Faits divers

Villeparisis ► Spectaculaire accident sur la Francilienne

Un accident spectaculaire s'est produit ce matin, lundi 29 juin, aux environs de 9 heures, sur la Francilienne à hauteur de Villeparisis. Tandis qu'un semi-remorque freinait sur l'A 104 extérieure et que les trois voitures derrière lui faisaient de même, le chauffeur du poids lourd en quatrième position n'a pas pu s'arrêter à temps. Le tracteur a percuté à l'arrière la voiture qui le précédait et a littéralement empilé les deux suivantes. L'une d'elle s'est carrément retrouvée à la verticale, coincée entre ses voisines.

Par miracle, aucun des occupants des trois voitures prises en sandwich entre les deux camions n'a été gravement blessé. Les victimes ont été conduites à l'hôpital de Jossigny, ainsi que le conducteur du semi-remorque en queue d'accident, choqué par les faits.

L'accident a engendré des bouchons de chaque côté de la Francilienne : un premier dans le sens de l'accident, remontant jusqu'à la côté de Torcy, un second de 4 bons kilomètres en sens inverse, dû principalement aux conducteurs curieux qui ralentissaient, dont certains pour prendre des photos.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="5613,5614"]

Publié dans Faits divers

La Ferté - Pierre-Levée ► Attaque à la bijouterie, un des braqueurs est mort

Une bijouterie de La Ferté-sous-Jouarre a été attaquée, mardi 16 juin peu après 10 heures, par cinq individus encagoulés et armés. Après avoir donné un coup de masse dans la vitrine, l'un des malfaiteurs a fait irruption dans le magasin et a frappé également à la masse le commerçant qui cherchait à se défendre.

La police municipale est arrivée au moment où les braqueurs repartaient mais les coups de feu échangés n'ont pas empêché les auteurs de prendre la fuite à bord d'une Renault Mégane. Ils ont roulé à vive allure en direction de Pierre-Levée, pris en chasse par les gendarmes.

Dans la Grande-Rue, la Mégane a heurté de plein fouet un poids lourd qui arrivait en face. Un des passagers n'a pas survécu au choc. Il est décédé avant l'arrivée des secours. Un autre a été héliporté à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et les autre transportés à l'hôpital de Meaux.

La police judiciaire de Meaux est chargée de l'enquête. Elle avait déjà repéré la Mégane des malfaiteurs qui sont soupçonnés d'avoir commis un braquage avec usage de gaz lacrymogène au café de Chauconin-Neufmontiers, le 4 juin.

L'équipe était constituée de deux individus domiciliés dans le Val-de-Marne et de trois autres demeurant à Meaux. Tous sont âgés de 20 à 28 ans.

Publié dans Faits divers

Lutte contre les vols de véhicules ► Les précautions à prendre

En France, environ 110 000 véhicules sont volés chaque année. Les vols liés aux véhicules représentent un quart des atteintes aux biens, soit 554 000 faits en 2014.

Dans le cadre du plan national de lutte contre les vols et les trafics de véhicules et de pièces détachées annoncé en octobre dernier par le ministère de l’Intérieur, une campagne de mobilisation est lancée pour informer et sensibiliser les citoyens.

Le ministère conseille d'adopter les bons réflexes :

  • Alerter le 17 en cas de vol ou de tentative de vol ;
  • Déposer plainte dès que possible en cas de vol auprès du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie la plus proche ;
  • Garder une photocopie des documents de son véhicule à domicile ;
  • Ne pas laisser de carte grise et de permis de conduire dans le véhicule ;
  • Se méfier des pièces vendues à un prix nettement inférieur au prix du marché : les acheter expose à des poursuites pénales au titre du recel ;
  • Etre vigilant avec un vendeur qui propose un trop grand nombre de pièces détachées sur internet ;
  • Demander au vendeur des garanties sur l'origine des pièces ou de la voiture (facture ou certificat d’immatriculation de la voiture) ;
  • Privilégier l’achat en France, ce qui garantit en cas de litige, d’escroquerie ou d’abus de confiance, des voies de recours en justice, des investigations plus rapides en cas d'enquête.

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► Incendies de véhicules : Adrien Desport, FN, en détention provisoire

Mardi dernier, la police a interpellé les auteurs présumés des incendies de véhicules qui ont agi dans la nuit du 8 au 9 avril à Mitry-Mory (voir notre article sur le lien : Adrien Desport en garde à vue). Après avoir été présenté au juge, le lendemain, mercredi 10 juin, l'un des six protagonistes, Adrien Desport, 25 ans, militant du Front national, a été placé en détention provisoire en attendant le jugement le 15 juillet. Il devrait être soumis dans ce laps de temps à une expertise psychiatrique.

Les cinq autres interpellés ont été placés sous contrôle judiciaire et remis en liberté.

Le maire, Charlotte Blandiot-Faride confie avoir appris la nouvelle par la police, "avec stupeur" et précise dans un communiqué dont voici un extrait : "Nous savions déjà que le Front national instrumentalisait les peurs dans un but électoral, mais ces méthodes de manipulation issues des pires dictatures font froid dans le dos, tout autant qu’elles doivent nous alerter sur les dangers que court la République. Nous l’avions rappelé, une telle vague de violence, sans précédent, la veille de l’élection du nouveau maire, était pour le moins troublante... Nous renouvelons une nouvelle fois notre soutien plein et entier aux victimes de ces exactions odieuses..."

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► Incendies de véhicules : Adrien Desport, FN, en garde à vue

La police a interpellé les auteurs présumés des incendies de véhicules qui ont agi dans la nuit du 8 au 9 avril à Mitry-Mory.

Dans le cadre de l'affaire, Adrien Desport, qui avait été candidat aux élections municipales à Mitry et candidat remplaçant sur le canton de Villeparisis aux dernières élections départementales, a été placé en garde à vue mardi 9 juin au commissariat de Meaux. La police judiciaire mène l'enquête.

Les habitants de la rue Ambroise-Rendu ont appris les arrestations ce matin, mercredi 10 juin.

Annie* a reçu un appel du commissariat de Villeparisis. Elle était invitée à s'y présenter. Elle confie être soulagée : "Les enquêteurs auraient arrêté ceux qui ont brûlé ma voiture". Celle-ci garée dans une rue de Mitry-le-Neuf et avait été brûlée dans la nuit du 8 au 9 avril tout comme onze autres véhicules dans le même quartier. http://magjournal77.fr/?s=Mitry-Mory+v%C3%A9hicules+incendi%C3%A9s 

"Il est possible que les auteurs aient agi pour des raisons politiques" a-t-on appris d'une source proche du dossier.

Nicolas Bay, le secrétaire général du Front national, a indiqué : "M. Desport a été suspendu il y a une quinzaine de jours". le FN avait en effet déposé une plainte contre son ex-numéro deux départemental.

Les quatre mis en cause seront jugés au tribunal correctionnel de Meaux.

*(Le prénom a été changé)

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► L'hélicoptère a traqué les braqueurs de l'Intermarché

Une prise d'otage dans l'Intermarché de Mitry-Mory s'est déroulée, dimanche 7 juin. Il était à peine 7 heures du matin, lorsque plusieurs malfaiteurs ont pénétré dans le supermarché en menaçant une employée. Armés, ils ont alors rassemblé le personnel au niveau de la caisse centrale pour attendre un responsable qui détenait les clefs du coffre. Mais un des salariés a pu prévenir le commissariat. Les policiers, arrivés rapidement sur les lieux, ont pu interpeller deux des braqueurs alors qu'ils tentaient de prendre la fuite.

Un hélicoptère a été mobilisé pour rechercher les autres complices.

Les employés, sous le choc, ont malgré tout accepté d'ouvrir le magasin à 10 heures.

Publié dans Faits divers

Dammartin / Othis ► Encore un accident de moto sur la RD 13

Lundi 1er juin, la RD 13, entre Dammartin-en-Goële et Othis, a de nouveau été le théâtre d'un accident du même genre que celui qui a causé la mort de Vincent Le Coz en janvier 2014.

Lundi, une voiture qui se dirigeait vers Othis, a tourné en direction de l'avenue de l'Europe. Une moto qui venait d'Othis est entré en collision avec le véhicule. Les secours ont jugé utile de faire appel à un hélicoptère en vue de l'évacuation du blessé pris de vomissements. Finalement, ses blessures s'avérant moins graves qu'initialement, il a pu être conduit à l'hôpital par ambulance. L'hélicoptère qui s'était posé sur la RD13 est reparti sans son passager.

Le conducteur de la voiture, choqué, a également été transporté à l'hôpital par les pompiers.

Des automobilistes pris dans le bouchon formé par l'arrêt de la circulation, se souvenaient de la manifestation organisée par la famille de Vincent Le Coz qui réclamait un rond point à la place du carrefour.

Le 13 mai, sur Facebook, les parents de Vincent rapportent leur dernier contact téléphonique avec le "responsable des routes" du Conseil départemental : le dossier concernant le rond point n'aurait pas été envoyé au ministère pour cause de changement de majorité du Département.

https://www.facebook.com/unrondpointpourvincent

L'accident lundi 1er juin

accident

 

 

 

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► Une automobiliste se tue sur la RD9 

Il était 7 h 20, samedi 30 mai, lorsque une jeune femme de 22 ans, à bord d'une Peugeot 106, est entrée en collision avec un Range Rover, à Mitry-Mory, au niveau du virage sur la route des Petits-Ponts entre la Villette-aux-Aulnes et l'entrée du Bourg.

La conductrice, qui pour des raisons encore indéterminées, roulait sur la file de gauche, à contre-sens, a été tuée sur le coup. Le propriétaire du 4X4, qui n'a pas pu éviter la collision est quant à lui, indemne mais sous le choc.

La route a été barrée dans les deux sens le temps que la chaussée soit dégagée.

La police de Villeparisis est chargée de l'enquête.

 

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► Un jeune de 20 ans poignardé par son voisin

La dispute a éclaté dans la zone pavillonnaire de l'avenue du Berry, à Mitry-Mory, jeudi 21 mai aux environs de 22 heures. Un jeune âgé de 22 ans a poignardé au thorax, un autre jeune âgé de 20 ans. Les protagonistes sont habitants de l'avenue dans laquelle se sont passés les faits. Le blessé a été transporté à l'hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne) dans un état critique. Ses jours sont toujours en danger à l'heure où nous mettons cet article en ligne.

Son agresseur, auteur présumé du coup de couteau, a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat de police de Villeparisis.

Dans le voisinage, on émet l'hypothèse que "le différend portait sur une histoire de drogue". Seule l'enquête de police pourra éclaircir les circonstances exactes qui ont conduit au drame.

 

Publié dans Faits divers

Claye-Souilly ► Un motard se tue contre un poids lourd

Un dramatique accident s'est produit jeudi 21 mai, sur la RN3 dans le sens Paris - Meaux. Il était aux environs de 18 heures quand un ralentissement, à la hauteur de l'embranchement vers le centre commercial Carrefour de Claye-Souilly, a surpris un poids lourd. Ce dernier a freiné et le motard qui arrivait derrière lui n'a pas eu le temps de l'éviter. Il a percuté l'arrière du camion de plein fouet.

L'hélicoptère de la sécurité civile a dû se poser sur la RN3. La police et les agents de la DIRIF ont interrompu la circulation dans les deux sens de la nationale, ce qui a occasionné un important bouchon. Cependant, l'hélicoptère est reparti à vide puisque, malgré l'intervention des secours, le motard, un jeune homme de 28 ans, habitant du secteur, n'a pas survécu à ses blessures.

Publié dans Faits divers

Chasseur Rafale ► Des pièces de l'avion volées

Un camion a été volé ce matin, mercredi 6 mai vers 8 heures, sur un parking du motoriste Snecma à Moissy-Cramayel.

Il est vraisemblable que les voleurs n'avaient pas connaissance du contenu du véhicule, dont ils ne peuvent pas faire grand chose. En effet, le camion transportait des pièces détachées destinées à la fabrication du moteur de l'avion de chasse Rafale du constructeur Dassault Aviation. C'est le chauffeur du poids lourd qui aurait constaté le vol. "Aucune des pièces volées ne présenterait de caractère sensible" affirme-t-on du côté des autorités judiciaires. Il s'agirait de diverses pièces aéronautiques dont un tube entrant dans la composition de la chambre de combustion du moteur de l'appareil.

Le site de la Snecma abrite la division Moteurs civils (assemblage, essais), la division Moteurs militaires (assemblage et essais) ainsi que les directions Technique (recherche, conception, développement, certification des moteurs) et Commerciale de Snecma.

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► Une boulangerie attaquée

Ce matin, mardi 5 mai, aux environs de 8 h 30, la boulangerie au rond-point Stalingrad, à Mitry-le-Neuf, a été braquée par deux individus. Ils avaient la tête dissimulée sous une capuche mais le visage découvert.

Les malfaiteurs ont fait irruption dans la boutique tandis que trois employés se trouvaient à l'intérieur. Le magasin, comme à l'accoutumée, était ouvert depuis tôt le matin.

Ils ont menacé le personnel avec une arme de poing et ont fait ouvrir la caisse.

Les voleurs sont repartis avec un butin qui s'élèverait à 185 euros en espèces.

Un commerçant voisin témoigne : "J'ai entendu des cris d'appel à l'aide. J'ai aperçu deux silhouettes qui s'enfuyaient en courant en direction de la gare. Heureusement, personne n'a été blessé !"

Une enquête a été ouverte par la police judiciaire de Meaux qui a été saisie de l'affaire.

La boulangerie a fermé pour la journée.

Publié dans Faits divers

Meaux ► Incendie au domaine fluvial, avenue Galliéni

Un spectaculaire incendie s'est déclaré samedi après-midi, 2 mai, dans un bâtiment de l'avenue Galliéni à Meaux. Il était aux environs de 13 heures quand Dimitry Laurence, un habitant du quartier, tandis qu'il marchait sur le trottoir, a aperçu de la fumée qui s'échappait du toit du grand bâtiment gris, au numéro 6 de l'avenue. Les locaux appartiennent au domaine public fluvial de la mairie de Paris.

Il témoigne : "J'ai alerté les secours et j'ai couru après une voiture de la police municipale qui passait par là. Les policiers ne pouvaient pas voir la fumée depuis le véhicule. Si je ne les avais pas arrêtés, ils seraient passés sans voir, involontairement. Ils ont tout de suite appelé des renforts et plusieurs voitures de police sont arrivées".

Par chance, personne n'a été blessé. L'édifice administratif n'était pas occupé au moment où le feu a éclaté. Eric Relinger, le chef d'exploitation du site qui était d'astreinte pour la semaine, explique : "Le bâtiment est vide depuis jeudi. Moi je devais m'occuper du fonctionnement pour gérer le flux d'eau jusqu'à Paris. C'est une catastrophe : tout est centralisé ici à Meaux et une grande partie des documents qui étaient archivés a été détruite. Les ordinateurs aussi ont été brûlés".

C'est principalement au rez-de-chaussée que le feu s'est étendu, ravageant tout sur son passage.

Une déviation a été mise en place par les secours afin de permettre aux pompiers d'effectuer leurs manœuvres en toute sécurité et ne pas faire prendre de risque aux automobilistes.

Ainsi, si on pouvait toujours circuler sur la RN3 et dans sa direction, en sortant de Meaux, les véhicules étaient interdits sur l'avenue Galliéni et la D 330, vers Crégy-Lès-Meaux. Il fallait faire le détour par le cours Pinteville et le Parc Frot pour rejoindre la route de Senlis.

Le lieutenant Stéphane Guay, des pompiers de Chessy, a indiqué : "Le bâtiment s'étend sur 400 à 600 m2. Nous avons fait intervenir l'échelle pivotante et deux fourgons. Quatre centres de secours ont été sollicités : Meaux, Chessy, Saint-Germain-sur-Morin et Dammartin-en-Goële".

A 16 heures, les soldats du feu étaient toujours sur place et luttaient contre la fumée noire qui s'échappait encore par endroits.

La galerie photo © Marie-Cécile Meyer

[gallery type="slideshow" size="medium" ids="2433,2434,2435,2436,2437,2438,2439"]

Publié dans Faits divers

Meaux ► Rue Winston-Churchill : un appartement dévasté par un incendie

Un appartement de la rue Winston-Churchill, à proximité de l’espace Caravelle, dans le quartier de Beauval à Meaux, a été la proie des flammes dans la nuit de mercredi 29 à jeudi 30 mai. Le feu s’est déclaré dans la chambre à coucher et s’est rapidement propagé à l’ensemble du logement de quatre pièces, au premier des trois étages du bâtiment.

Les flammes sortaient par les fenêtres et la fumée se répandait dans les parties communes.

Il a fallu la grande échelle pour faire sortir cinq personnes. Dix-huit habitants, en tout, ont été évacués et les deux locataires de l’appartement sinistré ont été conduits au centre hospitalier de Meaux afin d’y subir des examens par mesure de sécurité.

Tous les occupants du bâtiment ont pu regagner leurs logements. Ceux de l’appartement qui a pris feu ont été relogés.

Publié dans Faits divers

Lizy-sur-Ourcq ► Les réserves des Restos du Cœur partent en fumée

Le local où étaient entreposés, comme chaque année, les produits récoltés pour les Restos du Cœur, à Lizy-sur-Ourcq, a été incendié, dans la nuit de mardi 28 à mercredi 29 avril. Il était aux environs de 2 h 30 du matin quand l’alerte été donnée par des habitants qui ont vu les flammes sortir de l’entrepôt situé place de l’Eglise. « Le feu a pris au niveau de la toiture et s’est propagé au rez-de-chaussée, jusque dans les réserves de la banque alimentaire » a-t-on indiqué chez les pompiers.

Le foyer a pu être maîtrisé. Aucun blessé n’est à déplorer.

Une enquête a été ouverte et les investigations s’orientent déjà vers une origine criminelle de l’incendie.

Publié dans Faits divers

RER ► Cinq adolescentes se couchent sur les rails

Cinq adolescentes ont joué avec leur vie, mardi 28 avril.

Elles se sont couchées sur les rails de la ligne E du RER, à hauteur d’Ozoir-la-Ferrière et se sont prises en photo avec leurs téléphone portable, mode selfie. D’après les autorités, les cinq filles, âgées d’une quinzaine d’années, ont bravé le destin sur le passage à niveau qui traverse la départementale à la sortie de la ville.

C’est par des riverains, atterés mais qui ont eu le bon réflexe, que la SNCF a été prévenue. Par mesure de sécurité, la société a obligé six des trains qui devaient passer par cet itinéraire, à ralentir, occasionnant du même fait jusqu'à une heure et demi de retard pour certains des voyageurs.

Les cinq ados ont été interpellées par la police ferroviaire et confiées aux policiers du commissariat de Pontault-Combault. Elles ont été remises en liberté dans la soirée et une convocation devant le juge leur sera délivrée ultérieurement. La SNCF a déposé plainte.

Publié dans Faits divers

Accident ► Un train de voyageurs percute un camion chargé de tracteurs

Un accident s'est produit ce matin, à 8 h 40 à Nangis. Le train Intercités 1646, reliant Belfort à Paris, rempli de voyageurs, a percuté un poids lourd qui transportait des tracteurs agricoles. A la suite du choc, plusieurs wagons du train sont sortis des rails.

Le tracteur routier était vraisemblablement en panne sur le passage à niveau.

De nombreux blessés sont à déplorer. Le bilan provisoire fait état de 36 blessés dont deux gravement.

Lors du choc, des rails aurait été arrachées des voies. "Le train a déraillé mais ne s'est pas couché. Il faudra plusieurs semaines de travaux sur les rails" a indiqué la SNCF.

Les autorisations du convoi exceptionnel routier ont, selon les autorités, été déposées dans les normes en préfecture.

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► L'agresseur de l'adjointe au maire sera jugé en juillet

L'un  des membres de la communauté des gens du voyage qui avait violemment bousculé l'adjointe au maire, Marianne Margaté, mercredi 15 avril, dans la soirée, sera jugé par le tribunal correctionnel le 2 juillet.

L'élue avait déposé plainte aussitôt après les faits et l'individu, âgé de 38 ans, auteur principal présumé, a été interpellé par la police, jeudi. Il comparaîtra devant les juges pour "violences volontaires aggravées". Le terme "aggravées" est utilisé dans ce cas en raison de la qualité de la victime qui s'était présentée en tentant d'intervenir pour empêcher l'installation des caravanes devant l'église du Bourg.

Finalement, les gens du voyage sont partis plus rapidement que prévu et sont retournés sur l'aire d'accueil légale de Villeparisis.

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► L'adjointe au maire agressée par des gens du voyage

Aujourd'hui, mercredi 15 avril, aux environs de 20 h 15, des gens du voyage se sont installés sur les espaces verts rue Biesta à Mitry-Mory, entre la résidence des Cèdres et l'église.

Le premier adjoint au maire, Marianne Margaté, a tenté de s'interposer alors que les caravanes s'acheminaient à proximité du monument aux morts.

De grosses pierres avaient été mises en place précédemment pour empêcher le passage des caravanes mais les nomades les ont déplacées.

Un témoin de la scène raconte : "Ce sont de très belles caravanes. Trois femmes sont sorties des véhicules et ont tenu tête à Marianne Margaté qui leur demandait de partir. Puis elles l'ont bousculée et ont repris le cours de leur installation".

L'élue n'est pas tombée par terre. Toutefois, elle a appelé la police et devrait déposer une plainte à l'encontre des femmes qui l'ont agressée.

A l'heure où nous mettons en ligne cet article, la police vient d'arriver sur place.

Mitry Marianne Margaté

Publié dans Faits divers

Feu sur la RN 1104 ► La remorque du tracteur risquait d'exploser

C'est une remorque de tracteur agricole qui a pris feu hier, mardi 14 avril, vers 15 h 45, sur la RN 1104, entre Le Mesnil-Amelot et Compans. (Voir notre alerte circulation sur notre page Facebook) L'approche du foyer était d'autant plus dangereuse que la remorque transportait des bouteilles d'acétylène et de butane. Il a fallu que les pompiers refroidissent les bouteilles rapidement afin qu'elles n'explosent sous l'effet de la chaleur.

Un périmètre de sécurité a été établi à une distance de 300 mètres autour de la remorque. La route a dû être coupée à ses deux extrémités, occasionnant des problèmes de circulation particulièrement dense à l'heure de sortie des lieux de travail.

Un camion benne a été placé devant la remorque, le temps de l'intervention. Il servait ainsi d'écran protecteur en cas d'explosion.

Le feu a été circonscrit et aucun blessé n'est à déplorer.

Le camion benne a servi de protection en cas d'explosion. Le camion benne a servi de protection en cas d'explosion.

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► 12 véhicules carbonisés la nuit dernière

Le quartier de Mitry-le-Neuf a eu chaud la nuit dernière. Douze véhicules ont été incendiés dans la rue Ambroise-Rendu. D'autres ont eu les vitres cassées. Il était entre 23 heures et 4 heures du matin, dans la nuit de mercredi 8 à jeudi 9 avril, quand le feu s'est déclaré. Selon les premiers éléments de l'enquête, les voitures auraient été brûlées volontairement. Malgré le renfort de plusieurs patrouilles de police venant du commissariat de Villeparisis, aucun suspect n’a pu être arrêté.

La mairie indique : "Nous condamnons fermement ces actes qui touchent financièrement et moralement, dans leur vie quotidienne, de nombreuses familles mitryennes. Jamais dans l’histoire de la ville, des actes de délinquance d’une telle ampleur n’ont été constatés, y compris lors des périodes les plus sensibles comme à la Saint-Sylvestre. Ces faits témoignent de l’urgente nécessité de la réouverture, dans notre ville, d’un commissariat de plein exercice, doté de moyens humains et matériels supplémentaires, pour assurer la sécurité des habitants".

Dans Mitry, les habitants se lamentent encore et toujours d'avoir perdu "leur" commissariat, intégré à celui de Villeparisis il y a deux ans.

Luc, habitant de la rue où se sont déroulés les événements la nuit dernière, a eu son pavillon touché par le feu. La clôture de son jardin et la porte d'entrée ont fondu sous l'effet de la chaleur devant chez lui. Il s'indigne des faits : "C'est affolant, il y a une recrudescence de la délinquance. En ce moment il y a aussi des vols monstrueux, en pleine journée. Tant qu'il n'y aura pas plus de patrouilles de police, ça ne s'arrangera pas. Il faut plus de moyens ! "

Les actes malveillants de la nuit dernière pourraient avoir un lien avec le conseil municipal prévu ce soir, au cours duquel doit être procédé à l'élection d'un nouveau maire après la démission de Corinne Dupont. "Un moment démocratique fort dans notre ville" comme le souligne encore la municipalité qui "apporte son soutien aux familles victimes de ces actes inqualifiables et exige que lumière soit faite et que les coupables soient arrêtés et condamnés". Elle réclame, une fois encore à l'Etat "qu’il mette enfin les moyens nécessaires pour assurer la tranquillité et la sécurité des Mitryennes et des Mitryens, ainsi que des habitants de la circonscription de sécurité publique".

véhicule incendié

Publié dans Faits divers

Villeneuve-le-Comte ► Blessé gravement, une des victimes était prisonnière des tôles

Deux voitures sont entrées en collision alors qu’elles circulaient sur la RN 36 sur la commune de Villeneuve-le-Comte, vendredi 3 avril, un peu avant 15 heures. Quatre personnes ont été blessées dans l’accident et une des victimes, coincée dans l’habitacle a dû être désincarcérée par les secours. Elle a ensuite été conduite au centre hospitalier Henri-Mondor (Val-de-Marne). Deux des autres blessés ont été transportés à l’hôpital de Jossigny et le quatrième a pu rester sur place.
Publié dans Faits divers

Villeparisis / Pierre-Levée ► Incendies dans un pavillon et dans un garage

Des incendies ont éclaté vendredi 3 avril, d’une part, en milieu de matinée, dans un pavillon à Villeparisis, rue Jean-Jaurès, d’autre part peu après 16 h 30, à Pierre-Levée, au hameau de Courte-Souppe, dans un garage.
Le matin, à Villeparisis, le feu a pris au premier étage de la maison. Les pompiers ont transporté au centre hospitalier de Jossigny,  deux des trois occupants, intoxiqués par les fumées inhalées. Le troisième, légèrement incommodé, est resté sur place. L’assureur se chargera de reloger les cinq personnes qui vivaient dans le pavillon.  
L’après-midi, à Court-Souppe, c’est dans un garage que le feu s’est déclaré. Le risque était d’autant plus élevé qu’y étaient entreposées des bouteilles de gaz menaçant d’exploser sous l’effet de la chaleur. Il fallait également éviter que les flammes ne se propagent au pavillon attenant au garage. Les manœuvres étaient délicates pour les pompiers qui ont eu du mal à alimenter les lances en eau du fait de la configuration des lieux. Le temps de l’intervention, la circulation a dû être interrompue sur la départementale 19 qui traverse le hameau.
L’habitant de la maison a été hébergé chez un voisin. 

A Villeparisis, l'intérieur de la maison a été ravagé par les flammes et les cinq occupants ont été relogés. A Villeparisis, l'intérieur de la maison a été ravagé par les flammes et les cinq occupants ont été relogés.

Publié dans Faits divers

Poligny ► Un pompier de 20 ans se tue sur la route

Il était 8 h 15, samedi 4 avril, quand un pompier âgé de 20 ans, a perdu le contrôle de sa voiture sur la route départementale 225, pour une raison indéterminée.

A l’arrivée des secours, le conducteur, incarcéré dans l’habitacle, ne respirait plus. Les médecins n’ont pas réussi à le réanimer.

Pedro Nascimento était pompier volontaire au centre d’intervention et de secours d’Egreville.

Le colonel Eric Faure, directeur départemental des services d’incendie et de secours, chef du Corps départemental, avec l’ensemble des personnels du SDIS de Seine-et-Marne, s’est « associé à la douleur de sa famille et de ses proches ».

Publié dans Faits divers

Les Pavillons-sous-Bois ► Le corps d'une restauratrice retrouvé dans la chambre froide

Les enquêteurs ont retrouvé le corps d'une restauratrice dans la chambre froide de son établissement situé à Pavillon-sous-Bois, La Pagode Hon Sing La tête de la victime était ensanglantée après avoir été frappée à coups de marteau. Âgée de 54 ans, la restauratrice, femme du patron du restaurant, n'a pas pu être réanimée par les secours qui lui ont fait un massage cardiaque. Elle a succombé à ses blessures.

Lundi 30 mars, les policiers de la BAC de Bondy sont arrivés sur place après avoir reçu un appel, vers 23 heures. Avant l'arrivée des agresseurs, après son service, le patron du restaurant était parti se reposer à l'étage, dans l'appartement, laissant sa femme seule avec les serveurs. En revenant, lui aussi a été sauvagement attaqué grièvement blessé par les deux hommes armés d'une barre de fer.

Il a finalement réussi à sortir, couvert de sang, et à demander de l'aide aux quelques rares passants qui lui ont immédiatement porté assistance et ont prévenu le commissariat. Le blessé est actuellement soigné à l'hôpital Lariboisière à Paris et ses jours ne sont plus en danger.

Les deux suspects, ressortissants hongrois, n'ont pas eu le temps de s'enfuir. Ils ont été très vite rattrapés par les patrouilleurs, rue Victor-Hugo, à quelques mètres du lieu du crime. Ils auraient même voulu mettre le feu au restaurant mais les sirènes de la police les ont fait prendre la fuite. Les policiers ont retrouvé dans leurs affaires des déclarations préalables d'embauche signées par les gérants du restaurant.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la piste du crime crapuleux serait privilégiée. "Les deux hommes ont été embauchés quelques jours plus tôt et ont même été hébergés chez leurs employeurs" confie une source proche du dossier. Les deux meurtriers présumés auraient, semble-t-il, abusé de la confiance et de l'hospitalité de leurs patrons car il est en effet courant que des restaurateurs chinois en banlieue, compte-tenu des horaires tardifs, laissent, à la fin du service, leurs salariés dormir dans les appartements attenants.

Le couple d'origine chinoise était, pour le maire UMP de la ville Philippe Dallier, "des personnes sans histoire, qui jouissaient d'une bonne réputation". Les restaurateurs étaient aussi investis dans la vie locale à travers l'association des commerçants du quartier. Devant le rideau de fer baissé et scellé de l'établissement, riverains et habitués discutent. Un voisin, encore sous le choc, raconte : "ils étaient toujours très souriants, très polis et travaillaient dur". "Ils avaient du mal à trouver des serveurs asiatiques et ont dû se résoudre à embaucher des "européens" se souvient encore un commerçant . Les yeux rougis par les larmes, une cliente décrit la restauratrice : "Elle était prévenante... Nous étions toujours très bien reçu."

La police judiciaire de Seine-Saint-Denis a été chargée d'établir les circonstances exactes des faits.

Publié dans Faits divers

Villeparisis ► Un voleur de bétail arrêté, son complice et six moutons recherchés

Des voleurs de moutons se sont faits pincer par la police à Villeparisis, le week-end dernier. Dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 mars, aux environs de 3 h 35, rue Joseph-Lhoste, deux moutons ligotés par les pattes, attendaient dans une fourgonnette, prêts à être emportés. Une patrouille de police a découvert le curieux chargement en faisant sa ronde. Sous les phares de la voiture, un voleur a tout à coup détalé, comme un lapin. Son comparse, un SDF Roumain, déjà défavorablement connu des services de police, a été interpellé. Dans un premier temps, il a prétendu juste chercher un endroit pour dormir, dans le pré d'à côté, bordé par la route. Sa version n'a pas convaincu les fonctionnaires, d'autant que la clôture du pré où se trouvaient les moutons avait été sectionnée. Six animaux ont disparu. Le propriétaire du pré a porté plainte.

 

Publié dans Faits divers

Mitry-Mory ► Battue et jetée à terre, elle se fait voler son téléphone

Nathalie* a été agressée à la gare de Mitry-Mory, jeudi 26 mars à 19 h 35. Elle n'a pas vu arriver les deux hommes qui allaient lui voler son téléphone. Toujour Elle raconte : "Je venais d'arriver à la gare de Mitry et j'ai appelé mon mari pour qu'il vienne me chercher, comme d'habitude. C'est  à ce moment qu'un homme m'a tout à coup attrapé la main pour m'arracher mon téléphone. Par réflexe, j'ai serré l'appareil. Aussitôt un deuxième homme est arrivé derrière moi et m'a asséné un coup de pied pour me jeter à terre. J'ai lâché mon téléphone. Ils l'ont tout de suite ramassé et sont partis".

                                                                       "Je n'ai pensé qu'à me défendre" La victime ne comprend pas pourquoi elle n'a pas lâché son téléphone et qu'elle s'y est cramponnée. Elle souligne, la voix encore mal assurée : " J'ai toujours conseillé à mes enfants et mon entourage de laisser faire pour éviter tout incident de ce genre ! Confrontée à la situation, j'ai eu le réflexe de serrer ma main. Je ne voulais pas qu'on me prenne mon bien et je n'ai pensé qu'à me défendre"

Deux passants ont assisté à la scène sans pouvoir agir, les agresseurs ayant agi en un éclair : "Les voleurs ont été rapides et silencieux. Un voyageur est revenu sur ces pas pour me porter assistance, après coup. J'étais en état de choc et, sur le moment, je ne sentais pas la douleur. Je n'ai pas eu le courage d'aller au commissariat. Je n'avais qu'une hâte, rentrer chez moi et me calfeutrer. J'ai appelé la police de chez moi et les fonctionnaires m'ont guidée pour les démarches à effectuer". Ce n'est qu'un peu plus tard que Nathalie s'est rendue compte que sa main était très douloureuse à la suite de son agression.

Les voleurs n'en sont pas à leur coup d'essai

D'après la victime, les deux hommes auraient déjà commis des actes similaires dans le même secteur : "Une collègue de travail m'a raconté qu'elle avait vécu le même genre d'agression que moi mais en pleine journée, à 15 heures ! Les faits sont vraiment identiques : deux hommes avec des casquettes pour ne pas qu'on les reconnaisse, mêmes vêtements sombres ".

La police tourne souvent aux heures de pointe aux abords de la gare, mais jeudi, à 19 h 30, la gare était quasiment déserte.

*Le prénom a été changé.

Publié dans Faits divers

Crash d'avion ► Un Airbus A 320 s'écrase dans les Alpes de Haute-Provence

Une catastrophe s'est produite en fin de matinée dans les Alpes de Haute-Provence, dans le secteur de Barcelonnette. 150 personnes qui étaient à bord d'un l'Airbus A320 effectuant la liaison entre l'Espagne et l'Allemagne, ont trouvé la mort. L'appreil de la compagnie low-cost Germanwings, filiale de la Lufthansa a d'abord perdu de l'altitude, pendant une minute. Il s'est déclaré en état de détresse à 10 h 47 et a littéralement explosé en touchant la montagne qui culmine à 3 000 mètres. Les secours, encore sur place, n'ont trouvé aucun survivant.
Publié dans Faits divers

Coulommes ► L’escroc s’attaquait aux personnes âgées

Les gendarmes de Meaux ont arrêté, à Coulommes, jeudi 19 mars, un individu qui profitait de la vulnérabilité des personnes âgées. Les enquêteurs de la brigade de recherche étaient sur sa piste depuis le mois de janvier. A plusieurs reprises, l’homme avait escroqué des habitants de différentes communes du nord Seine-et-Marne. Il entrait dans le domicile des victimes en présentant une fausse pièce d’identité, sous le prétexte d’une intervention sur l’installation électrique ou pour le gaz. Une fois la fausse opération terminée, il réclamait une somme correspondant à une facture fictive. Au passage, tandis que la victime cherchait le moyen de paiement, il dérobait des objets ou de l’argent laissé sur un coin de table ou de buffet, sans méfiance de la part des habitants de la maison. Hier, jeudi, en milieu de journée, il s’est fait attraper par les enquêteurs qui l’avaient pris en filature, alors qu’il venait de commettre une escroquerie de plus, à Coulommes, ou il s’était présenté comme un agent EDF. « On ne répète pas assez qu’il faut vraiment se méfier des gens qu’on fait entrer dans sa maison. Les personnes âgées pensent toujours qu’elles sont aptes à faire face, mais elles sont malgré tout vulnérables et les individus mal intentionnés savent en profiter » indique-t-on à la gendarmerie. Déjà une dizaine de victimes ont été identifiées par les gendarmes mais leur nombre pourrait augmenter car l’homme est soupçonné d’avoir commis d’autres vols, toujours au préjudice de personnes âgées. Le malfaiteur, âgé d’une trentaine d’années, est actuellement présenté au parquet de Meaux.
Publié dans Faits divers

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse