Vaires-sur-Marne ► Le stade nautique olympique d’Ile-de-France a été inauguré

Vaires-sur-Marne ► Le stade nautique olympique d’Ile-de-France a été inauguré

 

Roxana Maracineanu, ministre des Sports, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, Tony Estanguet, président de Paris 2024, et Denis Masseglia, président du comité national olympique et sportif français ont inauguré le stade nautique olympique d’Ile-de-France, samedi 22 juin, à Vaires-sur-Marne.

Après l’inauguration protocolaire du samedi matin, le public a pu, durant tout le week-end, découvrir les installations et pratiquer gratuitement le rafting et le canoë à l’occasion de la journée nationale olympique et de la fête du sport

Situé sur le site de l’ile de loisirs de Vaires-Torcy, c’est le premier équipement livré pour les jeux olympiques et paralympiques de 2024. Il accueillera les compétitions d’aviron et de canoë-kayac et sports de pagaie, en course en ligne et en eau vive. Marina Maracineanu a déclaré : « C’est un équipement qui va servir à la fois la cause des jeux, à la fois le mouvement sportif avec les deux fédérations qui en bénéficient et puis surtout aussi le grand public ».

Le stade nautique d’Ile de France est un lieu de compétition. C’est le plus grand site de canoë-kayak du monde avec quatre rivières artificielles pour un total de 800 m de long, alimentées par cinq pompes d’un débit maximal de 14m3/s, un plan d’eau de deux kilomètres pour les courses en ligne, des gradins pouvant accueillir deux mille spectateurs en permanence, plus treize mille places temporaires pendant les jeux olympiques. C’est aussi un site d’entrainement avec salle de sport intérieure, hébergement et restauration, qui permettra le logement sur place des jeunes espoirs. C’est également le siège des fédérations françaises et des ligues régionales d’aviron et de canoë-kayak et sports de pagaie. Mais au-delà du sport de compétition, c’est un site dédié au sport de loisir, puisqu’il est adossé à l’Ile de loisirs de Vaires-Torcy et sera accessible aux sportifs amateurs et au grand public.

C’est l’aboutissement de vingt ans de travaux qui ont commencé avec l’aménagement du plan d’eau quand Paris était candidate pour les jeux olympiques de 2012. Le coût total est de 75 millions d’euros, financés à hauteur de 85% par la Région.

Valérie Pécresse a déclaré : « La Région Ile-de-France a investi 235 millions d’euros pour les jeux olympiques, mais chaque euros investi doit pouvoir servir après les jeux. La région comporte douze iles de loisirs fréquentées par quatre millions de personnes chaque année. Les installations sont donc conçues pour le sport performance mais aussi pour le sport de loisirs. Ici, nous avons 14 000 m2 d’installations avec une démarche haute qualité environnementale. Nous avons planté quatre vent cinquante arbres. Des jeux pour tous et j’y tiens, accessibles à tous les sportifs et à tous les spectateurs, d’où les aménagements du stade olympiques pour les personnes en situation de handicap, ainsi que des lignes de bus qui desserviront ce site de Vaires-Torcy ». A titre d'exemple, des rampes qui facilitent la mise à l’eau des bateaux par les athlètes en situation de handicap ont été prévues.

"Je n'en ai jamais vu d'aussi bien réussi"

Tony Estanguet a constaté : « C’est l’aboutissement d’un très long projet et on arrive à cette merveille, puisque pour un kayakiste, c’est un rêve de voir ce complexe. Je n’en ai jamais vu d’aussi bien réussi, d’aussi bien intégré. C’est la première fois qu’on voit un équipement aussi complet, avec eau vive, course en ligne, mais aussi entrainement et hébergement ».

Les sirènes ont annoncé la mise en route des pompes qui ont rapidement rempli les bassins et les rivières et celles-ci ont fait l’objet d’une première descente en rafting, avec un des bateaux ayant à son bord Tony Estanguet à l’avant et deux pagayeuses de choc, Roxana Maracineanu et Valérie Pécresse, qui ont montré qu’en politique on sait naviguer.

A l’occasion de l’inauguration du stade nautique olympique, deux conventions ont été signées entre la Région et la fédération française d’aviron d’une part et la fédération française de canoë-kayak et sport de pagaie d’autre part. Jean-Jacques Mulot, président de la FFA, a déclaré : « Moi, ce qui me tient à cœur c’est qu’il y ait des clubs, et ici il y a un club d’aviron et un club de canoë-kayak ».

 

 

 

 

 

 

Dernière modification le vendredi, 28/06/2019

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.