Villeparisis ► Pollution aux hydrocarbures : soixante habitants ont dû être évacués

Des odeurs d’hydrocarbures sont apparues, mi-août, avenue Roger-Salengro, dans le centre-ville de Villeparisis. Elles proviennent de l’ancien centre commercial Leclerc qui était équipé, il y a quarante ans, d’une station-service. Par mesure de prudence, soixante riverains ont été évacués.

C’est un habitant de l’avenue Roger-Salengro qui a alerté, dimanche 12 août, les pompiers. Le lendemain, le salon de coiffure l’Hair du temps et l’agence MMA, cette dernière située avenue du Général-de-Gaulle, se plaignaient d’être incommodés par de « fortes émanations d’hydrocarbures ».

Soixante habitants concernés

Vingt-huit logements et cinq locaux d’entreprise ont dû être évacués. Au total, soixante habitants, dont vingt enfants, seraient concernés. La mairie a pris des dispositions afin d’héberger dans des locaux communaux les personnes ne pouvant se reloger provisoirement. De son côté, l’exploitant Mavidis a proposé des solutions d’accueil dans des hôtels des environs pour les résidents ne pouvant être pris en charge par leurs proches. Les agents des polices nationale et municipale effectueront des patrouilles pour veiller à la sécurisation des logements et locaux inoccupés.

Trois cuves de carburant

toujours dans le sol

Les investigations ont révélé une pollution du sous-sol, à proximité du réseau d’assainissement. Un sondage géotechnique réalisé en vue de la vente du site de l’ancien centre commercial Leclerc aurait percé l’une des trois cuves de carburant, enterrées en 1969 et 1972,  desservant la station-service, ce qui expliquerait les remontées d’odeurs par les canalisations d’eaux usées.

Le 22 août, la préfecture prenait un arrêté imposant des mesures d’urgence à la société Mavidis pour son ancienne station-service Leclerc. La préfecture précise que « les conclusions des premières investigations tendent à montrer que la pollution migre hors du site de l’ancien centre commercial ».

Les travaux de résorption de la pollution ont démarré lundi 27 août. Ils consistent en l’excavation de la zone où a été localisé le sinistre afin de pomper les effluents pollués. Un périmètre de sécurité a été installé autour de la zone des travaux.

Hervé Touguet, le maire, a précisé, dimanche 26 août : « Une cellule de crise a immédiatement été mise en place entre les services de l’Etat, les sapeurs-pompiers, la mairie et l’exploitant Mavidis, ceci afin de prendre les mesures d’urgence qui s’imposaient. Les travaux nécessiteront aussi l’interdiction de circuler, tant pour les véhicules que pour les piétons sur l’avenue Aristide-Briand, entre le 135 et l’avenue Kléber, sur les avenues Roger-Salengro et Marcel-Sembat, jusqu’à l’avenue Charles de-Gaulle ».

Il ajoute : « Compte tenu de la nature des polluants, et à titre préventif, il a été décidé de procéder à l’évacuation des riverains du quartier. Je les ai conviés à une réunion qui s’est tenue samedi 26 août, en présence du directeur de cabinet du préfet et des pompiers. Une solution a pu être trouvée pour chacun d'eux ».

Des recommandations importantes

La mairie recommande de bien aérer et ventiler les logements inclus dans le périmètre concerné, y compris les pièces en sous-sol. Elle préconise également de veiller à la présence d’eau dans les siphons des logements, ceci afin d’éviter les émanations remontant par le réseau d’eaux usées, et enfin de pas fumer dans les espaces en sous-sol.

Toute personne détectant des odeurs d'essence est invitée à prévenir la mairie, par téléphone (01 64 67 52 61) ou mail (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou bien les pompiers (faire le 18).

 

 

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse