×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Vie locale

Dammartin-en-Goële ► Un grand défilé en fanfare pour le 8 mai

La population de Dammartin était nombreuse à suivre le défilé dans les rues de la ville, derrière la fanfare. Les JSP, jeunes sapeurs pompiers volontaires ont aussi été les héros du jour, aux côté des anciens combattants, du maire, Michel Dutruge et des autres élus.

 

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2753,2752,2751,2750,2749,2748,2747,2746,2745,2744,2755"]

Publié dans Vie locale

Mitry-Mory ► Souvenir du 8 mai 45 : un hommage à André Carrez

La cérémonie du souvenir de la victoire du 8 mai 1945 a été célébrée par la fédération des anciens combattants, le comité d’entente des Anciens Combattants et victimes de guerre et le conseil municipal, vendredi 8 mai. Toute la population était invitée à s’associer à la manifestation du souvenir qui a débutée à 9 h 45 au cimetière de Mitry-le-Neuf avec la levée des couleurs et un dépôt de gerbe. A 11 heures, le cortège est arrivé à Mitry-Bourg après avoir déposé des gerbes aux différents monuments aux morts des quartiers de la ville. Une allocution de Charlotte Blandiot-Faride, le maire , a clos les cérémonies.

En hommage à André Carrez

A 11 h 30, les participants ont été conviés au verre de l’amitié en hommage à André Carrez (1903-1989), élu conseiller municipal communiste en 1927, devenu maire de Mitry-Mory de 1950 à 1970 et conseiller général de 1945 à 1976.

"En 1939, lorsque la guerre a éclaté, le gouvernement français a proclamé la dissolution du Parti Communiste Français. Le conseil municipal de Mitry-Mory a été remplacé par une délégation spéciale. André Carrez a été arrêté en 1940 et déporté au camp de Buchenwald. Libéré le 12 avril 1945, il était de retour à Mitry-Mory le 3 mai" a expliqué le maire.

La galerie photo de la cérémonie

[gallery size="medium" type="rectangular" ids="2867,2868,2869,2870,2871"]

Publié dans Vie locale

Roissy CDG ► Réalité virtuelle dans un terminal de l'aéroport

Caméra image Le clip tourné à Roissy

Aéroports de Paris, InFiné et la Blogothèque se sont associés afin de réaliser le clip d'une chanson, tourné à l'intérieur même du Terminal 2E. En première mondiale, mardi 5 mai, une vidéo de la version live du concert, en réalité virtuelle, a été  dévoilée. Le chanteur français, Rone, a investi ce lieu surprenant pour un "Concert à Emporter" en deux temps.

"Si au départ la rencontre peut paraître surprenante, il est pourtant facile de trouver un fil conducteur qui relie les différents protagonistes. La collaboration est avant tout celle de passionnés de musique, désireux d’emmener celle-ci là où on ne l’attend pas. Sensible à l’image en tant qu’ancien étudiant en cinéma, Rone porte aussi une attention particulière aux nouvelles technologies. C’est donc tout naturellement qu’il a accepté de participer à cette aventure avec Aéroports de Paris et la Blogothèque" indique-t-on chez ADP.

40 passionnés pour 90 millions de passagers

ADP a établi le parallèle entre le titre de Rone, "Quitter la ville" et les infrastructures de la plateforme géante qui ont accueilli en 2014 plus de 90 millions de passagers.

Les Concerts à emporter de La Blogothèque sont des sessions acoustiques spontanées et organiques qui marquent un tournant dans la manière de filmer la musique. Cette fois, deux versions du concert ont été filmées. Dans la première vidéo, réalisée par Colin Solal Cardo, Rone interprète le bien nommé "Quitter la ville", accompagné de François Marry au chant, et du violoncelliste Gaspar Claus. Le titre traduit un désir d’évasion et de quête d’ailleurs, dans le cadre surréaliste du terminal 2E désert, d’ordinaire assailli par le mouvement des voyageurs.

La seconde version, en réalité virtuelle, a été réalisée par Okio Studio. Utilisée pour la première fois dans un clip musical, la technologie amplifie le caractère futuriste qui sied parfaitement à l’architecture du lieu et donne une version très différente de "Quitter la ville".

Pour visionner la vidéo en réalité virtuelle, vous devez disposer d’un casque ou support de réalité virtuelle que vous pouvez trouver sur Oculus ou Google cardboard.

Publié dans Vie locale

Claye-Souilly ► La 4e division d'infanterie US au parc Buffon 

La 4e division d'infanterie américaine s'est stationnée au parc Buffon le week-end du 8 mai à l'occasion du 70e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit pour les véhicules militaires d'un retour, puisqu'ils étaient déjà là, 71 ans plus tôt pour libérer la ville en août 1944.

Les visiteurs ont admiré les véhicules et découvert le camp de la division Ivy, "qui signifie lierre en anglais et qui est un jeu de mot avec le nombre IV. C'est la même qui a débarqué le 6 juin 1944 à Utah beach en Normandie" raconte un bénévole de l'association IVY division.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2792,2833,2793,2791,2834,2837,2835"]

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Vie locale

Charny ► Ils ont vécu un grand défilé en costumes d'époque

Caméra imageLes enfants du conseil municipal ont bien joué le jeu, vendredi 8 mai, à l'occasion des commémorations de la Victoire 1945. Tous avaient revêtu des uniformes de l'époque. Véhicules civils et engins militaires ont défilé dans les rues de Charny, devant les habitants venus voir l'émouvante procession dans laquelle figurait le clou de la journée : un char américain...

Parmi les participants figurait Alberte Chanton, la fille du boucher Molle, installé à cette époque à l'angle de la rue Neuve et Belle-Eglise (aujourd'hui rue Vignecroix). En août 44, Alberte a vu les Américains venir protéger le village des éventuelles représailles de l'ennemi, un officier allemand ayant été tué au cimetière par la Résistance.

La journée a été ponctuée par la cérémonie au cimetière, accompagnée par le maire, Xavier Ferreira, à la guitare, puis par un repas "républicain" prévu dans le parc mais que le temps incertain a obligé à se dérouler à la salle des fêtes.

La galerie photo ci-dessous et la vidéo en cliquant sur l'image en haut à droite  

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2686,2685,2684,2683,2682,2681,2680,2679,2678,2677,2676,2675,2674,2673,2672,2671,2670,2669,2668,2667,2666,2665,2713,2714,2715,2716,2717,2718,2719,2720"]

 

Publié dans Vie locale

Serris ► La reconstitution historique a plongé la ville en 45

Caméra imageC'était la plus grande reconstitution historique d'Ile-de-France. Pour commémorer la victoire du 8 mai 1945 contre l'Allemagne, Serris s'est mise en quatre du 7 au 10 mai.

Pendant les quatre jours de festivités, le public a pu visiter et admirer un véritable camp militaire américain, une parade, des batailles et des arrestations de soldats allemands, dans les rues.

Plus de 65 véhicules d'époque et  300 figurants dont de nombreux Serrissiens ont participé aux événements.

Tout a commencé jeudi 7 mai par un conseil municipal auquel le maire, Philippe Descrouet, les adjoints et les conseillers ont participé, en costumes d'époque. Durant le conseil ont été rappelées les préoccupations en 1945  : rationnement, retour des prisonniers, instauration de la République et droit de vote des femmes. Tous les élus ont joué le jeu. Une surprise avait même été prévue par les organisateurs (voir vidéo).

Les habitants se sont vraiment investi jusqu'au bout. "Un mariage a bien failli ne pas se faire ce jour-là car nous voulions vraiment que tout soit comme en 1945. Qu'à cela ne tienne, les fiancés ont proposé de se marier en costumes d'époque. Et ça s'est fait comme ça !" indique-t-on à la mairie.

La galerie photo ci-dessous et la vidéo "au conseil municipal" en cliquant sur l'image en haut de l'article à droite 

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2803,2813,2814,2811,2810,2808,2807,2806,2805,2804,2802,2801,2800,2858,2857,2856,2855,2854,2853"]

 

 

 

Publié dans Vie locale

Spécial commémorations ► Des photos et des vidéos dans magjournal

Mitry-Mory, Othis, Dammartin-en-Goële, Monthyon, Villeroy, Charny, Serris, Claye-Souilly, Saint-Mard (photo ci-dessus) ... Retrouverez photos, galeries et des vidéos en rubrique Vie locale.

Les habitants se sont déplacés en grand nombre à l'occasion des commémorations pour la Victoire du 8 mai 1945. Des reconstitutions, événements d'importance ou bien de simples cérémonies ont animé les villes et les villages, vendredi 8 mai et au cours du week-end.

 

Publié dans Vie locale

Monthyon ► Expo de véhicules militaires et remise de médailles

Caméra imageLes Monthyonnais étaient nombreux, vendredi 8 mai, à venir commémorer la victoire de 1945, contre l'Allemagne. Ils se sont rassemblés devant le monument aux morts et ont admiré les véhicules d'époque qui ont défilé dans le village.

Lors de l'événement, le maire, Claude Decuypère, a remis la médaille pour les 20 ans de porte-drapeau à Lucien Tripon et à Lucien Cartier, pour les 10 ans à Joël Garnier.

La galerie photo ci-dessous, la vidéo en cliquant sur l'image à droite  →  →  →

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2634,2635,2636,2637,2638,2639,2640,2641,2642,2643,2644,2645,2646,2647,2648,2649,2650,2651,2652,2653,2654,2655"]

 

Publié dans Vie locale

Villeroy ► Cérémonie pour le 8 mai 1945

Le maire de Villeroy, Daniel Froger a prononcé un discours à l'occasion des cérémonies du 8 mai 1945. Des élus et quelques habitants s'étaient rassemblés sur la pelouse devant le monument aux morts, vendredi 8 mai.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2736,2733,2735,2734"]

Publié dans Vie locale

Poincy ► La brocante a 29 ans et plaît toujours autant

Des foules de visiteurs se sont rendus à la brocante annuelle de Poincy, vendredi 8 mai. Depuis vingt-neuf ans qu'il existe, l'événement est devenu incontournable. Les longues files de voiture garées en annonçaient le succès.
L'amicale scolaire de l'école de Poincy a préparé le terrain de foot deux jours avant l'arrivée des 600 exposants. L'installation du barnum et du stand pour l'animation musicale ont également occupé les 50 bénévoles. Evelyne Tillmann, directrice de l'école et présidente de l'association, indique : "Nous sommes très motivés, debout depuis 4 heures du matin ! Chacun vaque à son poste. Didine a 50 ans aujourd'hui. Elle a fait des frites toute la journée mais nous fêterons son anniversaire ce soir, après avoir fait place nette sur le stade !"
Les bénéfices récoltés servent au financement des projets de l'école : sorties, voyages, poney club, théâtre...
L'amicale scolaire a aussi financé le grand barnum de la partie restauration buvette ainsi que les musiciens avec les gains de l'année précédente. Marc est professeur de musique à l'école du village. Candy, son épouse, est chanteuse. Chaque année est différente mais les exposants et visiteurs sont fidèles et viennent toujours en nombre.
On aurait même dit, vendredi, que les intempéries avaient épargné l'endroit. L'année prochaine, la brocante soufflera ses trente bougies.
Photos © Marie-Cécile Meyer

[gallery type="square" size="medium" ids="2695,2696"]

Publié dans Vie locale

Saint-Pathus ► Sortir ce week-end : le festival du Foin aux Brumiers

Le festival du Foin aux Brumiers se déroulera samedi 16 et dimanche 17 mai à Saint-Pathus. Comme les années précédentes, l'événement sera original. Fondé par l'association culturelle des Brumiers, le festival explore diverses cultures tirées des mémoires de la vie d'un paysan pathusien, Pat' Le Foll. A partir du personnage, les organisateurs proposent des spectacles inédits et offrent un décor propre à chaque édition. C'est la cinquième qui aura lieu le week-end prochain.

Le public embarquera pour une "Foll' époque", une invention de toute pièce du personnage, Pat' Le Foll (imaginaire du festival). Ne sachant quelle époque préférer entre la Belle époque et les Années folles, on l'imagine écrire dans ses mémoires que : "le mieux aurait été une folle époque, soit un mélange des deux à la fois détonnant et séduisant". Ainsi le public voyagera-t-il dans le temps, le 16 et 17 mai et se figurera à quoi aurait pu ressembler... l'époque.

Samedi 16 mai, à partir de 16 heures jusqu'à 2 heures le lendemain, concerts, jonglage, DJ... ; dimanche 17 de 11 à 19 heures, théâtre, concerts ; et pendant les deux jours, initiation au charleston, jeux en bois, graff, expo photo, peinture et ateliers artistiques... Egalement un marché des terroirs samedi de 16 à 20 heures et dimanche de 10 à 19 heures, avec charcuterie, fromage, artisanat, bijoux, instruments de musique...

Buvette et restauration.

Renseignements au 06 23 55 41 60 / E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Publié dans Vie locale

Bien-être ► Le thé : son histoire, ses vertus

L'histoire du thé commence en 2737 avant J-C, en Chine. La légende raconte que l'empereur Shen Nung faisait bouillir de l'eau sous un arbre pour se désaltérer et qu'une légère bise détacha des branches quelques feuilles qui se mélangèrent à l'eau pour lui donner une couleur et un parfum délicat. Depuis, le thé a conquis l'Occident. Il a été introduit au XIIe siècle et transporté dans les caravanes le long des routes de la soie. Vers 1834, les Anglais ont commencé à développer des plantations aux Indes afin de ne plus dépendre du thé chinois devenu trop cher. Des variétés comme le Darjeeling ou le Ceylan se sont alors développées.

Au fil des années, les chercheurs ont trouvé à l'élixir de nombreuses vertus pour la santé.

Un protecteur contre les radicaux libres

Les radicaux libres sont les responsables du vieillissement des cellules  et du développement des cancers. Grâce aux vertus antioxydants des composés polyphénoliques  contenu dans le  thé, les radicaux libres se développent plus lentement. Une étude chinoise a démontrer que les personnes qui consommait au moins une tasse de thé par jour avait moins de cancer du côlon, du rectum ou du pancréas que celles qui n'en consommaient pas.

Pour se défendre contre les microbes

Un sachet de 100 g de thé vert  peut contenir 15 mg de vitamines A, 11 mg de vitamines B, 100 mg de vitamines E et jusqu'à 250 mg de vitamines C.

Un formidable anticholestérol

Les antioxydants contenus dans le thé vert favorisent la thermogénèse, c'est-à-dire que la dépense énergétique du corps est augmentée. D'autre part, la théine est connu comme un brûleur de graisse.

Aide à digérer

A la fin d'un repas copieux, les chinois ou les japonais ont l'habitude de boire du thé.

Un stimulant intellectuel et un anti-stress

Les étudiants indiens, japonais et chinois le savent, prendre du thé pendant les révisions permet grâce à la théine de rester éveillé et stimulé. Mais à la différence de la caféine, la molécule a des effets calmants. Le thé est donc la boisson idéale pour passer des examens zen.

Une boisson pour toutes les saisons

Le thé peut se prendre été comme hiver. Les indiens par exemple se rafraîchissent en  le buvant chaud malgré les températures tropicales. Ils considèrent en effet la boisson comme facilitant la sudation. D'autres amateurs de thé le préfèrent glacé au citron, la pêche ou au fruits rouges. Le thé préparé soi-même avec du sirop de canne ou d'agave des morceaux de fruits et une infusion de thé vert est bien meilleur que celui acheté en supermarché. A moins que vous préférez, comme les Japonais ou les Taïwanais, le thé Oolong (Semi-fermenté) glacé nature.

Savoir choisir son thé et bien le préparer

Contrairement aux idées reçues, le thé ne doit pas être infusé dans l'eau bouillante. Afin de ne pas brûler le thé et de ne pas libérer le tanin responsable de l'amertume, la température idéale serait pour un thé vert de 70°C soit 1/3 de la théière d'eau froide et 2/3  d'eau bouillante (mettre d'abord l'eau froide !).  D'autres comme le thé blanc, plus fragiles nécessitent même une température de 60°C. Il existe désormais des bouilloires électriques permettant de régler la température et certaines étiquettes indiquent la température d'infusion. Bien préparé, le thé aura son goût naturel et pourra être bu sans sucre, que l'on met en général pour compenser l'amer. Pour le choix du thé, éviter les thés en sachet qui sont souvent des brisures et de moins bonne qualité gustative. Les vrais amateurs de thé le préfèrent en vrac bien parfumé avec des belles feuilles sèches et entières.

Publié dans Vie locale

Charny ► Dimanche : marché aux fleurs et premier salon du bien-être

La salle des fêtes de Charny accueillera, dimanche 17 mai de 9h à 18h, le marché aux fleurs et le salon du bien-être. Organisé par la ville de Charny et l'association Harmonie et Bien-être au Naturel, en partenariat avec la CCPMF , l'événement sera ponctué par de nombreuses animations.

À partir de 13 heures, les enfants pourront grimper aux arbres et se promener à poney au domaine équestre de Saint-Mesmes. Pour les petits comme les plus grands, une exposition de végétaux d'exception sera présentée sur la place de l'église par Anny Max, une fleuriste de Claye-Souilly.

Dans la salle des fêtes redécorée pour l'occasion par l'aquarelliste Nguyen Tay, le public pourra prendre soin de son corps en dégustant ou testant des produits bio et s'initier à l'aromathérapie pour gérer le stress quotidien.

"A 14 heures, un professionnel viendra présenter Memon, un appareil anti ondes électromagnétiques et des associations proposeront des séances de Qi Gong ou tiendront un stand de Taï Chi et de sophrologie tout au long de la journée. Nous allons également promouvoir le bio en préparant des tartes sucrées ou salées . De plus, un marchand de thé et un caviste viendront proposer des produits que les visiteurs pourront goûter." annonce Christelle Viscaino, la présidente de l'association organisatrice.

A 17 heures, le gagnant du jeu-concours sur le tri des déchets verts organisé par l'interco sera tiré au sort. Il gagnera un broyeur électrique.

Salle des fêtes de Charny, place de l'Eglise. Entrée gratuite.

Publié dans Vie locale

Déco ► Un coup de blanc

Un appartement un peu petit, une cuisine en long, une hésitation sur la couleur des murs... La mode veut qu'on recherche les tons taupe, chocolat, marron glacé, anthracite, gris souris... mais pour repeindre votre coin cuisine, avez-vous pensé au blanc, simplement ? C'est sans conteste la couleur la plus lumineuse, surtout quand il s'agit de repeindre une petite cuisine en couloir, exposée au nord... Un plafond blanc renvoie 85 % de la lumière, contre 73 % pour le crème (clair) et 70 % pour le jaune citron. C'est une évidence, le blanc agrandit les espaces. Si vous redoutez un peu l'effet "hôpital" du tout blanc, vous pouvez toujours peindre en jaune le mur du fond (la surface la moins grande). Et puis de toute manière, les objets de votre cuisine viendront forcément apporter de la variété : couleur des torchons verts, des casseroles rouges, des mugs roses et pourquoi pas, d'une manique pailletée.
Publié dans Vie locale

Mitry-Mory ► femmes Solidaires : le droit de vote a 70 ans

Le 70e anniversaire du droit de vote des femmes a été mis à l'honneur par l'association Femmes Solidaires, à Mitry-Mory. Les bénévoles ont proposé une votation citoyenne et féministe, mercredi 6 mai, à l'entrée du sous-terrain de la gare de Mitry-le-Neuf.
Les voyageurs ont pu exprimer un vote symbolique, rappelant l'anniversaire du droit de vote des femmes. C'était il y a 70 ans, le 29 avril 1945, à l'occasion des élections municipales.
Audrey Meret, présidente de l'association locale indique : "Les femmes n'ont pas le droit de vote dans certains pays comme le Sahara occidental, Taïwan, l'Arabie Saoudite ou encore l'Ouganda. C'est pourquoi il faut faire bouger les choses et mener un véritable combat pour que les droits des femmes dans le monde soit respectés. Pourquoi, dans certains pays, les hommes peuvent voter et pas les femmes ? "
Pour la militante, le 70e anniversaire du droit de vote des femmes est synonyme de lutte et elle insiste également sur le vote des immigrées aux élections locales.
Audrey Meret mise sur "l'avenir des droits des femmes dans le monde".
Publié dans Vie locale

Juilly ► Les enfants ont ramassé 13 tonnes de déchets

Les enfants du centre Abracadabra et de l’espace Ados ont participé à l'opération traditionnelle de nettoyage de printemps du village, fin avril. Ils ont ramassé plus de 13 tonnes de déchets de toutes sortes qui avaient été jetés par des indélicats anonymes. Parmi les ordures collectées, figuraient en bonne place canettes, sacs et contenants plastiques, mégots, sacs poubelles, métaux et beaucoup de gravats.

Les enfants ont travaillé cette année sur la propreté des chemins vicinaux. Avec le maire, Daniel Haquin, les conseillers municipaux et le personnel du service technique, ils ont ainsi nettoyé l’entrée des chemins, les places et les rues  du village de même qu'autour du stade.

Ce travail conjoint entre la municipalité et la jeunesse permet de sensibiliser les enfants à leur environnement et de les éduquer à la citoyenneté.

 

 

Publié dans Vie locale

Crécy-la-Chapelle ► Ce week-end : cascadeurs sur le parking d'Intermarché

Le show d'El Drivers promet d'être spectaculaire. Dans la famille Klimczak, la tradition de la cascade et de l'utilisation des monster trucks (appelés aussi big foot) remonte à une quarantaine d'années. Les hommes sont cascadeurs, de père en fils et même de grand-père en petit-fils. "On fait ça de génération en génération. D'ailleurs mon petit dernier de six mois, Grayson, est sûrement un futur cascadeur" annonce Elisabeth en riant.

Le show dure deux heures. Voitures américaines, dérapages contrôlés, sur deux roues, avec des BMW et des 4X4, barricades enflammées et camion cabreur précèdent le clou du spectacle avec les deux big foot, ces 4X4 avec des roues énormes comme celles des engins de chantier. Au volant des machines, Frankie Mayko, Bob Maurice, le directeur du spectacle et Jason Showman... les noms font déjà rêver !

D'après ce qu'ils disent, "ils ont ça dans le sang" et ils déclarent : "Le show est très structuré. Nous sommes itinérants et on s'adapte à tous les emplacements. Le parking d'Intermarché à Crécy est un peu étroit pour nos démonstrations mais ça va aller car le spectacle se déroule surtout sur la longueur."

Les cascadeurs se sont produits précédemment dans l'Oise, à Senlis, Creil, Noyon. Après Crécy, ils iront à Orgeval (Yvelines).

Spectacle vendredi 8 mai à 18 heures, samedi 9 mai à 16 heures et dimanche 10 mai à 15 heures.

Les tarifs : 10 euros pour les enfants, 15 euros pour les adultes. Renseignements au 06 19 06 93 50.

 

Publié dans Vie locale

Othis ► Les habitants ont découvert le film tourné "chez eux"

La municipalité a présenté aux habitants le film "Jamais de la vie" de Pierre Jolivet, mercredi 6 mai à 20 h 30, salle Pierre-Mendes France. La salle était comble pour découvrir la production sortie le 8 avril au cinéma. Le sujet a attiré les Othissois, même si le réalisateur qui avait prévu de venir assister à la soirée, s'est désisté. En effet, Pierre Jolivet, alité depuis plusieurs jours a écrit un mot à l'attention d'Othis et de ses habitants, s'excusant de ne pas pouvoir se déplacer ce jour-là. Les spectateurs avaient apprécié que le film ait été tourné "dans leur ville" et plus particulièrement au centre commercial d'Intermarché, pendant trois semaines, en mars 2014.

De nombreux Othissois avaient d'ailleurs participé comme figurants et la mairie avait répondu aux besoins de la production : prêt de salle, arrêtés municipaux... Bernard Corneille, le maire, était bien là, mercredi soir, pour accompagner les spectateurs lors de la projection du film et rappelé les moments forts du tournage.
Morgane et Léa, deux jeunes Othissoises, confient : "On se souviendra toute notre vie d'avoir tourné dans le film ! C'était super !"
L'histoire du film : Franck, 52 ans, est gardien de nuit dans un centre commercial de banlieue. Dix ans auparavant, il était ouvrier spécialisé et délégué syndical, toujours sur le pont, toujours prêt "au combat".
Aujourd'hui, il n'est plus que le spectateur résigné de sa vie et il s'ennuie. Une nuit, il aperçoit un 4X4 qui rôde sur le parking du centre commercial, dont il doit assurer la surveillance. Il sent que quelque chose se prépare... La curiosité le sort de son indifférence et il décide d'intervenir. Une occasion pour lui de reprendre sa vie en main... un film policier noir.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2615,2616,2617,2618"]

Publié dans Vie locale

Juilly ► Fête et médailles au repas des anciens

Ils étaient 168 convives à venir faire la fête au traditionnel repas offert par la municipalité. Vendredi 1er mai, à Juilly, le déjeuner des 65 ans et plus, s'est déroulé à la Maison des sports.

L'événement a débuté par la traditionnelle remise des médailles du travail . Ainsi, le maire, Daniel Haquin, avec des adjoints et des conseillers municipaux, ont récompensé, das la catégorie Médaille d'argent, Martine Dupont, Maria henriques et Catherine Pois ; dans la catégorie argent et vermeil, Gérard Boullonois.

L'assistance a également honoré d'anciens élus du village, particulièrement méritants :

Enfin, ce fut  l’occasion d’honorer d’anciens élus particulièrement méritants : Sandrine Costanza pour ses 2 mandats de conseillère municipale de 2001 à 2014 et Herbert Le Scao qui s’est vu décerner le titre d'adjoint au maire honoraire délivré par le préfet de Seine-et-Marne pour les quatre mandats passés au sein du conseil municipal (et conseiller de 1989 -2014).

Le doyen, Ferdinand Morelli et la doyenne, Renée Courtois ont aussi apprécié l'après-midi "Rétrospective  Edith Piaf" avec la chanteuse Nathalie qui a interprété de façon magistrale et tonique le fabuleux répertoire.

Publié dans Vie locale

Alerte météo ► Violents orages à craindre sur la région

Météo-France a émis un bulletin d'alerte orange en raison du risque d'orages sur le département de Seine-et-Marne pour lundi 4 mai à partir de 19 heures et jusqu’au mardi 5 mai, 3 heures. C'est la première situation fortement orageuse de la saison, nécessitant une vigilance particulière dans la mesure où il existe une forte probabilité de phénomènes violents. Les pluies parfois orageuses qui remontent par le sud-ouest ce soir prendront un caractère orageux parfois fort. Les orages gagneront l'Ile-de-France d'ici le début de nuit. Des cellules orageuses parfois très virulentes pourront se développer ici et là avec des rafales de 70 à 80 km/h et des pointes probables autour de 100 km/h. Les précipitations seront parfois très intenses et des chutes de grêle pourront se produire ponctuellement ; la présence de gros grêlons n'est pas exclue, et une forte activité électrique est à craindre. Les orages devraient évacuer la région d'ici le milieu de nuit, suivis dans un premier temps de quelques orages plus isolés s'atténuant rapidement en seconde partie de nuit. Ces violents orages susceptibles de provoquer localement des dégâts importants, à craindre sur l'habitat léger et les installations provisoires. Des inondations de caves et points bas peuvent se produire très rapidement, et quelques départs de feux peuvent être enregistrés en forêt suite à des impacts de foudre non accompagnés de précipitations. Le préfet de Seine-et-Marne tient à rappeler les conseils de comportement suivants :

-  à l'approche d'un orage, prenez les précautions d'usage pour mettre à l'abri les objets sensibles au vent, -  ne vous abritez pas sous les arbres, -  évitez les promenades en forêts, -  évitez d'utiliser le téléphone et les appareils électriques, -  signalez sans attendre les départs de feux dont vous pourriez être témoins (appeler le 18).

Le préfet de Seine-et-Marne incite également les automobilistes à faire preuve de la plus grande prudence lors des déplacements, voire si possible de les différer. Rappel des consignes de circulation par temps d’orage : -  vérifiez l’éclairage de votre véhicule avant de partir, -  réduisez votre vitesse, -  respectez les distances de sécurité, -  cherchez à vous arrêter sur une aire d’autoroute mais en aucun sous un pont ou sur la bande d’arrêt d’urgence.

Publié dans Vie locale

Bricolage ► Trucs de colle

Si vous tombez en panne de colle, voici quelques petits trucs qui pourront vous permettre de vous en passer. Tout d'abord, vous pouvez mélanger une pincée de farine et quelques gouttes de vinaigre jusqu'à obtenir une pâte souple. Etalez-la au pinceau.

Vous connaissez aussi certainement le coup du blanc d'œuf. Pas compliqué : mettez une goutte de blanc d'œuf sur le papier à coller. Cette colle ne pourra pas remplacer la colle forte, vous vous en doutez...

Collés entre eux : si vous avez gardé les petits bouts de savon recroquevillés dans le porte-savon, ça va être le moment de les utiliser, presque comme si de rien n'était... Ajoutez-leur un peu d'eau de Cologne. Ils se ramolliront et se souderont entre eux. Vous pourrez ainsi les utiliser comme un seul et même savon.

Publié dans Vie locale

Entreprise et discrimination ► Le médiateur propose la solution

Caméra image Farid Hammoudi : extrait de la conférence

Farid Hammoudi, médiateur - diversité au sein du groupe Crit*, ancien correspondant de la Halde, n’est pas forcément du côté des râleurs, des obsessionnels de la discrimination ou de l’anti-discrimination, pas non plus du côté de ceux qui se retranchent derrière leurs certitudes et s’arc-boutent sur le mince fil qui délimite parfois les rapports patron - salarié.

Comment faire pour éviter des ennuis pour le recrutement, l’évolution professionnelle, la conciliation entre vie professionnelle et vie privée, pour éviter de se tromper, pour avancer sans être dépassé ?

Une conférence a été organisée par l’association Roissy Entreprises et donnée en avril à l’hôtel Kyriad à Villepinte. Le médiateur a présenté aux chefs d’entreprise une réponse simple à tous les problèmes que le monde du travail peut rencontrer en matière de discrimination et d’égalité des chances. La réponse, c’est le médiateur…

Trop beau pour être vrai ? Farid rencontre des cas régulièrement à travers les appels des patrons ou des salariés et livre la solution. Ainsi dispense-t-il son savoir affûté, soutenu par une maîtrise de la psychologie, et les règles toutes aussi pointues qu’il détaille, exemples à l’appui.

A Villepinte, un aréopage de chefs d’entreprise était venu récolter l’information et a montré son intérêt pour le thème éminemment actuel.

  • Vous ne m’embauchez pas parce que je suis arabe…
  • Vous ne m’embauchez pas parce que je suis noir…
  • Vous ne m’embauchez pas parce que je suis enceinte…
  • Vous me rabaissez parce que je suis une femme…
  • Vous ne me dites pas bonjour parce que je ne suis pas de la même religion que vous…
  • Vous ne voulez pas de moi parce que je suis handicapé…
  • Les Arabes sont tous des paresseux
  • Les gens du voyage sont des voleurs
« Plus ça va aller, plus on va être confronté au problème de la discrimination. Régulièrement des entreprises m’appellent et exposent un problème qu’elles ne savent pas résoudre, dont elles connaissent mal les limites juridiques et envisagent difficilement les conséquences des décisions à prendre. Le risque, ce sont quand même des condamnations et des sanctions pénales  » indique le conférencier.

« Mon métier ne devrait pas exister. Je ne devrais pas exister, du moins pas à ce poste » souligne Farid, mais Les cas se suivent et se ressemblent, ou pas. Il sait que les chefs d’entreprises sont « bien embêtés », particulièrement pour le recrutement et puis pour la vie dans l’entreprise.

Les chefs d'entreprise se sentent seuls

« Je suis turque, intervient dans l’assistance, une jeune femme… chef d’entreprise. J’ai été menacée par un salarié. Je me suis retrouvée dans mon bureau, en larmes car j’étais isolée. J’ai voulu déposer plainte, la police n’a pas voulu m'écouter. J’ai écrit au procureur de la République, il ne m’a pas répondu… Nous, les patrons, nous n’avons rien pour nous défendre ! On est livré à nous-mêmes et on risque de gros ennuis si on réplique… »

Farid a la réponse immédiate : « Il faut contacter le médiateur, défenseur des droits. Il ne défend pas que les salariés. Il est aussi là pour vous, pour régler tous les conflits qui peuvent survenir ».

En effet, les patrons se sentent parfois bien seuls face à la discipline de fer exigée pour rester « dans les clous » et surtout face aux méandres des réglementations. « Certaines situations, typiques, posent toujours problème et c’est vrai, les patrons se retrouvent coincés. Par exemple, vous êtes une petite société. Comme beaucoup, vous avez besoin d’une secrétaire. Vous embauchez une femme et bien sûr, à l’entretien, vous avez respecté l’interdiction de lui demander si elle était enceinte. Elle n’en a pas parlé non plus étant donné que rien ne l’y oblige. Trois mois plus tard, les effets de la cigogne commencent à se voir… Et là, vous allez vous retrouver avec une salariée qui sera en congé et un travail qui ne sera toujours fait, sauf si vous embauchez une autre personne en CDD mais vous aurez là aussi son salaire à verser, et les charges patronales qui vont avec… »

Eh oui, dans le monde du travail, la grossesse est un problème et bien entendu, toute discrimination fondée sur l'état de grossesse est interdite. Ainsi, l'employeur ne doit pas prendre en compte l'état de grossesse pour refuser d'embaucher, pour résilier la période d'essai, pour prononcer une mutation, pour refuser de renouveler un contrat, pour résilier un contrat, pour refuser une promotion - augmentation, pour refuser une formation… Pour le chef d’entreprise, il y a donc des cases à cocher (de préférence les bonnes, juste à côté des mauvaises, c’est trompeur !), les règles à savoir, avant… Bref, il faut savoir, tout, ou bien ne pas rester seul et s’orienter vers le médiateur.

Anticiper

Le médiateur serait la réponse et surtout un soutien rapide pour les entreprises. Cependant, pour résoudre un problème lié à la discrimination, il sera difficile de passer outre les procédures de justice. Pour cela, mieux vaut se constituer un dossier bien carré et ça commence avant que le problème ne survienne.

Anti-discrimination, égalité des chances… Les nouvelles réglementations ont généré des effets pervers. Ainsi certains   s’engouffrent dans la brèche - car il y en a une - et souvent actionnent le levier du chantage, de la fourberie et font peur aux chefs d’entreprises. Pour le médiateur, il n’est pas question d’arriver à la discrimination positive, mais simplement que le monde de l’entreprise soit juste pour toutes les parties.

 

*Connaître le groupe Crit : http://www.groupe- crit.com/infos/annuel/Groupe_Crit_Rapport_Annuel_Document_de_Reference_2013.pdf

 

 

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="1604,1605,1621,1606,1610"]

Publié dans Vie locale

Dammartin-en-Goële et Juilly ► Le don du sang a trois cœurs

Dammartin et Juilly ont du cœur !

Lors du salon de l'AMIF (Association des Maires de l'Ile-de-France), en avril, les deux communes ont reçu de l'EFS (Etablissement Français du Sang), le label "commune donneur".

Le label récompense les actions menées par la commune en faveur du don du sang. Il est placé sous le signe de la solidarité et de la générosité. Il est ouvert à toutes les collectivités territoriales de la région francilienne.
Plaquettes, plasma, moelle osseuse... Le label permet de faire prendre conscience au public de l'importance du don.
Après avoir obtenu les années précédentes un cœur puis deux, Juilly a reçu la plus haute distinction et est devenue "commune donneur" avec trois cœurs.
Daniel Haquin, le maire, indique : "Herbert Le Scao, ancien adjoint, a su créer une dynamique de collecte qui rassemble chaque année toujours plus de donneurs".
Dammartin a reçu pour la 4e année consécutive, la plus haute distinction, les trois cœurs, du label « commune donneur ».
"L'établissement français du sang a lancé le label il y a tout juste cinq ans. Les trois cœurs représentent, collecte, communication et financement. Ils témoignent de l'implication de la ville en faveur du don du sang" souligne le maire, Michel Dutruge.

Publié dans Vie locale

Serris ►La plus grande reconstitution historique en Ile-de-France arrive

À Serris, les festivités du 70e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre seront ponctuées par de nombreuses animations et par la plus grande reconstitution historique d'Ile-de-France avec 300 figurants et 65 véhicules militaires et civils d'époque.

Jeudi 7 mai, une conférence sur les objets et leur histoire sera suivie à 20 h 30  d'un conseil municipal exceptionnel où tous les élus seront habillés comme en 1945.

Les 8 et 9 mai, les commémorations se poursuivront par le dépôt de gerbes devant le monument aux morts, vendredi à 15 h 30 et par une série de reconstitutions d'événements, de batailles ou de camps militaires où chaque habitant est invité à participer. Samedi à 21 heures, un grand bal populaire fera danser les Serrissiens au complexe tennistique "les Marmousets".

Le 10 mai, une parade militaire du bourg au centre urbain et un pique-nique républicain au parc urbain clôtureront le week-end festif.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2508,2509,2510,2507,2505,2504"]

Publié dans Vie locale

Le Mesnil-Amelot ► Sécurité et gilets jaunes : les élèves se font bien voir

On les verra désormais défiler dans le village en ribambelles rangées colorées et bien visibles. Les 160 enfants des écoles maternelles et primaires ont été équipés de gilets jaunes par la municipalité. Couleurs fluos et bandes réfléchissantes du vêtement permettent dorénavant aux élèves de se faire mieux voir par les conducteurs, sur les parcours que les enfants empruntent à pied et pour lesquels ils ont besoin de traverser la route : les sorties piscine, médiathèque ou encore pour se rendre au gymnase.

Les élus du Mesnil ont ainsi décidé d'équiper les petits de la commune à travers l'action initiée par Philippe Dubrulle, le président de l'association Alcir-Mat. "Nous souhaitons bien sûr protéger les plus jeunes quand ils se déplacent à pied dans le village, éviter qu'ils se fassent renverser par des automobilistes. Avec les gilets, ils sont plus visibles. Nous aimerions également sensibiliser les plus jeunes, dès la maternelle, aux dangers de la route et les amener à penser à leur propre sécurité, qu'ils prennent conscience que la route est dangereuse et qu'ils adoptent les bons réflexes" indique le maire, Alain Aubry.

L'association est ouverte à tous et fonctionne sous forme de dotation, donations et partenariat.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publié dans Vie locale

Charmentray ► L'Amicale a 40 ans

L’Amicale de Charmentray a été créée par treize familles carmentraciennes en 1975. A l’époque,  le village comptait 148 âmes contre 273 aujourd’hui.

Les bénévoles tirent tous dans le même sens vers un objectif : développer les activités éducatives, sportives et récréatives au bénéfice des enfants et adultes du village. Au fils des années, l’association a organisé des événements au sein de la commune.

« Nous sommes une grande famille, ici tout le monde se connaît » indique Cécile, la présidente.Elle s'est portée volontaire pour prendre le poste cette année. C'est donc tout naturellement elle qui a répondu à magjournal.

Quel est votre objectif ?

Nous voulons apporter un peu de bonheur aux gens, continuer à animer le village, nous faire connaître pour pouvoir donner de l'ampleur à nos événements et les partager encore plus. L’idéal serait de réaliser quatre grosses fêtes par an.

Est-il difficile de trouver des bénévoles ?

Cela parait difficile de prime abord, mais certaines personnes se portent volontaires. Nous avons un bon bureau de bénévoles qui s’investissent et connaissent bien les habitants. Mais l’association est ouverte à tous et toutes les propositions et adhésions sont les bienvenues.

L’association a fêté ses 40 ans. Etes-vous prête à relever le défi pour les quarante prochaines années ?

Nous sommes pleins d’enthousiasme, l’avenir le dira. Pour ma part, je ne veux par être une présidente exclusive. Je continue ce que mes aînés ont réalisé et je veux partager les tâches avec mes amis bénévoles de l’association de manière collégiale. Les générations futures devront faire de même !

Quels sont vos projets immédiats ?

Nous organisons un barbecue géant pour le 13 juin. Il y aura des animations et des danses. Romain, DJ bénévole de l’association, donnera le tempo tout l’après-midi !

D'autres programmations ?

Nous avons des idées plein la tête. Après les congés d’été, nous envisageons un loto, un karaoké, un concours pour les illuminations de Noël, Halloween, et nous fêterons Noël. L’an prochain, nous organiserons le carnaval, un concours de balcons fleuris et bien d’autres choses.

Renseignements et inscriptions pour participer au barbecue géant le 13 juin, en mairie.

 

Publié dans Vie locale

Charny ► Un grand défilé en costume d'époque pour le 8 mai

Charny va célébrer la victoire de la Seconde Guerre, en grandes pompes, vendredi 8 mai.

A l'occasion du 70e anniversaire de l'événement, un grand défilé se déroulera dans le village et comprendra dix véhicules d'époque dont trois engins de transport de troupes.

10 h 30 : exposition des véhicules d'époque.

11 h 30 : commémoration au cimetière avec dépôt de gerbes suivi du traditionnel pot de l'amitié.

Les enfants du conseil municipal seront costumés comme à l'époque et ils s'achemineront dans le cortège, avec la population, aux côtés des gendarmes (habillés en uniformes modernes). Un repas "républicain" aura lieu dans la parc (si le temps le permet, sinon, dans la salle des fêtes) et l'orchestre de Bernard Lefranc participera aux festivités. La municipalité invite les visiteurs à venir en habits d'époque.

"Les enfants du village sont sensibilisés au souvenir de la guerre  : en février dernier, ils sont allés raviver la flamme sous l'Arc de Triomphe à Paris. Vendredi, toute la population va pouvoir venir commémorer la victoire et faire la fête " indique le maire, Xavier Ferreira.

Inscriptions pour le repas (participation 15 €). Renseignements au 01 60 01 91 08.

Charny, les enfants du conseil municipal à l'Arc de Triomphe Les enfants du conseil municipal à l'Arc de Triomphe en février.

 

Publié dans Vie locale

Messy ► La brocante du 1er mai a réchauffé les cœurs et les estomacs

Tous les villageois se sont réunis pour la brocante, près de la salle des fêtes qui jouxte la mairie de Messy. Jeudi 1er mai, les amateurs d'objets anciens ou de seconde main ont certainement pu trouver leur bonheur en passant devant les étals couverts de bibelots, de jouets ou de vêtements à côté d'un vendeur de muguet qu'il a lui-même cueilli.

D'autres ont préféré rester à côté du maire, Jean-Lou Szyszka, préposé d'un jour au barbecue. Les grillades ont permis aux visiteurs et exposants de se réchauffer un peu... à l'abri de la pluie. Le mauvais temps n'a pas empêché le village de s'animer et de faire la fête.

 

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2493,2492,2491,2490,2489,2488"]

Publié dans Vie locale

Chelles ► Mille véhicules anciens à la Jardinerie

image galerieLa jardinerie Laplace à Chelles a exposé pendant le week-end du 1er mai, des voitures d'exception. L'expomobile est devenue, depuis sa création, il y a 17 ans, le rendez-vous incontournable des amateurs d'automobiles avec plus de 10 000 visiteurs par an.

Laurent Laplace, le propriétaire de la pépinière, cultive deux passions : les fleurs et les bolides. Au tout début de l'aventure, il n'y avait que deux voitures seulement. Depuis, des Corvettes, des Cadillac et même des Rolls-Royce ainsi que des autobus d'époque sont venus s'ajouter à l'exposition. Les visiteurs ont même pu approcher un taxi de la Marne ou encore une Peugeot Phaéton.

Michel, venu avec toute sa famille de Lagny-sur-Marne, s'est ému devant la Peugeot 104, sa "première voiture" pendant que son père, un octogénaire, racontait, la larme à l'œil aux plus jeunes, ses virées à bord de la Citroën DS dans les années 50 avec... leur grand-mère.

Cependant les adolescents semblaient être plus attirés par la nouvelle version du modèle ou par la Ferrari. Plus haut sur la colline, un couple d'amis entièrement vêtus à la mode "baba cool" admirait le Combi Volkswagen. Chaque génération a ainsi pu se retrouver dans une des pièces présentées, se remémorer un moment de leur vie ou se mettre à voyager à travers le temps.

La galerie photo

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2477,2476,2475,2474,2472,2473,2471,2470,2468,2469,2466,2465,2464,2463,2460,2459,2458,2457,2456,2455,2454,2452,2451"]

Publié dans Vie locale

1er mai ► Les vendeurs de muguets sous la pluie

Les stands des vendeurs professionnels et occasionnels ont fleuri les coins des rues et le devant des boutiques, proposant aux passants les brins porte-bonheur, vendredi 1er mai. Les parasols multicolores assuraient une note de gaieté le long des trottoirs lavés par la pluie...

Mitry-Mory : les stands n'étaient pas très nombreux mais "la récolte a été plutôt bonne" constatait Frédéric devant ses tréteaux où s'étalaient les petites clochettes blanches. Le mois d'avril, plutôt ensoleillé, a facilité la floraison. En revanche, le Mitryen a eu, comme il dit, "un peu plus de mal à vendre ses brins à 3 euros". "Les vacances, le long week-end et la météo n'ont pas incité à faire venir les clients" analyse-t-il. Sous la tonnelle qu'il a installée dès 6 heures du matin pour "ne pas se faire piquer sa place", le jeune vendeur d'un  jour bradera les prix en fin de journée, sentant comme une certaine lassitude au gré des averses répétées.

Othis : comme sur toute la région, et quasiment tout le pays, la pluie s'était invitée pour la traditionnelle vente du muguet. Place de l'Eglise, ils étaient une demi-douzaine à présenter leurs compositions de fleurs. Les acheteurs ne se pressaient pas au portillon, mais quelques-uns avaient fait l'effort de braver le mauvais temps. Mathilde, comme tous les ans n'a pas manqué l'instant : "C'est une tradition. Depuis mon enfance, j'achète un petit brin de muguet pour porter bonheur toute l'année. Le muguet symbolise aussi la fête du travail".

Longperrier : Patricia, sous son parasol, gardait le sourire. Elle avait préparé l'événement depuis une semaine et pas question de reculer face au mauvais temps : "Avec la famille, c'est une institution, le muguet. Tout le monde est sur le pont. Pendant que les unes préparent les brins, les autres font les bouquets. Les fleurs viennent de notre jardin, le muguet aussi, évidemment". Plusieurs marchands se sont partagé l'espace le temps de la traditionnelle journée de vente, les uns pour se faire un petit peu d'argent de poche, les autres pour une association ou une action caritative. Malgré la pluie tout le monde a "sorti ses marrons du feu". Les acheteurs, un peu frileux en début de matinée, ont fait leur apparition vers l’heure du déjeuner.
Trilport : les vendeurs faisaient plutôt grise mine et profitaient du début de soirée pour tenter de vendre encore quelques fleurs. Les stands étaient toujours tapissés de seaux d'où dépassaient les brins emballés et des compositions en corbeille. "La vente n'a pas été bonne" ont commenté des vendeurs. Un peu plus loin, l'un d'eux, avec ses enfants, regardait passer les voitures, d'un air las.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="2395,2409"]

Publié dans Vie locale

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse