Seine-et-Marne ► Privatisation d'Aéroports de Paris : les sénateurs Chain-Larché, Cuypers et Thomas ont signé la procédure de référendum d'initiative partagée

Seine-et-Marne ► Privatisation d'Aéroports de Paris : les sénateurs Chain-Larché, Cuypers et Thomas ont signé la procédure de référendum d'initiative partagée

Communiqué, mercredi 19 juin 

Les sénateurs Anne Chain-Larché, Pierre Cuypers et Claudine Thomas ont soutenu en ligne la procédure de référendum d’initiative partagée contre la privatisation d'Aéroports de Paris et appellent les élus et citoyens seine-et-marnais à se mobiliser contre ce qui serait, selon eux, « une lourde erreur ».

« En avril dernier, à l’initiative de Gilles Carrez, député Les Républicains du Val de Marne, et avec deux cent quarante-cinq parlementaires issus de toutes les tendances politiques, nous avons engagé une procédure inédite de référendum d’initiative partagée contre l’aberrant projet de privatisation de la société Aéroports de Paris mené par le gouvernement » expliquent les trois parlementaires rappelant que «  cette procédure, mise en place par la réforme constitutionnelle de 2008 voulue par Nicolas Sarkozy, permet à 20% des parlementaires et 10% des électeurs d’initier l’examen parlementaire d’une proposition de loi. A défaut de cet examen, celle-ci est alors obligatoirement soumise à référendum ».

Il n’est pas crédible d’être opposé par principe aux privatisations. Mais il n’est pas non plus sérieux d’y être favorable par dogmatisme.

Précisant qu’il « n’est pas crédible d’être opposé par principe aux privatisations mais pas non plus sérieux d’y être forcément favorable par dogmatisme », les sénateurs annoncent qu’ils ont « beaucoup travaillé sur ce projet au Sénat » et qu’il suscite en eux une « très grande inquiétude ». « Nous estimons, comme beaucoup de nos compatriotes, que la privatisation d’Aéroports de Paris, actif stratégique, monopole de fait et première frontière de notre pays, serait une lourde erreur » ajoutent-ils.  

Cette privatisation est une absurdité économique car Aéroports de Paris est un quasi-monopole

Les sénateurs de Seine-et-Marne détaillent ensuite les raisons de leur opposition à cette privatisation : « Elle est une absurdité économique car Aéroports de Paris est un quasi-monopole. Sans concurrence, on assurera donc une rente à une entreprise privée dont l’Etat ferait mieux de conserver la jouissance » annoncent-ils avant de rappeler que « Aéroports de Paris a rapporté 173 millions d’euros de dividendes en 2018 ».

La Seine-et-Marne directement impactée par un risque de spéculation

Pointant le risque d’augmentation du prix des billets, les sénateurs s’inquiètent également de la menace qui pèse sur la Seine-et-Marne : « Notre département serait directement impacté par cette privatisation puisque la société Aéroports de Paris est propriétaire de plus de 6 700 hectares en Ile-de-France dont près de 1 200 sont réservés à des opérations immobilières. En cas de privatisation et de perte de maitrise foncière, conjuguée avec l’arrivée du Grand Paris Express, l’urbanisation va s’accélérer et la valeur des terrains va exploser, au risque d’importantes spéculations immobilières et foncières ».

« On privatise Aéroports de Paris uniquement pour renflouer la trésorerie de l’Etat »

« Ce projet est un exemple de mauvaise gestion car on privatise Aéroports de Paris uniquement pour renflouer la trésorerie de l’Etat ! Ne reproduisons pas l’erreur de la privatisation des autoroutes ! » déclarent les sénateurs en constatant que depuis 2006, les actionnaires privés des sociétés concessionnaires des réseaux d’autoroute ont récupéré près de 27 milliards d’euros de dividendes.

Nous appelons les élus et citoyens seine-et-marnais à se mobiliser

En conclusion, les sénateurs rappellent que « le soutien de 10% des inscrits sur les listes électorales est nécessaire, soit très exactement 4 717 396 personnes, pour qu’un referendum soit organisé sur ce projet de privatisation » et demandent aux élus locaux et aux seine-et-marnais de « se mobiliser pour que les Français puissent s’exprimer ». 

→ Pour soutenir la procédure de référendum d’initiative partagée et obtenir la tenue d’un referendum, il faut se rendre, muni de sa carte d’identité ou de son passeport, à l’adresse internet suivante :  https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

Les sénateurs Anne Chain-Larché, Pierre Cuypers, Claudine Thomas.

 

 

 

 

Dernière modification le samedi, 29/06/2019

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse