De Saint-Jean

De Saint-Jean

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

SORTIR -

La petite ferme s'invite aux Saisons de Meaux jusqu'au samedi 5 mars inclus.

Les Saisons vivent à leur rythme et collent à l'actualité puisqu'en même temps que le salon de l'agriculture à Paris une petite ferme est présentée aux visiteurs pendant les vacances de février. L'animation a commencé le 29 février et durera encore jusqu'à demain, samedi 5 mars. Parents et enfants peuvent découvrir tous les secrets de la ferme et plonger dans le monde fascinant des animaux installé provisoirement dans le centre commercial. Des moments émouvants et irrésistibles attendent toute la famille, entre nature et fascination.

La vie à la ferme

Sous l’œil vigilant et expert du fermier-animateur, les enfants peuvent approcher et apprivoiser les animaux de manière sereine et sécurisée. Grands amoureux des animaux et de la nature, ils ont plaisir à découvrir et à s’approprier tous ces instants précieux avec les bêtes de la ferme : lapins, cochons, poules, chevreaux et coqs font le bonheur de tous les chérubins.

« J’aime trop le petit lapin noir, j’ai envie de le caresser », s’exclame Pierre, et son petit frère de renchérir « Moi, je préfère le gros lapin blanc avec les oreilles roses ! »

Bien sécurisés au fond de leur enclos au cœur de la galerie, les petits chevreaux d’allure fragile mais pourtant très vifs, attendent avec impatience l’heure de la tétée. Les enfants munis de biberons nourriront les "bébés" et savoureront le moment privilégié.

Peut-être une vocation de fermier naîtra-t-elle des moments partagés. En tout cas, la petite tracto-charrette saura peut-être convaincre les plus sceptiques après quelques tours à bord du drôle de moyen de déplacement.

Les ateliers créatifs
Dédié à la créativité, l'atelier accueille tous les férus de réalisation personnalisée. Une activité artistique durant laquelle chacun peut égayer de couleur ou de matière de son choix les petits pots prévus à cet effet. A leur rythme, dès quatre ans, les enfants collent, fabriquent et customisent à souhait pour fabriquer un objet inédit. Charlotte, du haut de ses cinq ans, est fière d’exposer son œuvre à qui veut la voir. « C’est pour ma Maman ! » explique-t-elle à ses copines.

Tous les ateliers et les animations sont gratuits pour les enfants de 4 à 10 ans.

Centre commercial les Saisons de Meaux. www.aushopping.com/meaux

[gallery type="slideshow" size="large" ids="20594,20596,20598,20597,20595,20609"]

 

 

 

Il est recommandé de ne pas pulvériser les arbres en fleur sous peine de les rendre inutilisables pour les abeilles qui ne pourraient pas non plus effectuer la pollinisation.

Les produits traitants peuvent perturber les abeilles en camouflant les éléments, particulièrement le parfum qui sert aux petits animaux à repérer les fleurs bonnes à butiner.

Et pour attirer les abeilles et ainsi se faire polliniser, les végétaux qui ne peuvent pas se reproduire sans l'aide des insectes pollinisateurs doivent séduire !

Si le vent se charge de transporter le pollen chez certaines d'entre elles, chez les autres, les courants d'air ne suffisent pas (pollen trop lourd, trop collant, peu abondant...). Alors les insectes entrent en scène, butinent une fleur après l'autre, dispersent le pollen et permettent la fécondation d'une fleur par le pollen d'une autre fleur de la même espèce, située à une distance plus ou moins grande.
Encore faut-il les attirer !
Les plantes étant immobiles et plutôt, disons-le, silencieuses, elles doivent déployer des trésors d'ingéniosité pour se faire remarquer de la gent ailée. Et là, elles font appel aux armes qu'elles ont à leur disposition : couleur, forme, taille et parfum des fleurs.
Mieux que Chanel ou Givenchy...

Et en plus ça nourrit

Pour les abeilles et leurs acolytes pollinisateurs, le parfum des fleurs est irrésistible et par-dessus tout, le nectar qu'elles vont en retirer constitue leur nourriture. Les gourmandes sont des plus sensibles aux odeurs grâce aux récepteurs olfactifs situés sur leurs antennes. Les papillons de nuit sont les champions de l'odorat : ils sont capables de repérer une fleur odorante à plusieurs centaines de mètres.

C'est d'ailleurs sur le parfum, plus que sur l'aspect, que jouent les espèces végétales à floraison nocturne ou dont les fleurs restent épanouies la nuit afin d'être pollinisées par des insectes nocturnes, comme le jasmin, le chèvrefeuille, le tabac ou encore, comme son nom l'indique clairement, la belle de nuit.

Cependant le parfum joue aussi son rôle durant la journée : les insectes apprennent à reconnaître le parfum de chaque fleur. Le parfum est constitué d'une association de plusieurs molécules odorantes, qui le rend unique. Les animaux l'associent au nectar, au pollen ou aux cires odorantes dont ils se nourrissent.

Parmi les fleurs nectarifères les plus parfumées figurent le faux acacia, appelé aussi robinier, le buddléia (celui-là sent directement le miel !) ou encore le tilleul... Même pour un nez d'humain, les fleurs des trois sortes d'arbres sont un vrai délice. D'ailleurs, on en mange aussi puisqu'on fait des beignets d'acacia.

Pour les abeilles et autres pollinisateurs, les fleurs nectarifères ne sont pas forcément parfumées.

Par contre, vous pouvez poser sur les troncs des fruitiers des bandes engluées pour piéger les fourmis et autres insectes qui tenteraient d'escalader l'arbre par le tronc et qui eux ne volent pas.

Les pollinisateurs

Les acteurs de la pollinisation sans laquelle certaines espèces d'arbres disparaîtraient purement et simplement : abeilles, bourdons, mouches, guêpes, papillons, cétoines et autres petits scarabées... 

La Bio continue son ascension en France, en réponse aux attentes des consommateurs et, plus largement, des citoyens. Ancrée dans son époque, ce mode de production respectueux de l’Homme et de la Nature a conquis les Français, d'après les résultats du dernier Baromètre Agence BIO / CSA 2015.

2015 a été une année record en terme d'acheteurs et de consommateurs de produits bio. Ainsi les Français confirment-ils leur confiance dans l'agriculture et l'alimentation bio.

  • 65 % des Français ont consommé régulièrement bio en 2015 (vs 37 % en 2003)
  • 5,5 milliards d’€ : le poids du marché bio en France (+10 % vs 2014)
  • 42 216 opérateurs bio en France (+7,2 % vs 2014)
  • 1,31 million d’hectares de terres bio en France (+17 % vs 2014)
Une réponse aux attentes des consommateurs
En 2015, la Bio a ainsi enregistré un taux record de consommateurs et d’acheteurs. 9 Français sur 10 (89 %) consomment bio, au moins occasionnellement, alors qu’ils n’étaient encore que 54 % en 2003. 65 % des Français en consomment régulièrement, au moins une fois par mois, contre 37 % en 2003. En terme d’achats, des niveaux inédits sont également atteints : plus de 8 Français sur 10 (82 % vs 43 % en 2003) achètent des produits bio et 55 % le font régulièrement (vs 33 % en 2003).

Les très bons résultats se reflètent dans le poids croissant du marché bio (tous circuits confondus, y compris RHD). On estime ainsi qu’en 2015, il aurait gagné +10 % par rapport à 2014, pour atteindre un chiffre record de 5,5 milliards d’euros.

Un développement solide
En cohérence avec cette montée en puissance de la consommation citoyenne, la production bio poursuit son développement, entraînée par la hausse de la demande. La France compte aujourd’hui un total de 42 216 opérateurs exerçant des activités bio, soit +7,2 % par rapport à 2014, alors qu’ils n’étaient encore que 18 380 en 2007. Les surfaces bio sont également en pleine expansion : +17 % par rapport à 2014. Plus de 1,3 million d’hectares sont désormais conduits selon le mode biologique sur le sol français, représentant 4,9 % du territoire agricole, contre 2 % fin 2007.
Une solution aux problèmes environnementaux pour 3 Français sur 4

poussesPlus des ¾ des Français (78 %) estiment que l’agriculture biologique est une solution face aux problèmes environnementaux. En effet, basée sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, le recyclage des matières organiques et la rotation de cultures diversifiées, cette alternative contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique. Cette attention de la Bio à l’environnement fait partie des principales raisons guidant les choix des consommateurs pour les produits bio. 58 % d’entre eux disent consommer bio pour « préserver l’environnement ». Une raison  qui figure aux côtés de leur volonté de « préserver leur santé » (63 %) et de privilégier « la qualité et le goût des produits » (56 %).

Un rôle clé dans le développement des territoires
L’agriculture biologique génère en moyenne, de l’ordre de 60  % de main d'œuvre supplémentaire par rapport à l’agriculture conventionnelle pour diverses raisons : interdiction des produits chimiques de synthèse, plus fort développement de la transformation à la ferme et de la vente directe, etc. Fin 2015, la France comptait 28 725 fermes bio (+8,5 % vs 2014), représentant 6,5 % des exploitations françaises et près de 10 % des emplois agricoles, avec 68 940 emplois totalisés en équivalent temps plein. À l’aval, 13 491 entreprises de transformation, de distribution d’importation et d’exportation (+4,4 % vs 2014) emploient environ 30 000 équivalents temps plein. De plus, la Bio génère de l’ordre de 2 000 emplois pour les contrôles, conseils, recherche et formation. Au total, 100 000 emplois sont  directement générés par la Bio en France en équivalent temps plein, représentant une valeur ajoutée importante pour la vie économique et sociale des territoires.
"Trouver plus de bio en grande surface"
D’après le Baromètre Agence BIO CSA / 2015, les consommateurs bio sont convaincus puisqu’ils sont 93 % à avoir l’intention de maintenir ou d’augmenter leur consommation de produits bio5. Au-delà, l’envie de consommer bio des Français se traduit par leur souhait de trouver davantage de produits bio en Grandes et Moyennes Surfaces (69 %) ainsi que sur les marchés et chez les artisans-commerçants (44 %),…  Largement demandeurs de produits bio pour leur consommation à domicile, les Français ont également envie de consommer bio hors de chez eux. Ils ont de très fortes attentes en matière de bio dans les restaurants (79 % se disent intéressés par la Bio dans les restaurants en 2015 vs 54 % en 2014), dans les hôpitaux (75 % vs 62 % en 2014), dans les maisons de retraite (74 % vs 58 % en 2014), etc. Pour leur part, les actifs attendent des produits Bio sur leur lieu de travail, à la cantine ou en restaurant d’entreprise (73 %). Les parents sont également très concernés par la Bio pour leurs enfants : 88 % d’entre eux désirent des repas avec des produits bio à l’école.

Véritable tendance de fond, la consommation bio s’inscrit dans une démarche de consommation durable. Les consommateurs bio achètent davantage que la moyenne des Français des éco produits aussi autres qu’alimentaires  fabriqués à partir d’ingrédients bio aussi : 82 % déclarent en acheter, vs 68 % des Français.

Un rendez-vous en juin ici

Source : l'Agence BIO 

Devenez correspondant local de presse pour magjournal77.

Le correspondant local de presse (CLP) a tout l’air d’un reporter sur le terrain. Il représente les yeux et les oreilles du journal dans une zone géographique donnée (une ville ou un secteur). magjournal77 couvre le nord de la Seine-et-Marne.

Le correspondant est à l’affût du moindre événement, que ce soit une coupure de courant, une manifestation, un cambriolage... On le retrouve partout, dans les lieux de la vie courante à la pêche aux informations. L’avantage de sa position est qu’il peut toucher à tous les styles de sujets. Il vérifie les informations, recueille et exploite les pistes qu’on lui propose, prend des photos. Il envoie ensuite ses informations à la rédaction via l’informatique. Ces dernières seront vérifiées avant d’être diffusées.
Pour tous renseignements, contactez

le journal par téléphone au 07 82 26 43 12

ou par e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Devenez correspondant local de presse

Les chats qui grossissent affolent leurs maîtres ! Pourtant dans la majorité des cas, la prise de poids de Minou est normale et temporaire.

On est en février et Minet - ou Minou selon les familles - a grossi à vue d'œil. Votre chat a mangé bien plus et l'entrée de l'hiver lui a été fatale. La fière allure svelte et "panthèresque" qui lui donnait son air altier s'est transformée en style petit pois : rond. Vu de dessus, ses flancs sont devenus plus larges que ses épaules et il passe ses journées sur un coin du canapé, près du poêle... Une vraie fixette pour les maîtres qui pensent que leur chat serait mieux à pratiquer le crossfit et à manger de la salade verte...

Arrêtez donc de ruminer sur la taille de votre matou et suivez le mouvement planétaire qui prône nature et relaxation... La prise de poids en hiver est typique du chat "normal", celui qui a le droit de sortir et n'est pas enfermé en appartement. Tout simplement, son organisme suit le rythme de la nature qui lui fait emmagasiner la graisse pour lutter contre le froid. D'accord, il a stocké les calories et est abrité dans une maison bien chauffée quand il rentre, mais il lui arrive de passer la nuit dehors et là, en hiver, il vaut mieux être paré.

En hiver, votre chat aura l'air d'autant plus gros que son poil gonfle quand il gèle. C'est le double effet kiss-cool : d'une part, ça lui tient plus chaud, d'autre part, ça chasse les parasites qui sont habituellement confinés dans la robe.

Par contre, si votre chat vit en appartement sans jamais sortir, en effet, il ne devrait pas grossir à l'approche de l'hiver et par conséquent pas maigrir au retour du printemps. Si vous ne vous résolvez pas à prendre un hamster russe à la place d'un chat (qui est fait pour aller dehors et naturellement chasser souris, oiseaux et toutes sortes de petites proies), vous pouvez alors cependant être confronté à un problème de poids de votre félin dont l'organisme se détraquera insidieusement.

Jean-Paul, un ancien habitant de Meaux, vit maintenant à Crécy-la-Chapelle. Il raconte :

"Quand je vivais en appartement, j'ai eu plusieurs chats successifs. Je ne sais pas si c'était lié au fait qu'ils étaient enfermés mais ils étaient tous un peu spéciaux. Si chacun a bien son caractère, ceux-là ont présenté des problèmes de santé. Il y en avait un qui était sain mais il piquait des crises et se mettait à courir partout dans l'appartement. Avec le recul, je peux comprendre qu'il devait péter les plombs à ne pas pouvoir sortir. Maintenant, j'habite dans une maison et mon ex-chat vit avec mon ex-femme, toujours en appartement. J'ai pris un autre chat et je vois la différence. Celui-ci est beaucoup plus calme et n'est jamais malade. Il sort très souvent et chasse les souris. Il paraît qu'ils ont besoin de taurine qui se trouve dans la viande des animaux qu'ils chassent. C'est sûr, un chat qui ne sort pas doit en manquer, même si les industriels en mettent maintenant dans l'alimentation pour chats..."

Au printemps, Minet retournera courir comme un fou après les souris et les papillons (ça arrive !) et vous le verrez reperdre les kilos qui l'ont tenu au chaud pendant les mois précédents. C'est le cycle naturel et il ne doit pas donner d'inquiétude.

chat Chat ch'est l'hiver...

 

 

JARDIN -

La question est souvent posée : "Faut-il tailler les noisetiers ?" Eh bien, il n'y a pas d'obligation mais la réponse est oui.

Une taille permettra aux noisetiers d'être aérés et équilibrés. Il y aura alors des chances que leur production de noisettes soit encore meilleure.

Cependant il ne faudra pas tailler trop de grosses branches d'un seul coup car le noisetier pourrait alors vouloir drageonner encore plus qu'avec une taille raisonnable. Cela signifie qu'il serait occupé et dépenserait la plupart de son énergie à produire de nouvelles tiges au détriment des fruits... les noisettes.

La taille se pratique en fin d'hiver, voire début de printemps, début mars, s'il ne gèle pas bien-sûr. Par contre, si votre noisetier est jeune, mieux vaut ne pas le tailler cette année, et peut-être même l'année prochaine. Il faut lui laisser le temps de bien s'installer et de produire une belle touffe.

D'abord, vous pouvez déjà couper toutes les branches mortes.

S'il est assez grand, taillez-le avec un ébrancheur et taillez les branches qui se croisent ou qui se touchent afin de bien dégager le centre de l'arbre. N'en coupez pas plus d'une dizaine. Ne taillez pas celles qui portent les chatons. Ce sont les branches charpentières. Coupez aussi les branches qui croisent les charpentières.

Observez votre noisetier et vous remarquerez des petites branches secondaires qui, elles aussi, se croisent ou se frottent. Il faudra les supprimer à l'aide du sécateur.

Une vidéo bien faite de Rustica (il y avait de la neige !)

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

En direct avec l'Ecosse

Stéphane Bern deviendra le parrain du spectacle historique de Meaux, "Héroïques".

La nouvelle a été annoncée avant-hier, mercredi 24 février, sur la page Facebook de la mairie de Meaux. Ainsi, si le spectacle a déjà acquis ses lettres de noblesse au fil des ans, le nouveau, intitulé "Héroïques" deviendra, en plus, people.

Stéphane Bern est l'un des présentateurs les plus populaires du PAF (Paysage audiovisuel français) et arrive en troisième sur le podium selon un sondage OpinionWay- TV Magazine dans lequel Michel Cymes arrive en tête, suivi de près par Nagui.

"Il apporte au spectacle une image valorisante de par son parcours, ses valeurs, ses connaissances historiques. Mais c’est aussi une visibilité nationale pour la promotion du spectacle au-delà de la région. En plus des valeurs qu’apporte Stephane Bern à Héroïques, c’est aussi une association qui a du sens ! Stephane Bern succède à Jean-Claude Brialy ou encore Jean-Claude Drouault" a déclaré la mairie de Meaux.

Stéphane Bern est, comme chacun le connaît, un féru d'Histoire et raconte les aventures des rois, reines et autres personnalités couronnées, titrées ou célèbres, dans l'émission de France 2 "Secrets d'Histoire".

C’est d’ailleurs dans le rôle de commentateur des mondanités princières que le grand public l'a découvert à la télévision. Un temps militant à la Nouvelle action royaliste, il parvient au cours de sa carrière à diversifier ses activités médiatiques et à changer d’image, principalement grâce à l’émission Le Fou du roi qu’il a animé pendant onze ans sur France Inter.

Meaux spectacle historique

Accompagnez votre week-end en musique, retrouvez la vidéo de notre sélection, le samedi.

Elle pourra vous donner la pêche, vous donner des frissons, vous émouvoir, peut-être vous faire pleurer, rappellera des souvenirs ou bien vous faire découvrir des événements qui ont eu lieu en unplugged, des duos inattendus dont vous n’aviez pas entendu parler, des concerts avec des milliers de spectateurs ou quelques notes en toute confidence, des reprises ou des originales… Avec des artistes mondialement connus ou moins célèbres, à coup sûr, elles éloigneront l’indifférence ! La surprise chaque samedi !

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 25 62 05

Où trouver la version papier

Présentation1 1

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse