Meaux ► Centenaire de la Grande Guerre : les élus et les habitants ont célébré la paix

[Diaporama]

L’armistice de la Première Guerre mondiale a été commémoré à Meaux sous le signe de la paix et de l’amitié franco-allemande. Pendant trois jours, du vendredi 9 au dimanche 11 novembre, des habitants de Meaux et de Heiligenhaus, la ville allemande jumelée, ont célébré ensemble le centenaire de la fin de la guerre.

 

https://youtu.be/G9o374X0_aM

La commémoration du centenaire de l’armistice a débuté, vendredi, avec la plantation d’un chêne devant le musée de la Grande Guerre par les jeunes de Meaux et de Heiligenhaus. Le lendemain, quatre-vingts croix de soldats allemands et français du cimetière Jean-Jaurès ont été nettoyées par quinze jeunes sapeurs-pompiers français et leurs quinze homologues allemands. Colette Jacquet, conseillère municipale, présidente de la section meldoise du Souvenir français, explique : « Il s’agit d’un symbole européen, d’un symbole d’union entre nos deux peuples ». Laurent Guillaume, adjoint au maire de Meaux, président du comité de jumelage, précise que le jumelage avec Heiligenhaus aura cinquante ans en 2020.
La cérémonie officielle de commémoration s’est déroulée dimanche avec le fleurissement du monument aux morts. Des drapeaux français et européens ainsi que des bleuets ont été distribués aux participants. Le maire de Meaux, Jean-François Copé, a rappelé : « Notre terre a été profondément marquée par la bataille de la Marne et nous avons fait le choix de donner une signification particulière au devoir  de mémoire. Nous le faisons pour les générations futures. L’amitié franco-allemande est indissolublement liée au souvenir du passé et à la volonté qu’il n’y ait plus jamais de guerre ». 
La présentation de la chaise vide, réalisée à partir d’un même chêne par Hannes Johannes, forestier en chef à Heiligenhaus, a eu lieu ensuite à l’hôtel de ville de Meaux. Deux autres chaises vides ont été présentées à Heiligenhaus et à Basildon, la ville anglaise jumelée à Meaux. Ces chaises représentent chacune un soldat imaginaire qui symbolise la fraternité et le lien entre le passé et le présent.

Au musée de la Grande Guerre, un spectacle musical de lumière et des expositions ont été proposés dimanche.

 

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse