Plaines et mont de France ► La communauté de communes veut corriger son bilan énergétique

Plaines et mont de France ► La communauté de communes veut corriger son bilan énergétique

 

Des logements qui consomment plus que la moyenne de ceux du département, une facture énergétique trop élevée... la communauté de communes Plaines et monts de France veut corriger son bilan énergétique sur son territoire. Une réunion de concertation a eu lieu à Villevaudé, lundi 3 juin.

Plaines et monts de France (CCPMF) a intégré un plan climat air énergie territorial (PCAET). Le diagnostic a été présenté lundi soir et il n'est pas réjouissant. Les élus veulent rapidement intervenir pour arrêter d'accumuler les mauvais points et inverser la machine.

Les logements de la CCPMF consomment 18% d’énergie de plus que la moyenne des logements du département et 37% de plus que la moyenne régionale. D'autre part, la facture énergétique du territoire de la communauté est de 22% supérieure à la moyenne départementale et de 54% supérieur à la moyenne régionale.

65% du parc de logements a été construit avant 1990 et 87% sont des logements individuels d’assez grande taille (4,7 pièces en moyenne par logement).

La communauté de communes cherche à réduire les émissions des gaz à effet de serre sur son territoire, ainsi que les celles des polluants atmosphériques. Elle veut aussi maîtriser la consommation d'énergie.

Cependant, la CCPMF est loin de pouvoir tout maîtriser en matière de dépense énergétique étant donné, comme le précise son président, Jean-Louis Durand, que "56% des émissions de gaz à effet de serre proviennent du traitement des déchets et de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle". Il souligne : « Pour l'étude, la partie transport aérien et la partie déchets ont été volontairement écartées car la communauté de communes n’a aucun moyen d’intervenir sur les dépenses de l'aéroport ».

Marion Salmon, agent de la communauté de communes, a présenté les objectifs du plan et le diagnostic effectué : « Le PCAET est un programme de développement durable qui tourne autour de cinq axes d’action : la réduction des émissions de gaz à effet de serre, adaptation au changement climatique, sobriété énergétique, qualité de l’air et développement des énergies renouvelables. C’est la déclinaison au niveau local de la stratégie et des décisions prises au travers de la COP 21 et des accords de Paris ».

Des moyens

La stratégie envisagée pour réduire dépenses énergétiques et facture, visera les secteurs du transport et de la mobilité, le traitement des déchets, la production d'énergie renouvelable, l'agriculture et les bâtiments.

En ce qui concerne la production d’énergie renouvelable, les toitures du siège de la communauté de communes et du futur centre technique intercommunal seront équipées de panneaux photovoltaïques et un parc solaire va être créé à Annet-sur-Marne. Pour les élus, la méthanisation serait aussi une piste pertinente.

Un livre blanc sera mis à disposition des habitants au siège de la communauté de communes, à Dammartin-en-Goële, pour recueillir leur avis et suggestions. Il sera aussi possible d'envoyer son avis via la messagerie à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le président Jean-Louis Durand a conclu en insistant sur l’importance de la participation des habitants à ces réunions car « les options qui sont dans le plan climat sont opposables ».

Une seconde réunion, consacrée à la définition des actions à mettre en place,  se tiendra mardi 18 juin, à 19 h 30, au centre culturel des Brumiers à Saint-Pathus.

 

 

Dernière modification le dimanche, 16/06/2019

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse