Othis ► Le maire et les riverains s'opposent à l'installation d'une usine de méthanisation '"trop proche des habitations"

Othis ► Le maire et les riverains s'opposent à l'installation d'une usine de méthanisation '"trop proche des habitations"

 

Le maire d'Othis, Bernard Corneille, a annoncé, mercredi 22 mai, son opposition à l'installation d'une usine de méthanisation dans la commune voisine d'Eve, dans l'Oise. Une pétition a recueilli trois cents signatures.

L'usine de transformation de déchets végétaux en gaz devrait être implantée sur la commune d'Eve (Oise), à quatre cents mètres des habitations d'Othis, dans le prolongement de la rue Mauricia-Coquiot. Le site s'étendrait sur 2 513 mètres carrés.

Le maire d'Othis, Bernard Corneille, qui affirme être favorable à « tout ce qui est bon pour l'environnement et la transition écologique », explique son opposition à l'implantation du bâtiment : « Je suis allé avec des élus visiter l'usine de transformation de Chauconin-Neufmontiers pour me faire un avis. D'abord on n'a pas trouvé ça beau, puis en s'approchant, on a entendu beaucoup de bruit et senti des mauvaises odeurs. Cela fait beaucoup trop de nuisances ».

Un propriétaire terrien avait déposé une demande pour l'installation de l'usine à Othis, que la mairie avait refusée en février 2018. Ce même propriétaire a déposé une demande sur un autre terrain à Eve, que la mairie a acceptée à la fin de l'année 2018.

Bernard Corneille a déposé un recours gracieux pour annuler l'autorisation délivrée. Il déclare : « Si l'usine était à deux kilomètres des maisons, j'y serais favorable, mais pas à quatre cents mètres. Nous avons fait appel à des avocats spécialisés pour nous opposer à la décision de l'Etat ». Le maire s'inquiète du manque de matériel pour assurer la sécurité du site, en particulier en matière d'incendie, et des dégradations sur les routes que causeront les camions transportant les déchets qui transiteront par la commune.

En parallèle, l'association contre l'unité de méthanisation aux portes d'Othis (Cumpo) a été créée pour s'opposer à la construction de l'usine en engageant une procédure distincte de celle de la mairie. La pétition, mise en ligne sur internet il y a quinze jours, a d'ores et déjà recueilli trois cents signatures (voir la pétition ici).

Une réunion publique est prévue à l'espace François-Mitterrand, vendredi 14 juin.

 

 

Dernière modification le samedi, 15/06/2019

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse