Ovnis ► Jean-Gabriel Greslé : secrets et expériences racontés

"Ce que j'ai vu lors de différents vols, quand j'étais pilote, était bien des engins utilisant une technique inconnue, qu’aucun gouvernement ne maîtrise et qui, pour l’heure, n’est compréhensible par aucun scientifique."

Jean-Gabriel Greslé*, devenu l’un des ufologues les plus réputés sur la planète, ne "croit en rien" mais précise qu'il s'est rendu compte que "les ovnis se déplacent là où des zones sont laissées libres par les avions. Et qu’ils viennent faire des incursions de temps en temps au milieu des avions de ligne".

Il raconte : "La première fois qu'une rencontre s'est produite, c’était en 1952 lors d’un vol au-dessus de Washington. Nous avons été dépassés par des engins inconnus qui manifestaient des performances impossibles à réaliser pour un avion normal. Le phénomène s’est reproduit un quelques mois plus tard. À l’époque, face aux interrogations, l’US Air Force a avoué son incapacité à répondre et a déclaré que les phénomènes n’étaient pas nouveaux mais inexplicables. La seconde fois s’est produite lors d’un vol Air France en 1966. Nous avons été dépassés par un engin au sud ouest de Buenos Aires et enfin à Détroit sur le vol Los Angeles-Montréal. Là encore nous avons été dépassés par un engin qui a laissé une traînée lumineuse".

Lors de sa conférence, lundi 30 mars, à Pontault-Combault, l'ancien commandant de bord aux multiples expériences et rencontres avec des ovnis, a évoqué tous les documents officiels américains parus sur le sujet. Parmi ceux-ci figure le rapport Cometa, rédigé par l’association française d'étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés. Elle est considérée aujourd'hui comme étant en sommeil. Les extra-terrestres feraient-ils eux aussi un somme ? Auraient-ils "espacé" leurs visites sur Terre ?

Le rapport est préfacé par l'ancien président du CNES (Centre national d'études spatiales), André Lebeau et a été porté à la connaissance du grand public par ses auteurs. Il a évidemment fait couler beaucoup d’encre au moment de sa publication.

En forme disque ou triangulaires

La conférence a permis également de revenir sur des anecdotes souvent relatées dans les médias spécialisées : les soucoupes en forme de disque, les soucoupes triangulaires... Le conférencier, dans un ouvrage qu'il a présenté, "Document interdit, la fin d'un secret", passe en revue des documents qui, aux yeux des autorités, devaient rester secrets puis qui ont ensuite été déclassifiés. Jean-Gabriel Greslé a également fait référence à des documents qui portent sur la période de 1940 à 1954. D'autres documents ont été rendus publics jusqu'en 2010. Il a cité aussi "1942-1954 - La genèse d'un secret d'État", recueil de documents américains déclassifiés.

Si lundi, dans le public, tous semblaient convaincus de l'existence d'êtres intergalactiques, aucune image n'a circulé. Le conférencier a tout de même précisé qu’il est tenu à la discrétion sur les travaux de recherche de la commission Sigma dont il est un technicien et qu’il n'est pas autorisé à répondre aux questions actuelles sur les Ovnis.

 

*Né en 1932, Jean-Gabriel Greslé s’est engagé dans l’armée en 1951. Après avoir été élève pilote à l’US Air Force, il entre chez Air France en 1963. Durant vingt ans, il sera commandant de bord et à trois reprises, sera témoin de phénomènes aériens inexplicables.

**Photo : A défaut de pouvoir vous présenter une photo d'ovni, nous avons choisi un avion d'air France.

OVNI ► Témoignages d'un pilote d'avion

Conférence à Pontault-Combault (77) par Jean-Gabriel Greslé, lundi 30 mars à 20 heures, hôtel Saphir, 144 rue des Berchères : présentation et bilan des études internationales référant aux phénomènes OVNI.

Jean-Gabriel Greslé, auteur de nombreux ouvrages de référence dans le domaine des ovni et conférencier, ancien pilote de chasse formé par l’US Air Force en 1953 a eu accès à des dossiers d’origine militaire, déclassifiées par un Acte du Congrès des Etats Unis en 1974, le Freedom of Information and Pricacy Act. En appliquant une méthode historique rigoureuse il dresse un bilan inattendu de la situation et confirme que l’hypothèse d’incursions non terrestres est de loin la plus probable pour expliquer une situation qui perdure sans doute depuis très longtemps.

Jean-Gabriel Greslé :

 Les personnes qui s’interrogent sur la possibilité d’une présence étrangère, non humaine, dans notre environnement immédiat, ont en général deux options : croire ou rejeter sans preuve en fonction de leurs préférences ou de leurs craintes, ou rejoindre une association civile de collecte et d’étude des observations.

 

Rencontres  Le 21 novembre 1966 vol Air France 089 avion F BHSV. Fonction co-pilote. Entre Rio de Janeiro et Florianopolis au Brésil, nous sommes doublés par la droite par un écho radar chronométré à MACH 5. Le 27 juillet 1984 vol Los Angeles Montréal avion F BHVL. Fonction CDB. Verticale de Détroit USA. Doublés par un groupe de sphères métalliques suivies d’une traînée lumineuse épaisse. Intrus signalé par le Contrôle de la navigation aérienne et confirmé par un vol Lufthansa et un vol Olympic Airways. Trajectoire vers l’est, parallèle à notre route. Vitesse calculée environ MACH 5. Le 5 novembre 1990 au sol à Gretz-Armainvilliers (77). Observation d’un engin énorme (longueur d’environ 250 mètres) qui passe à 600 mètres devant nous à l’altitude d’environ 300 mètres, dans un silence total et entre dans un strato-cumulus bas. Groupe de six témoins. D’autres témoins sont découverts ultérieurement. (Description et calculs dans OVNIS-Un pilote de ligne parle ; Editions Guy Trédaniel Paris 1993).

Horoscope

Programme TV

Sudoku

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse