage au fondateur du club, Maurice Lerosier et pour la deuxième édition, cela s'avère un véritable succès, en plus nous avons le soleil avec nous".
Le favori RAC (Rueil Malmaison), bien armé pour se succéder à lui-même, a rencontré un plateau très relevé, surtout en U13.
La JSF Nanterre a voulu montrer son statut de club phare national. Le CTC Cean n'est pas venu faire de la figuration et a donné du fil à retorde à pas mal de monde sans pouvoir d’affranchir. Les voisins de Senlis et de Trilport ont joué les trouble-fêtes. L'ABC Dammartin de Christine Montreau s'est hissé sur le podium, mais sans remporté le Graal. "Nous avons rencontré un panel de joueurs très affûtés, très difficile à contrer. Ce sera pour la prochaine fois, c'est une question de temps ! Il faut garder un esprit d'équipe" confie Jordan en U13.

[gallery type="square" size="medium" ids="3192,3191,3190,3189,3188,3187"]

Publié dans Vie locale

Chantilly ►La transplantation du domaine des plantes a bien pris

C'était la première fois que les journées des plantes, qui se déroulaient jusqu'à présent à Courson, avaient élu domicile dans le domaine du parc du château de Chantilly (Oise). Un décor majestueux pour l'événement qui a attiré des milliers de visiteurs, le 15, 16 et 17 mai. La transplantation du site a été une réussite.

Sur place, les amateurs de plantes et fleurs n'en revenaient pas : "Il y a tellement de variétés de plantes ! Et aussi beaucoup de monde ! Les parkings se remplissent à vue d'œil. C'est vraiment un événement hors du commun" indiquait Michel, venu de Villepinte rien que pour le plaisir. Comme chaque visiteur, il s'est baladé entre les allées jalonnées de fleurs, arbustes et plantes. Des animateurs prodiguaient leurs conseils de jardinage pour la mise en pleine terre ou le rempotage ou encore sur des accessoires, comme les bottes "super imperméables".

Comme chaque année, l'événement se tiendra à nouveau à l'automne, dans le domaine de Chantilly.

 La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3216,3217,3218,3219,3220,3222,3223,3224,3225,3226,3227,3228,3229"]

Publié dans Vie locale

Plaines et monts de France ► Le 21 mai : grande réunion contre le démantèlement

Les élus et responsables de la communauté de communes Plaines et monts de France (CCPMF) ont organisé une réunion exceptionnelle. Ils veulent à nouveau affirmer leur position quant à la proposition de démantèlement du territoire.

Les habitants sont invités à participer à ce conseil d’une ampleur inédite. L'événement se tiendra jeudi 21 mai à 19 h 30, au Mesnil-Amelot, dans la salle polyvalente Maurice-Droy.

"Nous jugeons toujours inacceptable le projet préfectoral proposant, au 1er janvier 2016, le rattachement de 17 de nos communes vers une communauté d’agglomération géante pilotée depuis le Val-d’Oise. Nous réaffirmerons publiquement, le 21 mai, notre opposition au projet de démantèlement de l’intercommunalité au sein d’un Grand Roissy incohérent. Le projet, mené depuis le début sans aucune obligation juridique, ni concertation publique, est toujours incompréhensible pour nous" soulignent les élus de Plaines et monts de France.

Ils ajoutent : "Nous sommes attachés à maintenir et développer les services publics de proximité. Si le projet préfectoral se réalisait, nous perdrions justement ce lien de proximité car nous serions au sein d'une intercommunalité de près de 350 000 habitants. Les 20 communes restantes n’auraient plus les ressources pour maintenir les services à la population mis en place et conserveraient, pour certaines, les nuisances de l’aéroport. De plus, de nombreuses compétences comme la Petite Enfance, l’Eau potable ou l’Assainissement non couvertes par les autres territoires reviendraient, par conséquent, aux communes qui n’auraient pas les moyens de les assumer. Les projets en cours ou prévus d’ici deux à trois ans auraient ainsi toutes les chances d’être purement et simplement gelés, voire annulés. Le 21 mai sera une réunion pour dire 'oui' aux services publics de proximité et se situe dans la continuité de la pétition, qui a déjà recueilli plus de 6 000 signatures".

 

 

Publié dans Vie locale

Mitry-Mory ► 250 exposants... et des milliers de visiteurs à la brocante

Dimanche 17 mai, le quartier de Mitry-le-Neuf était noir de monde sous un soleil éclatant. Les marchands avaient envahi les rues, pour la joies des chineurs. Les brocanteurs d'un jour exposaient leurs objets triés dans les caves ou les greniers, de la peluche des enfants, à la lampe à pétrole de papy.

Les amis Bretons dans leur stand restauration proposaient café, cidre et crêpes.
André, Fabienne et Audrey, depuis 21 ans à Mitry, ont pris la décision de vider les placards : "Il faut de temps en temps faire le tri des affaires qui ne servent plus trop. Surtout la vieille vaisselle qui encombre les étagères de la cave. Tout est à un euro. L'argent récolté servira à se faire un petit resto".
Charlotte Blandiot-Faride, le maire, accompagnée de plusieurs élus, a fait son tour parmi les exposants avant de partir vers un des autres événements de la commune. Dimanche 17 mai, La maison de quartier proposait un nettoyage de la nature, et l'USJM (Union Sportive des Jeunes de Mitry) a célébré le 30e anniversaire de la course mythique de la région, le Tour de l'Est Parisien.
Galerie photo

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3204,3200,3206,3205,3203,3202,3201"]

Publié dans Vie locale

Dammartin-en-Goële ► Budget : grands projets pour 2015

La municipalité de Dammartin a voté le budget communal 2015. Celui-ci annonce le lancement de nombreux projets. Parmi ceux-ci figurent la vidéo protection, la restauration de la Collégiale, la réalisation d’un terrain de football synthétique au stade Moriceau. Michel Dutruge, le maire, confie être soulagé "d'avoir sorti la tête de Dammartin hors de l'eau en ce qui concerne les finances." Il déclare : "Nous allons réaliser de grandes opérations cette année. Certaines de ces priorités nous sont imposées particulièrement par l’incroyable imprévoyance de nos prédécesseurs dans le dimensionnement de l’école du Petit-Prince. Inaugurée il y a à peine deux ans, elle sera déjà saturée à la rentrée 2015 alors qu’il reste plus de 400 logements à construire !"

Pour Michel Dutruge, l’année 2014 a été celle du rétablissement de l’équilibre financier, permettant de favoriser la mise en œuvre de plusieurs projets. Ainsi le budget global s’élève-t-il à plus de 17 millions d’euros répartis en 7 347 631 € pour l’investissement et 10 119 500 € pour le fonctionnement.

La masse salariale est le poste le plus important de la section de fonctionnement. Elle représente 56,1 % des dépenses (hors virement et dotations). "C'est normal puisque tous les services sont désormais en régie municipale. Cela assure une vraie maîtrise sur la qualité du service public. D’un budget à l’autre, la masse salariale a augmenté de 9 %, ce que chacun comprendra aisément par le seul fait de la municipalisation du centre socio-culturel et l’intégration des huit agents à temps plein dans l’effectif des agents municipaux. D'autre part, les frais de fonctionnement progressent de 4 % ce qui est également logique car, si les recettes évoluent par l’augmentation de notre population, les dépenses suivent la même trajectoire" souligne le maire

Dépenses et recettes : les pourcentages

 Hors masse salariale, les dépenses se répartissent de la manière suivante :

→ Services généraux (administration, frais financiers, fonctionnement des services) : 35,2 %

→ Ecoles : 24,5 %

→ Services techniques : 20,8 %

→ Enfance jeunesse : 8,4 %

→ Associations : 4,4 %

→ Culture : 3,5 %

→ Élus : 3,2 %

Les recettes de fonctionnement  :

→ Produit des services : 9,5 %

→ Impôts et taxes : 55,3 %

→ Intercommunalité : 12,8 %

→ Dotations et participations : 21,5 %

→ Autres produits : 0,9 %

"Nous avons également le virement de la section de fonctionnement, indique toujours Michel Dutruge qui explique : "La comptabilité publique permet aux collectivités d’anticiper l’excédent de fonctionnement de l’année en cours en programmant un virement vers la section d’investissement pour permettre d’anticiper une ou plusieurs opérations structurantes. Ce virement n’est jamais exécuté et se transforme en déficit d’investissement. Cette pratique est à manier avec prudence sous peine de produire un important déficit. Le montant doit se situer aux alentours de l’excédent estimé diminué du montant des remboursements d’emprunt. Pour ce qui nous concerne, l’excédent estimé est de 1 000 000 € diminué de 625 000 € de remboursement, soit 375 000 €. Nous sommes donc restés assez prudents avec un virement de 300 000 €".

 Côté investissement

→ Collégiale : les travaux de la première tranche de restauration de la Collégiale vont débuter au second semestre et durer une année. Ils vont permettre de redonner accès au public d’une partie de l'édifice.

→ Bâtiments scolaires : extension de l’école du Petit Prince : la création de six nouvelles classes et la redistribution des espaces permettra d’avoir deux secteurs (maternelle et primaire) bien distincts. L’ouverture est prévue pour la rentrée 2016.

→ Vidéo protection : le dossier est en cours de validation auprès de la préfecture, préalable obligatoire à la réalisation du projet. Une première tranche sera opérationnelle en 2015.

→ Voirie et éclairage public : travaux de voirie : rue Clément-Ader, place Pathus-Labour, un parcours de santé sur l’esplanade du château, création d’allées dans le cimetière, le chemin des Corbeaux, une section de trottoirs rues Maréchal Leclerc et Saint-Guinfort, réfection du chemin d’Othis, réalisation de places de stationnement, diverses réfections de voirie notamment rue du Drap d’or et rue des Châtaigniers. Éclairage de l’espace public et remplacement de candélabres rues Lesoult, des Blés d’or, Molière, Louises bonnes, la contre allée de l’esplanade du château, le tennis Moriceau, éclairage du clocher de l’église St-Jean.

→ Cimetière : création d’un colombarium, réfection des murs d’enceinte, des allées et reprises de concessions. Lancement des études de marché pour la création d’un nouveau cimetière.

→Développement durable : les études sont en cours pour déterminer le lieu et le mode de fonctionnement d’une première tranche de jardins familiaux.

→ Zone de l’Europe : l’aménagement de la zone est en cours. Les deux premières parcelles ont été attribuées à l’office notarial et à un cabinet de radiologie. La commercialisation des autres parcelles est en cours.

→ Equipements sportifs : la création d’un terrain de football synthétique en lieu et place de l’actuel terrain stabilisé qui n’est plus autorisé. Lancement d’une étude pour la réfection de la piste d’athlétisme Jesse-Owens et l’extension de l’actuel dojo.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3025,3021,3022,3023,3024"]

Publié dans Vie locale

Charny ► Les fleurs ont fait bon ménage avec le bien-être

Caméra imageCharny s'est animée, dimanche 17 mai, autour de son traditionnel marché aux fleurs. Le maire, Xavier Ferreira, a accueilli les visiteurs avec un enthousiasme d'autant plus grand que le soleil était de la partie. Le salon du bien-être, organisé par Christelle Vaiscano, s'est tenu en même temps, à l'intérieur, dans la salle des fêtes. Huiles essentielles, iridologie, massages, pierres et cristaux, bougies... dans le registre du bien-être au naturel figuraient également les dispositifs de chez Memon : les memonizers, présentés au stand du kinésiologue, Arnaud Jalet, de Saint-Thibault-des-Vignes. Afin de compléter ses démonstrations, le praticien a donné une conférence sur la technologie environnementale qui propose des solutions globales.

Autrement dit, comment ne plus se laisser envahir, dépasser et influencer de manière négative par les ondes et courants électromagnétiques qui nous entourent : téléphone portable, ordinateur, circuit électrique de la maison... Convaincant, Arnaud parle "des énergies polluantes de la maison, des maladies ou désagréments qu'elles engendrent" et du petit appareil qui permet d'éviter les troubles qui en résultent. Dimanche, il prenait les visiteurs à témoin, et ceux qui voulaient bien se prêter au test du téléphone, un coup sans la puce "miracle", un coup avec, ont bien été obligés de reconnaître que l'effet n'était pas truqué (voir la vidéo).

La galerie photo ci-dessous et la vidéo en haut de l'article à droite, en cliquant sur l'image.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3117,3116,3114,3113,3112,3110,3109,3108,3107,3105,3104,3103,3102"]

 

 

Publié dans Vie locale

Othis ► Le festival de danse a fait vibrer l'Agora

Caméra imageLe festival annuel d'Othis s'est déroulé vendredi 15 mai. Les danseurs, enfants, ados ou adultes, se sont tour à tour appropriés la scène le temps d'une soirée. Zumba kids, modern' jazz ados, salsa, classique, line dance... différents styles ont été présentés par les quatre associations de danse othissoises. Avant le spectacle, Célia, 15 ans, répétait quelques pas avec ses copines sur le côté de la salle Agora. Pas stressée, elle confie : "On a déjà dansé sur une scène. Ce n'est pas la première fois. On fait ça pour le plaisir. Pour ce spectacle on s'entraîne depuis septembre". Ce groupe-là a dansé sur Avicii, le DJ suédois de house music.

Lydia Yot, adjointe au maire, chargée de la culture, a présenté les représentations successives.

Christian Domenc, adjoint chargé de la vie associative et du sport, indique : "L'année prochaine, nous allons redonner un coup de jeunesse au festival qui en est à sa sixième édition. Peut-être sera-t-il sous forme de concours ?"

La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3063,3062,3061,3060,3059,3058,3052,3057,3056,3055,3054,3053"]

Publié dans Vie locale

Monthyon ► Réussite pour la brocante

La brocante annuelle organisée par les écoles publiques de Monthyon s'est déroulée sous le soleil, dimanche 17 mai. Le beau temps n'était pas gagné d'avance étant donné les récentes températures plutôt fraîches. Les exposants qui n'avaient pas pris la peine de s'abriter sous un parasol ont pris quelques couleurs ! Qu'à cela ne tienne, la foule était au rende-vous et les affaires ont été bonnes. Les organisateurs avaient mis la main à la pâte, comme le maire, Claude Decuypère. Il a indiqué : "Je me suis levé à 4 h 30 ce matin pour tout installer avec les bénévoles. Ça vaut le coup. Il y a vraiment du monde ! c'est bien."

Tours à dos de poney, structure gonflable, mini ferme, restauration rapide et buvette... l'ambiance n'a pas fait défaut.

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3138,3137,3133,3128,3131,3142,3141,3140,3139,3136,3135,3134,3132,3130,3129,3127"]

Publié dans Vie locale

Isles-Lès-Meldeuses ► Le parc animalier agrandit son vivarium

Les animaux du parc animalier Edentara, à Isles-Lès-Meldeuses, sont comme des coqs en pâte. Françoise, leurimage galerie "maîtresse", s'applique à améliorer encore et toujours les conditions de vie de ses pensionnaires, à plumes, à poils, à écailles... Le vivarium, bien chauffé, abrite serpents, pogonas, migales, iguane, tortues... des "amis" qui ont besoin de chaleur.

Françoise raconte comment les travaux ont commencé et vont transformer le vivarium devenu un peu trop petit. "Dans le nouvel espace, juste derrière l'actuel, ce sera plus facile pour les visites en groupe, comme aujourd'hui (7 mai) pour les écoliers qui sont venus d'Othis".

Dans la grange qui se change petit à petit en hôtel à reptiles et araignées, les cloisons se montent et Françoise souligne : "Tu vois les spots au plafond ? Il y aura des jeux de lumière de couleur, des fonds Caméra imagesonores avec des bruits de cascades et des cris d'animaux. Les nouveaux locaux communiqueront avec l'ancien vivarium et les tortues pourront faire le tour. Ça leur laissera vraiment plus de place pour se balader".

Les pensionnaires devront attendre encore un peu pour prendre possession des nouveaux aménagements qui devraient être prêts à les accueillir dans le courant de l'année.

Françoise déclare : "En juin, nous aurons 138 enfants qui vont venir visiter le parc. Nous répartissons les enfants des classes en plusieurs groupes, un pour la visite extérieure, un pour le vivarium, un pour les ateliers manuels dans la grange... Il y a le vivarium mais aussi tous les autres animaux à l'extérieur : les lamas, les paons, le porc-épic, les cochons, les moutons, les chèvres..."

Le 14 juin, pour les 9 ans d'Edentara, les organisateurs ont prévu une fête, avec un groupe de country, de la zumba, des Harley Davidson... et les visites aux animaux.

 Les jours et horaires d'ouverture en mai

Mercredi 20 mai : 10 -12 heures

Samedi 23 mai : 15 - 18 heures

 Vendredi 29 mai : 10 -12 heures et 14 -16 heures

 Pour les visites en semaine, tarif unique : 5 € par visiteur au-dessus de 3 ans.

Renseignements au 06 77 71 14 44.

Site Internet : www.edentara.fr et sur Facebook

Edentara, association - loi 1901, recherche des bénévoles en semaine pour l’encadrement des enfants.

La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="3082,3085,3086,3094,3095,3096,3097"]

 

Publié dans Vie locale

Meaux ► Magazine web : Curvista prépare sa version papier pour septembre

Anaïs Seyo Orsini a bel et bien monté son magazine. Le bébé âgé de deux ans et demi a été baptisé Curvista et s’adresse aux femmes : les pulpeuses (comme on dit maintenant), c’est sûr, et toutes les autres, sans distinction, parce que les femmes sont les femmes, c’est tout.

Anaïs, la directrice de publication fait son entrée en matière : « Il n’y a pas de différence à faire entre les femmes. Chacune a ses différences. Il faut que chacune trouve son compte dans le magazine, les rondes, les minces, les blondes, les brunes … »

Dans son appartement de la rue Winston-Churchill à Meaux, Anaïs a recréé un style plutôt « décontracté parisien ». Paris… C’est là qu’elle déniche tous ses trucs de mode, ses dernières trouvailles, les derniers potins, derniers cris. Elle est d’ailleurs déjà reconnue « experte » dans le monde de la mode féminine.

Rapide et précise, elle se fait un devoir de transmettre à ses lectrices tout ce qu’elle estimera leur plaire et transformera les pages blanches en matière vivante, sautillante, avec un style d’écriture qui ne laisse pas de place à l’ennui.

Finalement, depuis deux ans et demi que journal a fait ses premiers pas exclusivement sur le tapis rouge du web, Anaïs a fini par se décider à l’habiller de papier. En septembre, elle sortira 10 000 exemplaires de Curvista, version glacée.

La jeune-femme est devenue Meldoise par adoption, « parce que son compagnon, Romuald, est d’ici ». Autour d’un thé agrumes de chez Ladurée (elle insiste car il est très cher !), elle répond à trois questions sur le bi-mestriel :

Comment organises-tu ton travail ?

Je travaille beaucoup chez moi, sur l’ordi et je travaille avec mon réseau, plutôt sur Paris. Meaux est un peu trop lente pour moi. Ici ça manque de dynamisme et de créativité. Le plus grand handicap ce sont les transports en commun. C’est juste impossible rien que pour aller à la gare. Les bus ne sont pas assez fréquents et on loupe son train ! Romuald est graphiste. C’est lui qui fait la maquette du magazine. On fait des spéciaux « mode » aux saisons, et j’ai des contacts avec beaucoup de grandes marques, à la pointe de la mode. Avec les correspondants, on parle de mode, life style, culture… On a toujours beaucoup de sujets alors il faut faire le tri. Nous faisons des réunions régulièrement, des conférences de rédaction pour tout mettre au point.

 

Quels sujets éliminez-vous ? 

Nous ne voulons absolument pas de tout ce qui parle des complexes des femmes rondes, des opérations pour maigrir, style by-pass ou ce genre de choses. L’idée n’est pas de dire que c’est génial d’être ronde mais on ne veut pas non plus entrer dans le rejet. On n’a pas envie de traiter nos lectrices comme « des grosses », des victimes ou des handicapées !

 

Comment te sens-tu à l’approche de la sortie papier ? 

Excitée ! C’était vraiment notre but. Nous avons tenu deux ans et demi en e-zine. Nous avons vite compris que le web ne suffirait pas. C’est avec une étude de marché à l’appui que nous avons décidé de lancer le papier, payant, sur commande. Le secteur de la presse féminine de luxe est le seul qui survive à la crise…  et sur papier glacé, c’est indémodable !

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="3010,3009,3008"]

Curvista sur le net : http://issuu.com/anaisseyoorsini/docs/curvista_7/1?e=1

Le magazine ne sera pas vendu en kiosque.

Publié dans Vie locale

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse