Virgile Haution

Virgile Haution

La ville de Meaux va investir 4,8 millions d’euros dans le « programme national de requalification des quartiers anciens dégradés » (PNRQAD).

Le conseil communautaire veut redonner un coup de neuf aux quartiers anciens de Meaux. Il vient de ratifier une convention. Le maire de la ville et président du Pays de Meaux parle ainsi de « lutter contre l’appauvrissement et les conditions indécentes de logement». Les quartiers « Gare - Cathédrale », autrement dit les alentours de la rue Saint-Rémi, et le quartier « Saint-Nicolas » ainsi que les îlots Gallieni et Coulommière sont en première ligne.

On compte au total 84 immeubles, soit 321 logements expertisés comme insalubres par les pouvoirs publics entre 2011 et 2016. La réhabilitation d’autant d’habitats devrait mener à une évaluation à la hausse du prix des biens en question. « Une augmentation des loyers ne serait pas un atout dans le combat contre la crise du logement » concède la mairie.

Le projet vient en réponse à une demande en logements qui a grimpé en flèche et une insalubrité croissante des habitations dans les quartiers ciblés. Le maire, Jean-François Copé, a déclaré lors du dernier conseil communautaire, lundi 27 septembre : « Je souhaite aider les propriétaires, en particulier les plus modestes, aux travaux de rénovation de leurs biens et ainsi réduire l’impact des travaux sur les loyers ». Il ajoute : « L’amélioration des performances énergétiques des immeubles est également sur la table ». Meaux dépensera 4,8 M€ pour son PNRQAD. Le communauté d'agglo donnera 75 000 €, participant à 50% dans la rénovation des commerces.

Le commerce dans le même dossier
La CAPM (communauté d'agglomération du Pays de Meaux) compte aussi porter à bien le projet de redynamisation du centre-ville. La revitalisation des quartiers commerçants fait écho aux difficultés que les entreprises rencontrent à se rendre attractives. L’idée de la CAPM est de « donner les moyens nécessaires au centre-ville Meldois pour que les boutiques de proximité redeviennent compétitives vis-à- vis des grands centres commerciaux du Val d’Europe et de Claye-Souilly ».

Le montant total de la participation de l’Etat dans le programme s’élèvera à 1,6 million d’euros dont 900 000 qui seront alloués à la construction de logements sociaux. L’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) dotera le projet de 5 millions d’euros supplémentaires.

Le salon de l'habitat à Meaux a attiré plus de 6 000 visiteurs qui ont eu l’occasion de rencontrer 105 professionnels exposants, du vendredi 7 au dimanche 9 octobre.

Les exposants avaient emporté dans leurs bagages leurs dernières inventions, présentations et techniques. Les amateurs de rénovation et particulièrement de décoration avaient le choix...
Syncrétisme scandinave
Impossible d’en démordre, la mode est aux couleurs pastel et au vintage. En ce qui concerne les matériaux, le syncrétisme est de mise, autrement dit, former des lignes épurées avec des composants bruts (bois, métal, céramique). "Depuis quelques temps déjà, les esprits créatifs de l’habitat vont chercher l'inspiration dans l’architecture scandinave. La sérénité et la quiétude procurées par l’utilisation du bois dans les habitations du nord de l’Europe séduisent" affirme Ronan Fougeri de la société Léo, organisatrice de l'événement.

Les Scandinaves chérissent aussi l’habitat écologique et du coup ça a également déteint sur l'aménagement du logement européen. Vu la multiplication des options « vertes » pour le chez-soi, les visiteurs sont en droit de se demander si les exposants vouent un culte aux descendants des Vikings ou encore au design Ikea, ou bien s’ils assistent enfin à une prise de conscience de "la gravité du réchauffement climatique". Au-delà des innovations techniques dans l’isolation ou le chauffage, "la mode verte passe aussi par la récupération et la rénovation de nos vieux meubles et quelque part de notre patrimoine » confie Déborah, une exposante dont la rénovation d’intérieur est le métier.

Du miniature pour les petits
Le salon a mis en avant les compétences et la créativité des professionnels de la région ainsi que diverses animations. De nombreux parents venus avec leurs enfants ont apprécié le savoir faire d'Huguette et Simone de l’association « La tête et les mains ». Les deux bénévoles proposaient un atelier décoration miniature pour les petits. Huguette explique : « Les parents peuvent nous laisser les enfants pendant qu'ils vaquent dans le salon. Ils sont plus libres de s’intéresser de près à l’œuvre des exposants ». Les enfants ont appris à décorer des modèles réduits de maisons avec des pastilles de toutes les couleurs et autres brindilles à appliquer à l'aide de colle vinylique blanche.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="32370,32374,32369,32385,32379,32377,32376,32375,32371,32372,32373,32398,32397,32396,32394,32395,32393,32392,32391,32389,32390,32388,32387,32386,32384,32383,32382,32381,32380,32378"]

 

 

La communauté d’agglomération du pays de Meaux et Pôle emploi vont développer un partenariat visant à fournir une 2e chance aux demandeurs d’emplois et traiter les dossiers au cas par cas.

La convention signée lundi 27 septembre par le président de la CAPM (communauté d'agglomération du Pays de Meaux), Jean-François Copé, prévoit l’engagement du plan local d’insertion et de l’emploi (PLIE) du Pays de Meaux pour aider les populations "éligibles au projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) à se réinsérer sur le marché de l’emploi".

Ainsi les demandeurs d’emploi de longue durée, en particulier les personnes inscrites depuis plus d’un an, et les demandeurs d’emploi de plus de cinquante ans pourront bénéficier du coup de pouce. Les allocataires du RSA et les travailleurs handicapés pourront également profiter du PPAE.

Le président de la CAPM indique : "Avec la signature de la convention du 'programme pour la 2e chance, passeport pour l’emploi', nous souhaitons promouvoir l’inclusion sociale, l’égalité des chances et lutter contre la pauvreté et toute les formes de discrimination ».

Les différents organismes d’aide à la recherche d’emploi vont essentiellement travailler sur le partage des informations complémentaires liées au cas particulier de chaque demandeur d’emploi. La convention garantit aussi un référent unique de parcours pour chaque personne bénéficiant du PPAE. Le référent pourra ainsi fournir une formation complémentaire dans le cas où la personne suivie rencontrerait des problèmes dépassant le cadre de l’insertion professionnelle.

Néanmoins, le parcours d’insertion prévoit au moins un contact mensuel entre la personne et son référent, sans quoi une indisponibilité se traduira en une suspension de l’aide.

Pôle emploi à Meaux

FAITS  DIVERS -

Des lycéens se sont bagarrés, lundi 27 septembre, rue Georges-Lugol à Meaux. Une élève s'est fait voler son casque de moto par les agresseurs.

Les jeunes s’étaient envoyé des messages d’insultes sur les réseaux sociaux pendant plusieurs jours auparavant avant qu’un groupe de lycéens scolarisés à l’établissement Coubertin ne vienne à la sortie du lycée Bossuet avec l’intention d’en découdre.

Hugo*, élève de première qui sortait du lycée au même moment, raconte : « J’ai vu six gars arriver. Trois ont pris un de mes camarades de classe à part pour le frapper alors que les autres essayaient de prendre le casque de sa copine. Ils l'ont finalement pris et c'est là que tout est parti en vrille. Ils se sont servi du casque pour donner des coups. D’autres sont alors arrivés pour défendre les victimes ».

Une douzaine de lycéens se sont battus en plein milieu de la rue jusqu’à ce que quelques uns se retirent, certainement par peur d’une intervention de la police. Ils étaient également nombreux à tenter de maîtriser ceux qui se bagarraient.

Alexandre*, un autre camarade des jeunes de Bossuet, confie : « Je sortais du lycée et j'ai entendu des cris. Je me suis demandé ce qui se passait. Je me suis retrouvé malgré moi pris dans la bagarre. J'ai pris un coup avant de me retirer ».

Les deux mineurs responsables du vol du casque ont été interpellés par la police et conduits au commissariat.

*Les prénoms ont été changés.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="31777"]

Le futur centre culturel de Meaux est en train de se dessiner. Les négociations entre la Ville et le cinéma Majestic sont ouvertes.

La mairie est en discussion avec les nouveaux propriétaires du cinéma le Majestic dans le but de développer un centre cinématographique de plus grande ampleur.

Le projet est en lien avec la rénovation des quartiers anciens de Meaux car le maire, Jean-François Copé, souhaite coupler la création du nouveau cinéma avec la réhabilitation de l’ancien site de la prison de Meaux.

Les discussions avec les actuels propriétaires du cinéma seront d’ailleurs déterminantes pour l’avenir culturel de la ville. Le maire a indiqué, lundi 26 septembre, à l'occasion du dernier conseil communautaire : « Soit l’actuel Majestic sera développé de manière à proposer un centre cinématographique digne de ce nom, soit le projet du nouveau cinéma sera déplacé vers l’ancien site de la prison ».

Jean-François Copé travaille sur les négociations avec le Majestic. Autrement dit s'il reste à son emplacement actuel, il devra subir agrandissement, modifications et rénovations. Dans l'hypothèse où son patron ne souhaiterait pas rénover, la mairie lui proposera de déménager à l'ancienne prison.

En ce qui concerne la future maison des jeunes et de la culture (MJC), son sort correspondra avec l'issue des négociations autour du cinéma. Là où le cinéma ne sera pas, la MJC sera.

Jean-François Copé souhaite donner une dimension nouvelle au centre culturel pour lui permettre de "fournir un meilleur accueil et plus de services" et ainsi renouveler le paysage culturel de la commune.

meaux-cinema-7

La RD5  qui passe entre Meaux et Chauconin-Neufmontiers rouvre aujourd'hui. Les travaux de remise en état, commandés en 2010, correspondent au reclassement de la départementale.

Les travaux sur la RD5, qui auront duré du 26 au 30 septembre, ont été effectués de nuit. Ils sont arrivés en même temps que les changements dans la gestion de la voie. Désormais, celle-ci va être gérée par la communauté d'agglomération du Pays de Meaux(CAPM). En effet, depuis la construction de la rocade ouest, la portion de voirie a perdu son intérêt départemental. Ainsi, la ville de Meaux et la commune de Chauconin-Neufmontiers acceptent que "leurs portions respectives de la voie soient reclassées comme portions de voirie communale".

De plus, la RD 5 constitue un accès vers le parc d'activités du Pays de Meaux. "Son intérêt communautaire est évident. Néanmoins, le reclassement ne se fait pas sans une compensation financière de la part du département vers la CAPM . Le montant de celle-ci s'élève à 200 000 euros et correspond aux coûts des travaux de remise en état de la route" indique le président, Jean-François Copé.

Les travaux menés sur la portion reclassée de la RD5 et de la bretelle au nord de la RD 603 ont consisté principalement en une rénovation de la chaussée ainsi qu'en l'installation d'un trottoir le long de la route en approchant du lycée Coubertin. L'accotement réalisé facilitera l'accès des élèves au lycée et sécurisera leur trajet.

Les futurs aménagements aideront à fluidifier la circulation sur la portion.

Les élus espèrent que "le projet stimulera l'économie dans les zones d'activités du secteur desservies par la RD 5".

La ville de Meaux a proposé un défilé horticole en l’honneur de Saint-Fiacre, le patron des jardiniers.

Samedi 17 septembre, à l’occasion des journées du patrimoine, la parade fleurie, d’abord dans les starting-blocks à l’église Saint-Nicolas, a remonté le faubourg (Saint-Nicolas évidemment) jusqu’au temple protestant du même nom, Saint-Nicolas. C’est à se demander quel saint était vraiment à l’honneur ce week-end.

Les défilants étaient des maraîchers et des jardiniers de différentes villes de la communauté de commune du pays de Meaux, ainsi que la délégation bourguignonne car tout un chacun sait que le vin rouge s’allie à merveille avec le brie de Meaux. Etaient également au rendez-vous une joviale bande de chiens Terre-Neuve. Chacun des gentils géants à poils tractait un chariot rempli de fleurs, de fruits et de légumes .

C'est qu'autrefois les maraîchers étaient nombreux dans le quartier pour venir vendre leurs produits cultivés dans les jardins alentours.

Les jardiniers "inoffensifs"
Le maire de Meaux, Jean François Copé, a accompagné le rassemblement bucolique, "même si un manque de laïcité lui avait été reproché lors de la célébration de Saint-Fiacre, à la même époque l’année dernière" comme l'élu l'a fait remarquer.

Dans un discours prononcé sur le parvis de l’église, la maire a répondu à la critique : "La célébration du patron des jardiniers n’a rien d’extrême et la bonne humeur de tous les participants est le gage de l’inoffensivité et de la beauté de l'événement".

Le trajet du défilé a également été souligné par le président de la communauté de communes comme "un signe de paix" symbolisé par l'accueil au temple. Les guerres de religion en France, entre catholiques et protestants* ont été particulièrement sanglantes et traumatisantes pour la population. C'était il y a des siècles... En août 1572, lors du massacre de la Saint-Barthélémy, les catholiques ont traqué et tué les protestants.

Samedi, d’autres événements culturels se trouvaient également dans la ville. Les habitants ont ainsi pu retrouver sur la place Darnetal la formation jazz, Standards & Poor : Marc Rousseaux à la guitare et au chant, Hervé Pouliquen à la contrebasse ainsi qu’au chant et Jean-Marc Dray au piano ont ainsi proposé une partie de leur répertoire. Le maire, en ami décontracté, est même venu quelques instants pousser la chansonnette ou plutôt les touches du piano.

*Le protestantisme est l'une des principales branches du christianisme avec le catholicisme et l'orthodoxie. Entendu largement, le protestantisme est l'ensemble des groupements issus, directement ou non, de la Réforme et qui rejettent l'autorité du pape.

Le Terre-Neuve 

[gallery type="slideshow" size="large" ids="30855,30853,30837,30831,30835,30834,30854,30852,30847,30851,30857,30850,30849,30848,30846,30840,30844,30839,30838,30836,30843,30833,30856"]

La marine nationale et l'armée de terre ont souhaité "bon vent et bonne mer" aux jeunes Seine-et-Marnais fraîchement recrutés. Jeudi 1er septembre, les futurs soldats sont venus signer leur contrat d'engagement dans le cadre prestigieux du musée de la Grande Guerre à Meaux.

https://youtu.be/2v9KEQsUKyA

21 jeunes ont fait un pas vers leur avenir dans la défense de la patrie. Tous les candidats ont été recrutés au Cirfa (centre d’information et de recrutement des forces armées) de Meaux. Ainsi, l'armée de terre a intégré dix-sept nouveaux membres parmi ses rangs. La marine, quant à elle, compte quatre signataires dont trois mousses qui sont partir hier, lundi 5 septembre, à Brest pour être formés au centre d'instruction naval.

Antoine, futur mousse de 16 ans et originaire de Villenoy, est intarissable au sujet de sa passion qu'il entretient depuis son plus jeune âge pour la mer et tout ce qui s'y rapporte. "C'est mon attrait pour le domaine maritime qui m'a poussé à m'engager dans la marine, ainsi que ma volonté de défendre la nation" confirmait encore Antoine, jeudi, devant son dossier d'engagement sur lequel il a apposé sa signature sans sourciller.

Du côté de l'armée de terre, Pierre-Luc, est ingénieur en chimie. Le natif de Meaux a choisi de s'engager pour défendre les valeurs républicaines dont il se sent proche. L'ancien professeur de 29 ans va intégrer l'école interarmées de Saint-Cyr Coëtquidan pour devenir officier sous contrat. "J'ai pris la décision de m'engager quand j'ai dû expliquer à ma classe de lycéens les attaques terroristes de 2016. C'est à ce moment-là que j'ai réellement perçu les attentats comme des atteintes aux valeurs fondamentales de la République, celles que je veux défendre" commente Pierre-Luc, le plus âgé de la session de recrutement.

Le colonel Bert, responsable du recrutement en Ile-de-France, indique : "La signature du contrat d'engagement n'est néanmoins pas la première étape du recrutement des jeunes. Les volontaires doivent d'abord passer des tests physiques, psychotechniques, de réaction au stress et cognitifs. Les futurs militaires sont ensuite orientés en fonction de leurs résultats ainsi que de leurs souhaits personnels".

Les attentats terroristes qui ont ensanglanté 2015 ainsi que l'été 2016 poussent de plus en plus de jeunes Français à s'engager dans la défense du pays. Le recrutement des jeunes en Ile-de-France marque une forte augmentation entre 2014 et 2015. 1 642 personnes se sont engagées en 2014 alors que 2 043 jeunes ont franchi le pas en 2015.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="29931,29933,29934,29935,29937,29938,29939,29941,29936,29942,29943,29944,29945,29947,29946"]

On n'aurait osé y croire... La nouvelle série de Jean-Claude Van Damme, "Jean-Claude Van Johnson", arrivera en août sur la plateforme américaine Amazon.

C'est le 19 août que les adeptes vont pouvoir retrouver leur idole dans la série télévisée de Jean-Claude Van Damme sur Amazon. L'événement marquera le grand retour du comédien belge sur le petit écran. Ridley Scott en est le producteur.

D'après le magazine Begeek, seul un pilote a été commandé pour le moment par le géant de l’e-commerce et tout dépendra du succès du premier épisode.

Jean-Claude (Appelons-le par son prénom, on se sent proche de lui... ou pas - comme dans Houpah !) multiplie les interviews et se donne à fond pour la promo du bébé. D'ailleurs, il explique le pitch, à sa manière, celle qui lui est propre et qui lui colle à la peau (c'est même souvent à ça qu'on le reconnaît).

Selon lui, la série télévisée prévue sur Amazon était un peu "à la Mission Impossible" : « Je joue un acteur, mais en fait, je suis un agent secret. Et on fait ce TV Show pour en fait montrer aux gens que je ne suis pas un agent secret. Alors qu’en vérité, je suis un agent secret". 

"Pour plus de précision, indique toujours Begeek, Van Damme est amené à jouer le rôle d’un acteur qui sort de sa retraite car il obtient le rôle principal d’une version réinventée du film Huckleberry Finn. Cependant, le tournage du film n’est qu’une couverture car Jean-Claude Van Johnson est un agent secret".

Egal à lui-même
Et c'est comme ça qu'on l'aime... En tournée promotionnelle pour son film grand écran sorti jeudi 28 juillet (autrement-dit avant-hier), "Kick boxer : Vengeance", JCVD, la star hollywoodienne, a accordé une interview à la chaîne australienne Channel 7 dans l'émission Sunrise. L'interview en direct l'a vraiment trop agacé et a eu raison de sa patience. Sans se départir de son calme relatif, en plein milieu de l'interview, il s'est levé, s'est débarrassé de son micro et a mis les voiles.

Il avait pris soin au préalable, d'expliquer les choses au public : "Je suis là pour parler en direct au public et il y a des gens derrière la caméra qui discutent parce que je transpire et tout. Je veux être aussi naturel que possible quand je viens en Australie. Je veux parler aux gens... Oui j'aime Kylie, j'aime tout le monde... [NDLA : Kylie Minogue avec qui il a joué dans Street fighter, en 1994... tout de même] ...Désolé les gars, je ne peux pas faire ça... Vous me posez ces questions depuis 25 ans... J'ai 55 ans, donc j'ai un point de vue différent sur la vie et ces interviews là maintenant, elles sont ennuyeuses et c'est difficile pour moi de répondre à vos questions ennuyeuses, et alors je commence à transpirer, je ne sens pas bien parce que elles ne sont pas très... elles sont ennuyeuses... Une autre question ? Vous avez quelque chose d'intéressant à me demander ? Ok... bye bye". (Voir la vidéo publiée par Sunrise ici)
Les fans australiens ont assuré l'acteur de leur soutien sur la page Facebook de la chaîne.

Pokémon go et réalité augmentée : à la recherche des monstres ! L'application était inédite dans l'histoire du jeu vidéo. Elle arrive dans les smartphones. Le pied ferme, certains geeks ont déjà commencé la chasse !

C’est peu dire que l’Hexagone l’attendait de pied ferme : la production de Niantic, ancienne start-up de Google spécialisée dans la géolocalisation, s’est d’ores et déjà imposée comme un phénomène de société, que ce soit aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, où elle a été lancée le 6 juillet, ou au Canada et dans le reste de l’Europe, où elle a été déployée entre-temps, avec un même succès.

Si vous vous êtes récemment connectés sur votre compte Facebook, Twitter ou sur à peu près n'importe quel réseau social, vous n'avez pas pu passer à côté du raz de marée qui déferle sur la scène geek : Pokémon go.

Bien dans leurs baskets
Ainsi, tout le monde peut enfin partir à la chasse aux petits monstres virtuels. Mais pourquoi l'application mobile suscite un tel engouement ? La réponse est simple, elle met enfin les fans de la saga directement dans les chaussures des dresseurs de Pokémon qui ont bercé leur enfance.

Ils vont réellement enfiler des chaussures car là où les parents râlaient sur leurs ados qui passaient leurs journées enfermés dans leurs chambres, ce sont dorénavant les "copines" qui vont se plaindre que leur trentenaire de conjoint passe trop de temps dehors à chasser le Pokémon (ou est-ce le chien qui fera grève à cause d'un nombre excessif de promenades ?). La série a fait ses débuts en 1996, il y a donc vingt ans ! Une longévité qui peut s'expliquer par le principal atout des jeux : la simplicité.

En effet, le méga carton auprès des enfants des années 90 a assuré à Pokémon la conquête des adultes d'aujourd'hui. N'oublions cependant pas que le succès premier des jeux vidéos du petit monstre ne s'est pas arrêté au milieu des années 90. Quasiment toutes les générations suivantes ont, elles-aussi, eu droit à leur volet de la saga. Elles peuvent maintenant se retrouver pour vivre ensemble l'aventure, "pour de vrai".

La force... de la promenade
On tient ici ce qui fait réellement la force du nouveau tour de force de la saga : le rassemblement de ses fans. On assiste déjà à la formation de groupes d'inconditionnels qui planifient et organisent des promenades entre passionnés.

Serions-nous en train d'assister à la destruction de tous les clichés que l'opinion générale se faisait du geek, un solitaire blanchâtre tirant sur le verdâtre ou le grisâtre à force d'être dans la pénombre et en manque d'exercice physique ?

Ceux qui sont proches de la communauté diraient sans hésiter que ça ne date pas d'aujourd'hui que les passionnés de jeux vidéo ou de cartes à collectionner se réunissent. Et ils auraient entièrement raison. Cependant ce qui constitue l'aspect novateur de l'application Pokémon go, c'est qu'elle fait travailler les jambes !

Démonstration :

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 25 62 05

Où trouver la version papier

Présentation1 1

Abonnez-vous à la newsletter : une revue hebdo et l’agenda chaque lundi

captcha 

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
J'accepte Je refuse