Villeparisis ► Stupéfiants : dealers interpellés

FAITS DIVERS -

Un groupe de consommateurs et trafiquants de stupéfiants a été arrêté, mardi 19 juillet, en début d'après-midi à Villeparisis.

Les policiers ont procédé à l’arrestation de six individus qui trempaient dans le trafic, dont un revendeur de drogue particulièrement actif.

Le groupe s’était pour l’occasion rassemblé dans le sous-sol de la place du Marché. Le dealer avait en sa possession un kit de vente avec des pochons, ainsi que neuf plaquettes de 100 grammes de cannabis et une somme de 770 euros en espèces. L’opération était conduite avec le concours de la police municipale et de l’unité cynophile de Chessy, brigade spécialisée dans la lutte contre les stupéfiants.

Le chien a d’ailleurs trouvé quatre plaquettes de cannabis dissimulées dans le garde-boue d’une voiture stationnée non loin de la place.

Au cours de l’interpellation, l’un des consommateurs a tenté de prendre la fuite, blessant légèrement d’un coup de coude l’un des fonctionnaires.

La perquisition effectuée au domicile du revendeur a permis de mettre la main sur cinq autres plaquettes de cannabis, une somme de 100 euros en espèces, une arme de poing et un fusil à canon scié. Après leur garde à vue, tous les interpellés ont été présentés, vendredi 22 juillet après-midi, devant le tribunal de Meaux en comparution immédiate.

Coutevroult ► Gâteaux secs et miettes de cannabis

Un apprenti âgé 16 ans, demeurant à Coutevroult, a été pris par les gendarmes avec quelques miettes de cannabis en poche. Le 10 septembre lors du contrôle, il a  expliqué aux militaires qu'il avait acheté une barrette de résine de 100 g avec l'objectif d'en revendre une partie. En effet, quand les enquêteurs ont procédé à la perquisition au domicile du jeune homme, ils ont trouvé dans un coin de l'habitation un sachet en plastique contenant neuf autres petits sachets qui eux-mêmes renfermaient 22, 80 g de drogue. A un autre endroit, ils ont découvert 38 autres sachets en plastique et 170 € en espèces. Le tout était bien emballé, prêt à la vente.

L'apprenti avait aussi utilisé un paquet de petits gâteaux secs au chocolat blanc pour cacher un couteau, un cutter, un paquet de tabac à rouler et un téléphone portable sans carte SIM. Dans une autre pièce, ont également été découverts 105 €, toujours en numéraires, soit une somme de 275 € au total.

L'enquête a permis d'identifier trois des consommateurs qui achetaient à l'apprenti : un électricien, un lycéen et un "sans occupation". Agés de 17 à 18 ans, ils sont domiciliés à Voulangis et Crécy-la-Chapelle. L'apprenti a aussi reconnu qu'il s'approvisionnait auprès d'un trafiquant à Trilport. Celui-ci, déjà défavorablement connu des autorités, a été interpellé le 14 septembre à Crécy-la-Chapelle. Cependant, en l'absence de preuves matérielles, la justice n'a pu que le sanctionner d'un rappel à la loi, comme les trois autres consommateurs. Après sa garde à vue, il a été remis en liberté.

L'apprenti a également été remis en liberté et a reçu une convocation devant le tribunal pour le 19 novembre. Il comparaîtra pour "usage de stupéfiants, détention, acquisition et cession".

Noisiel ► Les dealers étaient surveillés

Le trafic de stupéfiants durait depuis un moment. Hier, lundi 7 septembre, cinq dealers ont été interpellés à Noisiel, cours des Roches. Il était 13 heures quand les policiers leur sont tombés dessus. Tandis que les enquêteurs s'étaient postés pour surveiller les trafiquants, ceux-ci ont bien été vus en train de se livrer à une transaction.

Cinq personnes âgées de 20 à 23 ans ont été interpellées et placées en garde à vue. Sur les individus, domiciliés à Noisy-le-Grand, Gagny (Seine-Saint-Denis) et Sarcelles (Val-d'Oise) pour trois d'entre eux, Noisiel et Lognes pour les deux autres, ont été trouvés 433 g d'herbe de cannabis.

Saint-Germain / Crécy-la-Chapelle ► Package sur les stupéfiants

Les gendarmes ont fait un "tir groupé" entre dimanche 23 et lundi 24 août et ont procédé à plusieurs contrôles. Ils répondaient ainsi à des réquisitions du procureur de la République à Meaux. En effet, dans le secteur de Saint-Germain-sur-Morin et Crécy-la-Chapelle, avaient été signalés quelques trafics et usages de drogue.

A Saint-Germain-sur-Morin
Les opérations de contrôle ont commencé dimanche à 18 h 45. Les gendarmes interviennent pour un groupe de jeunes qui font du moto cross dans le skate park réservé aux vélos et skates, rue Louis-Douvizie à Saint-Germain-sur-Morin. Les jeunes sont installés dans l'abri du parking où les militaires remarquent l'odeur caractéristique du cannabis. Sans doute le vent n'était-il pas assez fort pour dissiper celle-ci avant l'arrivée des gendarmes... Au fond de l'abri, ces derniers découvrent un bang*. Les jeunes ont reconnu avoir consommé du cannabis et ils ont dû se soumettre aux tests de dépistage. Deux d'entre eux, un garçon et une fille ont affiché des résultats positifs. Un troisième avait, dans son sac à dos, une autre pipe à eau qui avait servi pour consommer de la drogue. Enfin, un quatrième portait un T.shirt avec une feuille de cannabis représentée, une "provocation à l'usage de produits stupéfiants" aux yeux de la loi.

Les jeunes consommateurs, âgés de 17 ans, ont été conduits à la brigade et ont reçu des convocations pour rappel à la loi.

A Couilly-Pont-aux-Dames
Le lendemain, lundi 24 août, toujours dans le cadre des réquisitions du parquet, les gendarmes ont contrôlé un individu à Couilly-Pont-aux-Dames, place Gouasse. Il était 15 h 30 quand ils ont interpellé le piéton âgé de 27 ans, domicilié à Meaux. Sur lui les militaires ont découvert un demi-gramme de cannabis. L'interpellé a admis qu'il s'agissait là d'une quantité réservée à sa consommation personnelle. Il a fait l'objet d'un rappel à la loi pour "consommation illicite de produits stupéfiants".
A Crécy-la-Chapelle

Toujours lundi 24 août, cette fois à Crécy-la-Chapelle sur le parking du Champ de foire, à 17 h 40, un fumeur a été repéré avec une "cigarette artisanale". Avec l'aide du chien spécialisé en recherche de drogue de la compagnie de Meaux, les gendarmes dénichent un peu moins d'un gramme de cannabis sur l'interpellé. C'est que le chien a marqué le caleçon de l'individu, pointant celui-ci du nez avec insistance. C'est en effet dans ses sous-vêtements qu'il avait caché son cannabis. Pas de chance pour lui de tomber sur des gendarmes missionnés par le parquet, ce qui autorise contrôles et fouilles. Le mineur âgé de 17 ans a reçu une convocation devant le juge pour enfants le 12 novembre.

 
*Le "Bang" est un objet utilisé pour inhaler de la fumée de cannabis après qu'elle soit passée dans de l'eau. Egalement dénommé "pipe à eau", ou "douille", il comprend un tube principal, qui va permettre d'inhaler, un tube secondaire qui communique avec le bas du tube principal, et une douille, petit réceptacle destiné à recevoir le cannabis (sous forme d'herbe en général).

Même si des bangs en verre ou en bambou sont commercialisés, la plupart du temps les utilisateurs les fabriquent eux-mêmes, utilisant une bouteille en plastique ou une canette en aluminium pour le tube principal et un stylo ou un bout de tuyau en PVC pour le tube secondaire.

 

Saint-Soupplets ► "Les gendarmes sont des t... du c..."

L'homme qui se rendait à la gendarmerie de Saint-Soupplets pour signer son contrôle judiciaire n'était pas content du tout et il l'a fait savoir en traitant les gendarmes de "T... du c...", la décence et le respect exigeant que nous n'écrivions pas ici les termes complets.

Les faits remontent au mercredi 12 août. Arrivé en scooter, voilà l'individu qui gare l'engin sur le parking de la maréchaussée. L'œil avisé du gendarme à l'accueil détecte aussitôt quelque anomalie sur le deux-roues et se met en devoir de verbaliser le pilote. Ce dernier sort alors de ses gonds et du même coup invective le gendarme verbalisateur. Le cyclomotoriste furieux quitte le parking en trombe sur son scooter.

Evidemment, il devait s'attendre à ce que les militaires le retrouvent puisqu'il habite dans le secteur. Dans la foulée, il a été ramené à la gendarmerie et c'est là que les tests de dépistage aux stupéfiants se sont révélés positifs. Et hop, garde à vue, déféré au parquet et jugé, il a écopé de deux mois de prison avec aménagement de la peine.

Saint-Thibault-Des-Vignes ► Les cambrioleurs plongent dans la piscine

Ces cambrioleurs-là étaient vraiment sans gêne... Dimanche 9 août, à 3 h 45, deux individus s'introduisent dans une demeure située près de la place de l'Eglise à Saint-Thibault. Tranquillement, ils fouillent les lieux, mettent la main sur divers objets à leur goût qu'ils préparent à être emportés tandis que des jeunes se trouvent dans le jardin, en train de s'amuser dans la piscine de la propriété. Le fils de la maison a organisé une soirée dont il profite avec ses copains. Les deux voleurs décident alors de profiter eux aussi du moment et s'accordent un petit plongeon.

Le jeune maître des lieux s'aperçoit cependant qu'il ne connaît pas les deux nouveaux venus au milieu de ses invités et appelle aussitôt la police. Rapidement les fonctionnaires arrivent et alpaguent les deux intrus âgés de 20 et 43 ans.

Pendant ce temps, un des invités légitimes, l'esprit sans doute embrumé par quelque vapeur éthylique et fumée illicite, continue à tirer sur son "splif". Les policiers, par l'odeur alertés, lui tinrent le langage adéquat et hop ! en garde à vue pour consommation de stupéfiants, à côté des deux cambrioleurs. Pas malin le copain !

Meaux ► Sous-préfecture : un point unique pour les permis de conduire

La sous-préfecture de Meaux traitera, désormais, toutes les demandes relatives aux permis de conduire et aux immatriculations des véhicules des habitants des arrondissements de Torcy et Meaux.

Les visites médicales obligatoires pour les renouvellements de permis à la suite de suspension ou d’annulation (pour alcoolémie ou stupéfiants) se dérouleront sur rendez-vous, également à la sous-préfecture de Meaux. De très nombreuses démarches peuvent s’effectuer par voie postale. L'administration recommande de "ne pas se déplacer inutilement et de consulter au préalable le site internet : http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Demarches-administratives Les questions peuvent être posées sous la rubrique « contact » du site. Une réponse devraient parvenir aux demandeurs dans un délai de 5 jours. En annexe figure la répartition des opérations qui peuvent s’effectuer par correspondance, et celles pour lesquelles un déplacement est indispensable.

Sous-préfecture de Meaux, cité administrative, 27 place de l'Europe, 77109 Meaux Cedex.

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse