Sun-Lay Tan

Sun-Lay Tan

La direction de La Poste a annoncé, vendredi 15 janvier, que le facteur qui avait abandonné le sac de sa tournée en pleine nature, à Dampmart, ne faisait plus partie de l'entreprise.

Le 11 janvier dernier, un tas de courrier non distribué a été retrouvé par un habitant qui l'a ensuite apporté à la police municipale.

"Les enveloppes étaient toutes trempées. Certaines étaient même si abîmées qu'il était impossible d'en connaître le destinataire" raconte un témoin. Le sac qui a été remis ensuite à la mairie contenait le courrier qui devait être dans les boîtes à lettres les 29 et  31 décembre. Des convocations à Pôle emploi ou à un entretien, des cartes de vœux, des chèques, des factures... Tout était mouillé, l'encre effacée ou les écrits couverts de boue et de débris végétaux. Pas moins de 350 plis ont pu être ramassés. 80 viennent d'être réexpédiés, mercredi 13 janvier,  sous une pochette plastique à leurs destinataires, habitant les rues des Lambuis, du Chemin-de-Fer et du Chemin-de-Sable. Quant au reste, 263 lettres, il est impossible de retrouver à qui elles étaient adressées. "Elles sont soit ouvertes et incomplètes, soit déchirées. Sans oublier celles emportées par le vent" indique une source proche de l'enquête.

Le sac avait été jeté Chemin des Tarteaux. Une plainte contre X avait été déposée au commissariat de Lagny-sur-Marne. L'enquête interne a permis d'identifier rapidement l'employé qui a été licencié pour faute grave.

La Poste invite les victimes à la contacter en composant le 36 31 ou par E-Mail sur le site de La Poste afin de demander une fiche incident et une attestation de perte que l'usager pourra produire en cas de règlement en retard. Un agent du centre de courrier proposera aux clients de se rendre sur place pour vérifier s'ils sont les destinataires.

Le courrier devait être distribué aux usagers de la rue les 29 et 31 décembre 2015

SORTIR -

Le groupe Kuartet, formé par Chris Gibson, Marie-Charlotte Laborne,  Alex Gibson, Jacky Arconte et Éric Courrèges interprétera, samedi 16 janvier à la Ferme des communes à Serris, les plus célèbres chansons du répertoire français.

Ferrat, Brel, Reggiani, Piaf, Moustaki ont laissé un trésor musical immense. Les artistes de Kuartet interprètent avec leurs horizons musicaux différents une partie du grand héritage musical que les "grands" ont légué. Les fans de disco reconnaîtront les frères Gibson, les interprètes d'un tube de l'année 1979, Cuba. Marie-Charlotte est une chanseuse lyrique. Jacky, le guitariste a accompagné Polnareff, William Sheller, Renaud ou même Michel Jonasz. Quant à Eric Courreges, violoncelliste, il a travaillé avec Johnny Hallyday, Charles Aznavour ou encore le groupe corse I Muvrini. Le groupe participe souvent aux émissions de Patrick Sébastien sur France 2.

De "Quand on a que l'amour"de Jean Ferrat à "La Javanaise" de Gainsbourg , en passant "A bicyclette" d'Yves Montand par "l'hymne à l'amour" d'Edith Piaf, les chansons que chacun a déjà entendues ou fredonnées abordent les thèmes éternels et forts de l’amour, de la liberté, du temps qui passe, en fait de l’espérance en l’humanité. Il s’en dégage une joie de vivre et une osmose parfaite avec le public de toutes les générations.

Concert Kuartet

Samedi 16 janvier à 21 heures, ferme des Communes, 8 boulevard Robert-Thiboust à Serris.

Tout public. Durée : 1 h 15. Tarif A (de 8 € à 15 €)

Le site officiel du groupe ici

La vidéo de Cuba sur Dailymotion ici

Une conférence organisée par la société archéologique et historique de Chelles s'est déroulée, vendredi 8 janvier, à la salle Albert-Caillou. Etienne Desthuilliers a raconté l'histoire de la ville.

Dans le cadre de l'université inter-âge, Etienne Desthuilliers, un des meilleurs spécialistes de l'histoire de la ville, a présenté les habitants de Chelles et leurs activités au XVIIe siècle à l'aide de documents inédits.

Comment aller de Paris à l'Abbaye ? Quelle était la population de Chelles en 1613 ? Qui étaient les propriétaires des terrains ? Grâce à un manuscrit exceptionnel, un livre de recouvrement d'impôt de l'abbaye de 244 feuillets qui traite de 3 553 impositions, croisé et recoupé avec une importante documentation d'archives, le public a découvert la vie quotidienne de ses ancêtres chellois : habitations, commerces et artisanat. De nombreuses anecdotes sur les bouchers, le boulanger, le tisserand, les maçons, le charpentier, le couvreur et le serrurier, qui ont construits la ville, ont amusé les participants. "Nous ne ratons aucun rendez-vous avec l'Histoire. On se rend compte que, finalement, la ville n'a pas totalement changé" confie Robert, un retraité habitant de la commune. En effet, si leurs noms se sont transformés, certaines voies existent encore quatre siècles plus tard.

"Le travail de recherche a commencé il y a trente ans. Il n'avait jamais été entrepris à Chelles auparavant" indique le conférencier qui a pu reconstituer avec son épouse Annick, paléographe, un plan de la cité chelloise en 1613.

Plus d'informations sur la société archéologique et historique de Chelles ici.

[gallery size="large" columns="4" type="slideshow" ids="16591,16594,16593"]

t

 

Le maire de Monthyon, Claude Decuypère, a présenté les vœux du conseil municipal à la population, vendredi 8 janvier, au complexe sportif. Il en a profité pour aborder les projets pour 2016.

Après avoir dressé le bilan de l'année dernière, marquée principalement des travaux de modernisation (l'enfouissement des réseaux) et de sécurisation (installations de radars pédagogiques), le maire a annoncé trois nouveaux projets pour la nouvelle année.

En matière d'équipement, il s'agira de la poursuite de la réfection de la toiture de la salle des fêtes et de l'isolation de celle des vestiaires du stade des Avernes. De plus, l'élu a annoncé l'installation d'une borne de recharge pour voitures électriques à l'entrée du city-stade. Enfin, une étude sera lancée avec les professionnels de santé pour une nouvelle maison médicale. Les travaux démarreront malgré la baisse des dotations de l'Etat, "soit pour 2015, 68 313 euros de moins qu'en 2015" a indiqué Claude Decuypère. Cependant, "la commune a décidé de supporter cette baisse sans augmenter les taux des taxes locales" a poursuivi l'édile.

 

 

La galette des rois de Yohann Doré, le boulanger du Pin, a remporté le premier prix au concours organisé par la chambre des métiers du Seine-et-Marne, mardi 5 janvier à Coulommiers.

Il s'agissait de la première participation pour le boulanger de "La Fournée d'enfance" qui n'est installé dans la commune que depuis septembre 2014.

"Je n'arrive pas encore a y croire" a confié le jeune artisan de 33 ans, originaire de Rouen, dans son atelier où les parfums de pain se mêlent à ceux de l'amande torréfiée. Même s'il tente, par modestie, de cacher sa fierté de se hisser parmi les meilleurs du département, aux côtés des grands noms de la profession, son expression révèle une véritable passion pour son métier et une grande satisfaction. Yohann a désormais gagné en notoriété. "Ça n'arrête pas depuis que la nouvelle est tombée ! Avant le concours, nous en vendions une vingtaine par jour, depuis nous en faisons plus de 80 !"

Sa recette : travail d'équipe et exigence dans les produits
Le succès (décidément on ne parle que de gâteaux !) est celui d'une d'équipe : "Je travaille avec mon pâtissier Rodolphe [ndlr : qui est arrivé 4e dans la catégorie "salarié"] et mon apprentie". Pour le lauréat, le choix des ingrédients est primordial : "Il nous est arrivé de renvoyer la marchandise parce qu'elle n'était pas de bonne qualité". Pour fabriquer sa pâte, il remplace la frangipane par la crème d'amande pure dont la poudre vient de Californie, une variété moins grasse, plus fruitée et plus fine. Quant au beurre, le "roi de la galette" a choisi un "grand-tournage" pour offrir un feuilletage bien écarté. La farine est locale, elle provient des moulins Bourgeois à Verdelot.

La galette se mange tout le mois de janvier...

[gallery size="large" type="slideshow" ids="16402,16403"]

FAITS DIVERS -

Un incendie s'est déclaré à 6 heures du matin, jeudi 7 janvier, dans un immeuble situé au 11 boulevard Marcel-Sembat à Villeparisis.

Selon les secours qui sont très rapidement intervenus, "les dix-sept résidents, réveillés par l'alarme désormais obligatoire dans tous les logements, ont été évacués et accueillis au gymnase Aubertin. Certains, intoxiqués par la fumée, ont été transportés à l'hôpital de Jossigny." L'incendie était si fort que les flammes étaient visibles depuis la gare et à des centaines de mètres autour. "J'ai vu des flammes et une grosse fumée. J'ai tout de suite compris que c'était grave" raconte sur place un témoin qui attendait son train.

Le feu a été maîtrisé vers 11 heures. Le toit et l'étage supérieur ont été entièrement détruits. Les pompiers ont grimpé sur le toit et ont travaillé entre les poutres de la charpente et les tuiles noircies et encore fumantes pour débarrasser les débris et les jeter au sol. "Il faut enlever le maximum de matière brûlée pour éviter que le feu ne reprenne" ont commenté les soldats du feu. La police a relevé les premiers indices. "L'origine de l'incendie n'est pas encore déterminée. Une enquête est en cours " a précisé Hervé Touguet, le maire de Villeparisis, joint par téléphone.

La circulation a été difficile durant toute la matinée en direction de la gare et de Mitry-Mory. A 11 heures, le trafic routier a été partiellement rétabli mais le boulevard et la place du Marché sont restés coupés. Les policiers municipaux postés à l'entrée de la route barrée ont indiqué aux automobilistes des itinéraires pour contourner le lieu du sinistre. Toutes les lignes de bus ont été déviées.

 

 

La célébration du 97e anniversaire de la fin de la Grande Guerre s'est déroulée au parc du Souvenir à Chelles, mercredi 11 novembre à 11 heures.

Elle a rassemblé plus de 500 personnes. Le maire de la ville, Brice Rabaste, les élus et les associations d'anciens combattants ont déposé des gerbes de fleurs devant la stèle et les élèves de l'école Alain-Fournier ont lu des lettres de poilus à leurs familles. Une fanfare a ensuite défilé dans les rues Besson et Eterlet.

La plaque de l'esplanade de la Légion d'honneur a été ensuite dévoilée par l'édile et le général de division Yannick Bertheau, aux côtés des jeunes filles de l'institution de la Légion d'honneur.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="13362,13361,13358,13360,13359,13357,13355,13353,13352,13351,13350,13349,13348,13356"]

Les commémorations de l'armistice de la première Guerre mondiale à Serris ont commencé à 15 heures au Bourg par un dépôt de gerbes au monument aux morts.

Des élus et des participants étaient vêtus en costume d'époque. Le public, drapeaux tricolores aux mains, pouvait admirer de défilé de poilus, de soldats américains, britanniques et de civils de la Belle-époque. Au son des cornemuses du groupe Iron Piper Pipes-Drums et de la fanfare de Lagny-sur-Marne, le cortège s'est ensuite dirigé à pied vers le parvis de l'Hôtel de ville où une autre gerbe a été déposée.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="13413,13412,13411,13410,13409,13407,13406,13404,13395,13405,13403,13401,13400,13399,13398,13397,13396"]

 

Une cérémonie récompensant les médaillés du travail s'est tenue, samedi 7 novembre, à l'hôtel de ville de Courtry.

"Le travail est une valeur fondamentale inscrite dans notre constitution et dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme. C'est également un bien précieux, constitutif de notre République qu'il faut défendre pour nous et nos enfants" a déclaré le maire et conseiller départemental, Xavier Vanderbise, avant de remettre une médaille à chacun des 19 Courtrysiens récipiendaires.

Les récompensés :

Médaille d'argent (20 ans) :

Fabrice Bonnet, Olivier Germain, Stéphane Lautard, Sandrine Lorbach, Muriel Mazaud et Philippe Rondot

Médaille vermeil (30 ans) :

Fabrice Bonnet, Catherine Hug, Jean-Michel Designe, Jean-Pierre Guilpin, Jorge Mendès et Anne Gallois

Médaille d'or (35 ans) :

Fabrice Bonnet, Michel Byk, Jean-Luc Couturier, Yonnick Paillussière et Brigitte Viard

Médaille Grand or (40 ans) :

Bernard Ballandras, Catherine Cavacas Milheiro, Armelle Gervy et Patrick Weber.

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse