Imprimer cette page

Montgé-en-Goële ► Info Magjournal - Dépôts sauvages : deux hommes venus de Seine-Saint-Denis interpellés dans la forêt

Montgé-en-Goële ► Info Magjournal - Dépôts sauvages : deux hommes venus de Seine-Saint-Denis interpellés dans la forêt

 

Deux hommes ont été interpellés dans la forêt de Montgé-en-Goële hier soir, jeudi 8 août. Ils étaient en train de déposer des gravats, côte des Tillières, au bord de la RD 41 E.

Les deux hommes qui déchargeaient leurs gravats, hier soir, dans la forêt de Montgé ont été aperçus par des habitants du village aux environs de 21 heures. Aussitôt, ceux-ci ont alerté l’adjoint au maire, Gérard Dubois, qui s’est immédiatement rendu sur les lieux et ce qui a constaté le dépôt sauvage de déchets.

Dans le contexte actuel, après la mort du maire de Signes (Var) écrasé par le véhicule de « déposeurs d’ordures », le sujet est devenu sensible et la population est d’autant plus alertée et concernée.

Les auteurs du dépôt sauvage étaient toujours sur place, leur camion étant coincé, les roues dans le fossé après une mauvaise manœuvre.

Gérard Dubois raconte : « Les gravats, dont une partie était dans des containeurs, avaient été balancés au bord de la route, et étaient les mêmes que ceux qui restaient dans le camion. Ils correspondaient au gabarit d’un camion comme le leur, de moins de 3,5 tonnes. Ce n’était pas difficile à constater, pourtant les deux hommes ont soutenu que les déchets déposés ne leur appartenaient pas. J’ai tout de suite appelé les gendarmes. Les deux hommes, des Serbes qui ne parlaient pas bien français, sont employés dans une entreprise de Bondy (Seine-Saint-Denis). Les gravats venaient d’un chantier ».

Les deux employés ont prétexté chercher une déchetterie, ce que les autorités ont eu du mal à croire étant donné l’heure tardive. Le maire de Montgé, Pascal Hiraux, également vice-président du Smitom (Syndicat mixte intercommunal de traitement des ordures ménagères), indique : « Il y a eu une réunion en avril à la communauté de communes Plaines et monts de France (CCPMF), avec la commission environnement, les gendarmes, et la Région Ile-de-France. Les élus demandent de pouvoir procéder à la mise en fourrière immédiate des véhicules dont les conducteurs viennent décharger des déchets ».

Jeudi soir, les forces de l’ordre ont placé l’un des employés en garde à vue. Celui-ci était recherché par les autorités pour d’autres faits.

 

 

 

 

 

 

 

Dernière modification le mardi, 27/08/2019

Publié dans Faits divers